F.E.A

Informations sur les manifestations OVNI et leurs implications sur notre société. Des articles de synthèse, des témoignages, des documents, des vidéos, des enregistrements radio...

16 septembre 2016

Présidents Américains et UFO 3ème partie

Article publié avec l'aimable autorisation de l'Association 3AG (Association des Anciens Agents du Centre Spatial Guyanais)

Article rédigé par Michel Ribardière

Retour à "Présidents Américains et UFO 1ère partie" ==> Cliquez ici
Retour à "Présidents Américains et UFO 2ème partie" ==> Cliquez ici

George W. Bush (2001-2009)
A l'instar de son père, Georges W.Bush s'est assez peu exprimé sur le dossier ovni. Avant les élections présidentielles, contrairement aux autres candidats à la succession du Président Clinton, il n'a pas répondu aux trois interrogations du chercheur Peter Robbin:
1) Accepteriez-vous d'accorder l'immunité face aux poursuites judiciaires qu'encourent les officiers militaires et des renseignements qui témoigneraient des informations détenues par le gouvernement sur le dossier OVNI ?

2) Ordonnerez-vous la divulgation des documents classifiés du gouvernement liés à la question OVNI?

3) Quelle position prendrez-vous en ce qui concerne le droit du public à accéder à l'information sur les ovnis, détenue par le gouvernement ?

Après son élection, le Président Georges Bush fait botter en touche toutes les demandes portant sur le dossier ovni avec des remerciements et en déclarant que le gouvernement s'occupait de cette question.
Au début de la prise de fonction de l'administration Bush, Dick Chesney, son vice-Président, reçoit un courrier d'un électeur qu'il avait eu l'occasion de croiser durant la campagne, en présence de George Bush: Mr Huffer. Ce dernier lui rappelle une réponse verbale prononcée par Georges Bush portant sur la divulgation des informations gouvernementales sur le dossier ovni. Mr Huffer se présente comme ayant une habilitation Top Secret et propose de procéder à la divulgation par étapes. Voir le détail cliquez ici

En mai 2001, le Projet Révélation (Disclosure Project) du Dr Steven Greer est lancé sous la forme d'une conférence à Washington, au National Press Club (lieu généralement employé pour les déclarations officielles de la Maison Blanche). Cette présentation implique plus d'une vingtaine de témoins ayant eu de hautes fonctions qui déclarent leur rôle officiel et secret dans le cadre des opérations gouvernementales de cover-up portant sur le dossier ovni.
Les médias sont au rendez-vous et les chercheurs espèrent une réaction positive de l'administration Bush sur la possibilité de divulguer des informations gouvernementales. La Maison Blanche reçoit alors une quantité très importante de demandes par courrier (quantité équivalente à celle reçue par l'administration Carter en son temps) afin d'obtenir une transparence du dossier ovni. Devant l'importance du nombre des demandes, plusieurs agences gouvernementales telles que la NASA ou la CIA sont mises à contribution pour répondre aux citoyens. Malheureusement, les agences ne sont pas à la hauteur. Elles démontrent non seulement un manque total d'intérêt et de connaissance du dossier mais très souvent une incohérence complète avec les demandes.

Après les attentats du 11 septembre 2001, le dossier OVNI comme de nombreux autres dossiers tels que ceux de la santé publique, de la voirie ou de l'urbanisme subissent un net recul dans la liste des priorités. La plupart des chercheurs ufologues stoppent leurs interventions publiques car le sujet est non seulement devenu secondaire, mais il leur fait prendre le risque d'être taxé de contre-patriotes. A cette époque et jusqu'à ce que la guerre contre l'Irak soit effective, le risque d'être catalogué parmi les adversaires des États-Unis est réel. Le dossier des ovnis est classé dans les sujets distrayants, loufoques et inutiles qui éloignent l'attention des affaires politiques fondamentales et sont responsables de situations comme celle du 11 septembre.

Nous noterons qu'entre les mois d'octobre à décembre 2001, le Président Bush va signer une série de décrets ayant pour objectif de mettre un terme aux précédents décrets présidentiels qui avaient amorcé une ère de transparence sur un grand nombre des actions des services publics et du gouvernement. Le Président Bush va augmenter la protection des secrets et renforcer la dissimulation des actions des pouvoirs publics (Cliquer ici), à l'abri du regard des citoyens américains et du congrès. Voir le décret EXECUTIVE ORDER 13292 du Président George Bush. Consulter un ensemble d'actions prises pour augmenter la sécurité des secrets, comme celle d'exempter l'AIR FORCE dans la zone 51 de certaines divulgations, cliquer ici.

