F.E.A

Informations sur les manifestations OVNI et leurs implications sur notre société. Des articles de synthèse, des témoignages, des documents, des vidéos, des enregistrements radio...

13 mars 2015

Drovni, l'opinion publique vers une vérité qui dérange.

Depuis le mois de septembre 2014, les survols inopinés d'engins ou de phénomènes inconnus au-dessus des centrales nucléaires ne cessent de se produire (cliquer ici) et touchent à présent les installations reliées aux porteurs d'engins nucléaires, comme des centres de décision ou de communication, tel le centre de transmissions pour les sous-marins, de Saint Assise près de Melun (Cliquer ici).
De leurs côtés, les médias (1) diffusent peu à peu une interprétation de plus en plus alternative, forcés de reconnaître que les drones vendus au grand public ne peuvent procéder aux manœuvres qui ont été exécutées par les objets volants inconnus. En effet, les drones vendus au public ne permettent pas de voler sous des trombes d'eau ou de subir de forts coups de vents (2). Peut-ils manœuvrer de nuit, entre les antennes et les câbles qui surplombent la plus part de ces installations, forcément éloignés de leurs pilotes dissimulés durant des survols ayant dépassé 45 minutes. Possèdent-ils la capacité de semer des hélicoptères Gazelle (3), comme en témoignent les gendarmes, les militaires ou le personnel des installations nucléaires. Les médias réalisent que les photos ou films enregistrants ces objets ne seraient pas demeurés confidentiels, si il s'agissait effectivement de drones civils. Éliminant les hypothèses de visites par des puissances étrangères ainsi que par des forces terroristes, les analystes se retrouvent devant une explication inattendue, que le directeur de la centrale nucléaire du Blayais à déclaré à un élu : le survol par des ovnis.  A présent, les origines extérieures au sens extraterrestres de ces engins sont sérieusement envisagées.

On notera parmi les interventions médiatiques qui corroborent cette interprétation, celle de Monsieur Jean-Pierre Troadec (Auditeur des Hautes Etudes de la Défense Nationale) sur BTLV, dans l'émission de Bob, Les drovnis : Drones ou OVNI ? Cliquer ici pour accéder a cette radio webTV)

Ou encore sur France 2, l'émission de Sophie Davant avec des images exclusives d'un survol étrange au dessus d'une centrale nucléaire en 2012:

(1) http://www.parismatch.com/Actu/Insolite/L-hypothese-OVNI-plane-sur-les-centrales-716586 Cliquez ici

(2) site de Crès-Malville - vents de 70km/h + sous la pluie

(3) Poursuite durant 9 km, près de la centrale de Golfech par un hélicoptère Gazelle du 5ieme régiment d'hélicoptères de combat de Pau dont la mission est d'intercepter les survols illégaux.

Michel Ribardière

Posté par mribardiere à 08:59 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

    Les survols sont toujours d'actualité

    Pour commencer, je félicite l'audace et le courage de David Galley pour être intervenu dans une émission grand public, certes, l'horaire ne convenait pas à tout le monde, mais ce n'est pas grave...

    il a soulevé un problème de fond, après avoir étudié en long et en large les diverses possibilités (piste terroriste, drones d'origine étrangère pour faire pression sur la France et que sais-je encore ?), il en reste deux, une présence effectivement exogène, mais aussi des sociétés privées et de gros lobbys industriels...

    Pourquoi ? Eh bien pour la simple et bonne raison que certaines d'entre-elles disposent d'une technologie pour surveiller des installations industrielles et autres sites sensibles (elles en font de la pub sur Youtube notamment), elles sont aussi en possession d'un document officiel délivré par la DGAC, leur but ? Contrôler et vérifier les failles de ces installations (micro-fissures, dysfonctionnements électriques etc...) grâce notamment à de nombreux capteurs, caméra thermique, vidéo embarquée etc...

    Des drones parfaitement autonomes grâce à leurs système assisté par GPS, commandé à distance, soit par une équipe au sol, dans ce cas les distances sont variées, mais aussi depuis un PC central avec des moniteurs de contrôle et joystick, peu existent en France, leur petit truc en plus, c'est d'être munis de piles combustible à hydrogène (peu de fabricants en France), décuplant ainsi, leur autonomie et déplacements sur l'ensemble du territoire.

    Pourquoi de nuit ? Deux raisons à cela... Eviter les fuites, les signalements par les exploitants et la population (c'est raté !) et si des photos ou vidéos existent, il y a fort à parier qu'elles ont été confisquées pour protéger des intérêts obscurs, secundo, une caméra thermique fonctionne mieux de nuit lors des déperditions de chaleur dans la journée.

    Formes des appareils ? Ils sont principalement de deux types, ceux que nous connaissons à l'usage des professionnels avec multi-pales et ceux de forme "aéronef", le plus souvent munis d'une hélice en queue, le type d'engin que l'on peux suspecté au-dessus du réseau de lignes très haute tension à proximité de la centrale de Golfech en octobre dernier.

    Il conviendra à tout à chacun de rechercher en ce sens avec les pistes que je soulève, une fois que vous aurez trouvé "la nébuleuse" en question, vous serez quasiment certain de disposer des éléments en rapport avec ces survols de centrales, mais pas que... Ces dernières semaines, ce sont les sites SEVESO qui se retrouvent dans leur collimateur...

    Cette piste prosaïque reste le dernier rempart à envisager avant d'en déduire que ces phénomènes sont d'ordre "extraterrestres", la seule question qui m'échappe aujourd'hui c'est de savoir pourquoi ces sociétés n'ont-elles pas avisées les exploitants de ces sites au préalables et quels sont les véritables enjeux financiers en coulisse...

    Posté par Polyèdre, 03 août 2015 à 15:00

Poster un commentaire