Barrack Obama
Au cours des primaires démocrates visant les élections présidentielles de 2008, juste après que le candidat Dennis Kucinich déclare qu'il existe davantage de personnes ayant observé un ovni que de personnes approuvant la politique du Président George Bush, le candidat Barrack Obama est publiquement interrogé sur l'existence de la vie au delà de la planète Terre. Il évacue le sujet avec pragmatisme en déclarant qu'il ne sait pas s'il existe de la vie ailleurs mais qu'il sait qu'il y a une vie sur Terre qui nécessite une meilleure politique de la santé publique... etc (et revient en fait sur son programme électoral).

Un audit citoyen:
Durant la période de transition entre son élection et sa prise de fonction en tant que Président des Etats-Unis, Barrack Obama met en place durant neuf jours, un système permettant aux citoyens de poser des questions ou de soumettre des sujets à l'administration et de voter pour les plus importants à traiter en priorité. Quarante quatre mille sujets ont été postés par cent vingt cinq mille personnes et un million quatre cent vingt mille votes ont été exprimés. Plusieurs dizaines de questions abordent le sujet ovni, parmi lesquelles:

"Le Président Barack Obama s'efforce-t-il de tout savoir au sujet des Objets Volants Non-Identifiés (Ovnis) ? A-t-il l'intention de rendre publique les informations que possède le gouvernement américain...?"

"Serez-vous le premier Président des Etats-Unis qui divulguera tous les documents concernant les Ovnis, tous les dossiers, les films et les videos sur les contacts et la surveillance exercée depuis 50 ans par les Etats-Unis, à propos des visites extraterrestres ?"

"Quand le gouvernement abordera-t-il enfin ouvertement le sujet des Ovnis ? 

"La Belgique, après la 'Vague de 1989'; la France avec le Rapport Cometa en 1999; le Mexique avec le soutien constant de ses forces armées, et maintenant le M.O.D. en Angleterre, qui projette de déclassifier plus de 200 dossiers au cours des prochaines années... Quand le gouvernement américain va-t-il se décider ?"

Parmi les sujets-suggestions portant sur le dossier ovni qui récoltent les plus grands nombres de votes, celui de "Fin de l'embargo sur la vérité à propos des ovnis (révélation ovni)" tient la meilleure position au 36ème rang le 29 janvier 2009 (Voir en détail le sujet).

Une demande de transparence
Plus de 60 organisations ont lancé un appel au Président Barack Obama pour lui demander l'annulation du décret émis par son prédécesseur, concernant le véto présidentiel sur la déclassification de documents administratifs, et de lever le voile sur de nombreuses zones où la pratique gouvernementale manque de transparence.
Cette coalition réclame une meilleure efficacité du processus FOIA (Freedom of Information Act) et son élargissement, une réforme du système de classement pour réduire la surclassification et s'assurer que les actes présidentiels seront traités selon la législation américaine et les règles établies par le Congrès.
Parmi les signataires, on retrouve le National Security Archive, OMB Watch - un observatoire du bureau de la Maison-Blanche en charge des Procédures et du Budget - et l'Association des Directeurs des Radios et Télévisions d'information. Archives NSA sur le sujet: Cliquez ici

Ainsi, le 21 Janvier 2009 - Lors de sa première journée complète dans le bureau ovale, le président Barack Obama a signé un décret et deux mémorandums présidentiels ouvrant sur ce qu'il a défini comme une "nouvelle ère d'ouverture". En annonçant un mémorandum sur la Freedom of Information Act pour rétablir une présomption de divulgation des informations réclamée au titre de la FOIA, le président Obama a déclaré que "Tous les organismes et ministères doivent savoir que son administration se trouve non pas du côté de ceux qui cherchent à retenir l'information, mais de ceux qui cherchent à la faire connaître". Il a donc révoqué le décret 12958 ainsi que les amendements qui y étaient intégrés dont le décret 13292. A la place il imposa en décembre 2009, le decret 13526, le dernier d'une série de décrets formulant la stratégie de classification de l'information et qui remplace l'ensemble des décrets précédents.



Début d'année 2009, le Président Obama déclare: "La transparence et la primauté du droit seront les pierres angulaires de cette présidence !"

le Président Obama et le traitement du sujet ovni en public
Au cours de ses huit années d'administration, le Président Obama est intervenu à plusieurs reprises sur le sujet des ovnis et des extraterrestres. Ses déclarations ont valsé entre humour et maladresse.
Bien avant son élection, comme nous l'avons vu, il avait choisi d'écarter les questions liées au sujets ovni et extraterrestres afin d´éviter de subir les attaques généralement adressées aux sympathisants de tels sujets. Dans son intervention publique lors des primaires démocrates, on constate qu'il à non seulement dévié le sujet de la vie extraterrestre vers des dossiers sans aucun rapport mais qu'il maîtrise mieux, mais il désigne aussi subtilement une meilleure cible à railler, celle d'un concurrent mieux informé que lui et plus intègre vis à vis de la réalité sur ce sujet (Dennis Kucinich).

Pour un homme politique en campagne électorale (et ils le sont toujours), le dossier ovni est compliqué à gérer en public. Malgré des réponses généralement adroites, le Président Obama n'échappe pas au malaise induit par le dossier ovni et qui semble aussi avoir atteint le Président Clinton à l'occasion.
Afin de poursuivre notre réflexion, nous avons employé de larges extraits du travail d'analyse réalisé par
Mr Ben Hansen, expert en communication pour la chaine télévisée, Syfy Channel, qui est présenté en fin d'article. Cette analyse de la communication verbale et non-verbale du Président Obama, s'attache à décrypter quelques minutes d'un débat télévisé ayant eu lieu avec l'animateur Jimmy Kimmel en mars 2015.

ANALYSE DE LA COMMUNICATION DU PRÉSIDENT OBAMA

REMARQUE: Il est important de rappeler que l’analyse de la communication non-verbale et du contenu des déclarations n'est pas une science exacte. Il existe plusieurs façons d’interpréter un fait observable. Pour procéder, il est essentiel de prendre en compte l’ensemble du contexte des échanges et les habitudes personnelles de l’individu. Dans l'analyse qui suit, nous procèdons à des comparaisons, à des descriptions de la posture et des gestes du Président Obama à partir d'élements observables et nous les interprétons. Afin de limiter la taille de notre présentation à un article plutôt qu'à un dossier de centaines de pages, nous ne présentons pas la totalité des élements de comparaison observés. On remarquera ainsi la présence de petites synthèses à la place d'une extension détaillée et encombrante.

Partie 1 – Comment le Président Obama communique ?

Description:
Dans cette émission, Jimmy Kimmel et le Président Obama sont placés de trois quart dans la même direction. Il est notable que la disposition des individus à courte distance dans une même direction est parfois employée pour faciliter l'ouverture psychologique et la combinaison des efforts de chacun d'entre eux vers un même projet. La position en face à face au contraire place chacun d'entre eux sur la route de l'autre comme un barrage incontournable, un concurrent, voire un adversaire. On évite parfois cette disposition en espérant éviter les rapports conflictuels. Le Président Obama est assis dans un fauteuil avec les jambes croisées.
L’ancien Président Clinton s'est lui aussi déjà retrouvé dans la même situation et devant la même question. Il n’avait pas les jambes croisées mais ses deux mains agrippaient les bras de son fauteuil à une place. Ici, le Président Obama se trouve dans un fauteuil à deux places, ce qui réduit le nombre de ses possibilités. Ses mains sont posées sur ses cuisses, ce qui est assez courant dans ses interviews. On notera immédiatement que le Président Obama écoute en gardant la bouche ouverte.
Jimmy Kimmel : - Si j’étais le Président et c’est peu probable que cela puisse arriver…
Président Obama : - On ne sait jamais … 
Jimmy Kimmel : - Si j’étais Président…
Président Obama : - C’était peu probable pour moi aussi ...
Jimmy Kimmel : - Au moment où je serais investi,... ma main serait encore chaude d’avoir touché la bible et je courrais immédiatement à l’endroit où ils détiennent les documents sur la zone 51 et les ovnis et j’irais partout pour comprendre ce qu’il se passe. Avez-vous fait cela ?

Obama a gardé la bouche ouverte. Voici des possibilités courantes permettant d'interpréter cette position : Ecouter la bouche ouverte peut indiquer :
- un choc par rapport à ce qui a été dit ou observé
- une plongée en profondeur dans ses pensées
- une anxiété générale
- une obstruction nasale
En fait 85 % des respirations par la bouche sont une adaptation à l’apparition d’une obstruction nasale. Lorsque les gens respirent par la bouche, la fonction courante consiste à augmenter la quantité d’air dans leurs poumons. Si l'on jete un œil sur les autres parties de l’interview et sur d’autres interviews du Président Obama, on constate qu’il écoute fréquemment ses interlocuteurs la bouche ouverte, y compris durant les conversations et les sujets où il devrait être détendu.
Cela permet de supposer qu'il possède probablement une restriction des voies respiratoires. Si on se renseigne auprès de la première dame, il serait surprenant que le Président ne soit pas l’objet de problèmes de ronflements. Ce détail pourrait sembler non-pertinent dans le cadre de notre étude par rapport au sujet ovni. Toutefois la haute résolution de l’interview permet de découvrir à cette remarque un complément très surprenant...
Sa respiration:
Une respiration normale pour un adulte moyen est de 12 à 16 respirations par minutes. Les rythmes au-dessus de 20 respirations par minutes sont considérés comme élevées et la médecine les désigne sous le terme de tachypnées. Plus de 24 respirations par minute est considéré comme une situation sérieuse nécessitant un traitement. De façon basique, lorsque notre niveau d’oxygène est bas ou notre niveau de CO2 est élevé, le corps respire plus souvent. Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles le rythme respiratoire peut s’élever. Mais comme nous le voyons, le Président n’est pas en train de faire un jogging. Dans cette situation, une élévation du rythme respiratoire peut être due au stress, à la douleur, à la colère ou à une expérience de panique. Lorsqu’on observe le mouvement du micro attaché à la veste du Président Obama on peut remarquer précisément son rythme respiratoire: dix respirations, en 14 secondes. Cela revient à 42 respirations par minutes. Il est en hyperventilation.
Lorsque le corps n’a pas besoin d’une telle consommation d’oxygène, un rythme de cet ordre démontre une préparation physiologique pour un combat ou un face à face foudroyant. Le test au polygraphe (détecteur de mensonge) est accompagné d'un umma graph afin de mesurer les schémas respiratoires. Les changements respiratoires indiquent une augmentation du niveau de stress due aux questions. Ces dernières sont posées avec un certain délai entre elles mais les changements de rythmes respiratoires peuvent se produire instantanément et revenir ensuite à la normale dans un délai assez court.
Malgré un tel rythme respiratoire, il est difficile de croire que le Président Obama fait l’expérience d’une panique. Cependant, il faut envisager que son rythme respiratoire augmente à un niveau très élevé durant une courte période parce qu’il se sent mal à l’aise devant la ligne de questions visible à l’horizon. En étudiant son rythme respiratoire dans une discussion traitant d’un autre sujet plus humoristique et sans lien politique, on note qu’il a la bouche ouverte et effectue 18 respirations par minutes, donc plus de 50% de moins que devant le sujet ovni de Jimmy Kimmel.

Humour et déviation:
Dans l’interview, le Président Obama contre-attaque la première question de Jimmy Kimmel avec une blague. Les téléspectateurs perçoivent le Président comme une personne aimable et amusante. Son sens de l’humour est un composant clé de sa personnalité. Le Président Obama est d’ailleurs connu pour faire face aux situations de stress en utilisant son sens de l’humour. Quelques fois ses blagues marchent et d’autres fois elles souffrent d’un mauvais timing. Ici, il s’agit un talk-show (débat) dont le premier objectif est de créer du divertissement. Les blagues sont attendues. Et la stratégie est payante parce que ses blagues interrompent et introduisent un délai de reflexion avant ses réponses. Mais surtout, elles créent automatiquement une déviation par rapport à la question originale.
Kimmel : - Au moment où je serais investi, ma main serait encore chaude d’avoir touché la bible et je courrais immédiatement à l’endroit où ils détiennent les documents sur la zone 51 et les ovnis et j’irais partout pour comprendre ce qu’il se passe. Avez-vous fait cela ?
Président Obama : - C’est pourquoi vous ne serez jamais Président,… parce que c’est la première chose que vous feriez.

Ceci est la blague numéro 2. On note un certain bégaiement dans sa réponse. Le Président Obama n’a toujours pas répondu à la question mais comme Jimmy Kimmel continue de rire sans pour autant changer de sujet, il lance un troisième commentaire amusant.
Pdt Obama: - Les Extraterrestres ne laisseront pas les choses se produire… révéler leurs secrets. Ils exercent un contrôle strict sur nous.

Lorsque le Président Clinton s’est trouvé dans la même situation, devant la même question, il a suivi de nombreux détours et évoqué des informations superflues. Il démarrait de nombreuses phrases, commençait des explications, puis s’arrêtait tout seul en plein milieu; le reflexe typique d’une personne subissant une anxiété et qui ne veut pas se retrouver telle une biche surprise par les feux d’une automobile.
Mais le Président Obama donne le change et reste placide durant la discussion. Même si certaines personnes croient que les deux présidents ont reçu un script complet sur les questions qui vont être posées. Il demeure toujours difficile de formuler rapidement une réponse, ayant des allures de sincérité, lorsque de gros intérêts sont en jeu.
Si nous examinons pourquoi l’humour est utilisé dans une situation de stress, on sait en générale que l’humour permet:
- de gagner du temps pour formuler une réponse appropriée
- de masquer des expressions non souhaitées, car un bon rire implique la totalité du visage, ce qui peut être utile pour masquer des expressions non souhaitées qui
pourraient autrement s’échapper.
- de créer une déviation verbale afin de minimiser ou distraire l’autre personne, jusqu'à l’amener à s’en vouloir elle-même d’avoir posé la question. Toutefois, Jimmy Kimmel pose la question d’une façon enjouée.
Mais il reste possible que s’engager dans une hyperbole, comme vient de le faire le Président Obama, est une tentative pour forcer Jimmy Kimmel à abandonner le sujet.
- de créer une solution d'apaisement pour
l’interrogateur vis à vis de son incertitude et de ses doutes, tout en le poussant à se sentir idiot d’avoir posé la question. Ce qui est le plus ironique et éventuellement le plus sinique, c’est que l’exagération apparente de certaines blagues pourrait en fait décrire une situation parfaitement réelle.

Lorsque nous revenons sur la façon dont Barrack Obama a perçu la question ovni dans le passé, on remarque une évolution sensible de sa position. En 2007, sur MSNBC, s'est tenu un débat démocratique pour la présidentielle à l'époque des primaires démocrates (voir la vidéo au début du paragraphe sur le Président Obama). Le modérateur Tim Russert venait de cuisiner et de se moquer du sénateur Dennis Kucinich à propos d’une observation ovni qu’il avait effectué. Puis il se tourne vers le sénateur Obama et lui demande :
Tim Russert : - les trois astronautes d’Apollo 11 qui sont allés sur la lune en 1969 ont tous dit qu’ils croient en l'existence de la vie au-delà de la Terre. Etes-vous d’accord ?
Sénateur Obama : - vous savez, je ne sais pas et je ne suis pas supposé savoir. Ce que je sais c’est qu'il y a de la vie ici sur Terre et que nous ne prenons pas soin de la vie ici sur terre. Nous ne prenons pas soins des enfants qui sont en vie et malheureusement nous n’avons pas de sécurité sociale. Nous ne prenons pas soin des séniors qui sont en vie et qui voient leur prix du chauffage s’élever. Donc en tant que Président, ceux-là sont les gens dont je m’occuperai en premier. Il peut y avoir d’autres personnes sur leur chemin...(*sous entendu le chemin des extraterrestres)
Donc, le sénateur Obama rejette avec une grande rapidité le sujet et diminue l'importance de la question malgré son intérêt. Comme tout bon politicien, il ramène l’attention autour de sa campagne et évite une stigmatisation négative attachée à tout ceux qui partagent trop leurs croyances en la vie extraterrestre. Il fait toutefois un mouvement vers le sénateur Kucinich comme pour dire : « je laisse le sujet délirant des ovnis à ce gars-là… ».

Ce qui pousse à s'interroger davantage sur sa position. Pourquoi est-ce que le Président Obama blague à propos des ovnis ?
1) Est-il mal à l’aise de dire la vérité à propos de ce qu’il sait ?
2) A-t-il peur de se sentir ridicule s’il prend le sujet au sérieux ?

Selon Mr Lee Spiegel, reporter du Huffington Post et qui avait participé aux Nations Unis en 1978 à l’élaboration de l’audition officielle sur le dossier ovni, l’une des interventions du Président Obama de 2012 donne un éclairage sur cette question

En 2012, le Président Obama s’était rendu à Roswell au Nouveau Mexique, le lieu légendaire du prétendu crash ovni de 1947 et avait alors commis une gaffe. En débarquant de l’hélicoptère, il avait rencontré une foule de personnes qui l'attendait pour le voir. Un micro avait été installé et il commença à s’exprimer ainsi… « C’était un voyage merveilleux, nous sommes arrivés par hélicoptère à Roswell et je déclare aux gens que lorsque j’ai atterri, je suis venu en paix». Lorsqu’il s’exprima ainsi, tout le monde savait à quoi il faisait allusion. Sur l'enregistrement,  on peut d'ailleurs entendre les rires des personnes qui sont rassemblés autour de lui.
Devant l'enthousiasme, le Président Obama poursuit:
Pdt Obama : - Mais permettez-moi de vous raconter… Il y a des petits garçon de neuf ou dix ans dans le pays qui me demandent : « Avez-vous été à Roswell ? Et, est-ce vrai ce qu’on raconte? ». Et je leur réponds: "-si je te le dis, il faudra que je te tue… Alors leurs yeux deviennent gros... On va garder nos secrets sur ce point.".
Après cette intervention, on pouvait s’attendre à une explosion de rire de la part de la foule mais cela ne se produit pas. Quelques personnes ont toutefois essayé de rire car lui-même était en train de sourire, comme pour se demander si c’était vraiment drôle ce qu’il venait de déclarer. Mais effectivement, personne n’avait réellement trouvé cela drôle. Un grand nombre de personnes se sont d'ailleurs demandé comment un Président des États-Unis peut faire une telle blague sur le dos d’enfants de neuf ou dix ans en leur déclarant "
Si je te le dis, je dois te tuer" .
A cette occasion, le Président Obama a donc traité le sujet ovni avec dérision.
Au cours de l’interview auprès de Jimmy Kimmel, on note beaucoup moins de mépris de sa part. Il a lancé au moins trois blagues et n’a toujours pas répondu à la question de Jimmy Kimmel. Mais ce dernier ne se laisse pas influencer par le sens de l’humour et les tentatives de déviation et lui reformule la question en lui rappelant l’importance de dire la vérité, un peu comme le ferait un procureur.
Jimmy Kimmel: - vous savez il y a beaucoup de monde qui va examiner votre expression faciale, tous les tics, tous les trucs. Alors avez-vous observé, avez-vous vu, ... exploré ???

A ce instant, on peut observer un changement de comportement de la part du Président Obama.
Un premier signe a lieu au niveau du sourire qui est soudain réduit jusqu’à une quasi-disparition, comme s'il était dérangé, gêné par la situation. Lorsque Jimmy Kimmel termine la question, le Président Obama fait un mouvement de sa bouche qui éteint totalement le reste de son sourire, et ferme longuement les yeux à deux reprises pour tourner son regard dans une autre direction avant de commencer à lui répondre.

La mobilisation des yeux est toujours observée dans le cadre d'études comportementales permettant de déterminer la sincérité et le mensonge de certaines déclarations. Un regard fuyant est généralement associé
au sentiment de nervosité, de stress ou à la formulation d'un mensonge. Lorsque un mensonge est formulé dans l'urgence de l'instant, leurs auteurs brisent très souvent le contact visuel avec leur interlocuteur. Ils regardent ailleurs au moment de répondre aux questions cruciales.
L’observation de ses yeux au cours de plusieurs dizaines d’interviews, permet de remarquer que Barrack Obama regarde très souvent en bas à sa droite. Il passe 50% de son temps à regarder vers le bas et à perdre le contact visuel avec l’interviewer. Le regard en bas à sa droite relève apparemment de son procédé cognitif lorsqu’il doit répondre de façon précise à des questions difficiles.
Le domaine de la PNL précise que lorsque le regard se porte en bas à droite chez un gaucher comme le Président Obama, c’est pour accéder à un dialogue intérieur qui facilitera la communication plus précise de ses pensées.
D’autre part on peut remarquer qu’il cligne les yeux de façon répétée et prononcée. Cet indicateur révèle souvent un effort pour bloquer un repère auditif ou visuel désagréable car menaçant.
Le plus intéressant, est que le clignement prononcé de ses yeux est accompagné d’une difficulté à avaler, d’une flexion de la mâchoire, d’une rotation de la tête dans une autre direction que celle de son interlocuteur, d'un secouement de la tête pour dire non et d'un bégaiement de sa réponse :
Pdt Obama : - Je, je je , je je ne peux rien révéler...
Selon Mr Ben Hansen, le Président Obama secoue la tête avec un bégaiement comparable à celui d'un gars qui vient de dire à ses copains, qu’il ne peut pas se joindre à eux pour une sortie de pêche parce que sa femme lui a dit qu'il doit nettoyer le garage.
Les spectateurs peuvent sentir sa frustration comme si les choses étaient hors de son contrôle et il n’est clairement pas ouvert à une explication détaillée pour en donner les raisons. Ce serait comme de se mettre en mauvaise posture d'avoir dénigré sa femme auprès de ses copains.

Donc le changement de comportement est perceptible. Son sourire a disparu de son visage. La question n'est plus une plaisanterie. D’autre part, nous remarquons que la façon dont il répond est plus douce et moins audible. Ce qui correspond aussi au fait que les gens ont tendance à parler plus doucement, à marmonner les choses lorsqu’ils subissent un stress et n’ont pas confiance dans la façon dont leur parole sera reçue.
Nous avons signalé sa difficulté à avaler. L’augmentation de la salive et la recherche du dégagement de la gorge sont justement des signes courant d’insécurité ou de peur. Lorsque l’adrénaline augmente, elle accentue la production de salive durant une petite période de temps. Pour évacuer cette salive, la plus part d’entre nous avalons davantage, en prenant conscience de modifications qui ont lieu dans le corps.

Le bégaiement : la raison du bégaiement n’est pas connue. Il peut s’agir d’une combinaison de raisons génétiques et d’apprentissage du comportement. Toutefois, on peut observer dans plusieurs interviews que le bégaiement est un schéma courant dans les discours du Président Obama. Et on pourrait envisager que ce ne soit pas un signe pertinent. D’autant plus que les moments de stress augmentent sa probabilité d'apparition et aggravent le bégaiement déjà existant. Toutefois, la flexion prononcée de sa mâchoire qui est souvent employée pour se libérer d’une tension à l'instar d'un geste d’auto-apaisement doit être prise en compte. Lorsque l’anxiété augmente, la flexion de la mâchoire est un geste fréquent. En particulier dans les conversations comportant des éléments de stress.

En lui-même, un bégaiement ne veut pas dire grand-chose. Un avalement durant une discussion ne signifie pas que la personne est stressée. Il en est de même pour une flexion de la mâchoire. Mais lorsque tous ces éléments sont combinés avec un brusque changement d’attitude, un rythme respiratoire élevé, des déviations verbales, des évitements du regard juste avant de terminer de répondre, le schéma global commence à révéler une histoire derrière la surface.

Il est possible que Jimmy Kimmel ait perçu ce qui se produisait. Car plutôt que d’avancer dans les étapes du déroulement du show, il réagi aussitôt en poussant l'interrogation encore plus loin sur un ton ludique de défi.
Jimmy Kimmel : - Ho Vraiment ? Parce que le Président Clinton a dit qu’il a approfondi. Il a vérifié et il n’y avait rien.
Président Obama : - Bien, vous savez, c’est.. ce sont les instructions qu'on nous a demandé de dire.

Lorsque Jimmy Kimmel le relança avec le mot « Ho Vraiment ? », Obama répondit immédiatement en hochant la tête pour dire oui et ajouta une troisième fermeture de ses yeux, très appuyée, juste avant l'introduction d'une blague finale et le retour d’Obama-le-comédien.
Le changement de comportement est indéniable entre le moment où il utilise l'humour et celui où il parle avec une intention sérieuse. Les hochements de tête forment un signe suffisant de la part du Président Obama pour convaincre Jimmy Kimmel, qu’il est sérieux, que sa réponse est sérieuse. Le « Oui » avec les yeux fermés vient valider que c’est vrai, il ne peut en dire davantage...
Une personne en situation de mensonge peut hésiter avant d'acquiescer en même temps qu'elle formule la réponse. Une personne sincère tend à hocher la tête à l'appui de sa déclaration ou de sa réponse au moment même où elle la formule.
On ne constate ici aucun délai entre les hochements. Le Président Obama n’est plus en train de blaguer et il ne peut pas en parler. Lorsqu’il ferme les yeux, on peut envisager qu’une certaine émotion est subie en arrière plan. Peut-être une résignation car c'est une épreuve physique épuisante.

Partie 2 – Que communique le Président Obama ?

Ce qui est abordé, qu'il nie ou ne nie pas:
Dans cette interview, le Président Obama n’a jamais nié la connaissance d’une réalité extraterrestre. Ce qui est nié, c’est la possibilité de donner au public l’accès à sa connaissance ou à son implication. Il ne nie pas les efforts nécessaires pour explorer ce sujet. Il ne nie pas avoir été informé sur la possibilité d’une présence extraterrestre. Il ne nie pas d’avoir vu ou entendu des documents et des preuves. Il a simplement dit : Je ne peux rien révéler. Ce qui est une phrase instructive de la part d’un Président. Le Président Obama est le seul Président à avoir déclaré publiquement qu’il ne peut pas révéler d’information sur les ovnis. Il est important de remarquer qu’à d’autres occasions le Président Obama a employé l’expression « ne pas pouvoir » à la place de « ne pas être autorisé à ».

Imaginons à présent que l’administration Obama ait officiellement analysé le sujet ovni et qu'elle ait déclaré publiquement qu’il n’existe aucune preuve permettant de supposer l’existence d’une présence extraterrestre visitant la terre. Si une telle déclaration s’était produite alors ne serait-ce pas une réponse étrange de la part du Président que de répondre « Je ne peux rien révéler ! » ?

Pourtant la Maison Blanche a déjà répondu officiellement à la question ovni. En réponse à une pétition pour obtenir la divulgation du dossier ovni par le gouvernement, l’administration Obama fit une déclaration officielle le 4 novembre 2011 et nia que le gouvernement des Etats-Unis avait caché des informations ou des preuves d’une présence extraterrestre.

 - ooooops !!!!

wethepeople
Déclaration de l'administration Obama du 4 novembre 2011

 



Analyse de Ben Hansen

Article rédigé par Michel Ribardière
Avec nos tous nos remerciements à Mr Grant Cameron pour les nombreuses informations et le travail de synthèse qui nous ont énormément aidé dans la rédaction de cet article.
Avec tous nos remerciements à Mr Ben Hansen de la chaine télévisée, Syfy Channel pour le travail d'analyse très instructif et pertinent qu'il a publié sur internet et que nous avons
largement repris dans notre présentation.

Avec l'autorisation de l'Association 3AG ( Association des Anciens Agents du Centre Spatial Guyanais): https://www.facebook.com/association.anciens.du.csg/

Retour à "Présidents Américains et UFO 1ère partie" ==>Cliquez ici

Retour à "Présidents Américains et UFO 2ème partie" ==>Cliquez ici

Posté par mribardiere à 15:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 septembre 2016

Lettre ouverte du PRG de Stephen Basset aux animateurs des débats présidentiels (septembre 2016)

Le message ci dessous a été rédigé et publié par Stephen Basset du PRG (Paradigme Research Group) le 9 septembre 2016.
Compte tenu de son rapport avec nos dernières publications sur l'évolution du dossier ovni en politique américaine, nous avons décidé de le traduire et de le diffuser. Il représente une tentative d'infléchir la politique du secret des manifestations ovnis et d'une présence extraterrestre dans notre environnement. Ces restrictions, appliquées par les agences gouvernementales des domaines stratégiques et opérationnels (spatial, armement, renseignement, défense, télécommunication, recherche, politique étrangère...), sous la direction de l'actuel Président des Etats-Unis, Barrack Obama, constitueront un héritage majeur pour la probable future Présidente Hillary Clinton.
Michel Ribardière

A

Lester Holt de NBC Nightly News

Anchor Martha Raddatz de CNN Chief Global Affairs Correspondent/This Week Co-Anchor

Anderson Cooper de CNN Anchor

Chris Wallace de Fox News Sunday Anchor

Au cours des prochaines semaines, vous allez modérer trois débats présidentiels entre l’ancien secrétaire d’Etat Hillary Clinton et Donald Trump. Selon les règles de la Commission sur les débats présidentiels, ni la DNC (Commission Nationale Démocrate), ni la RNC (Commission Nationale Républicaine) ne peuvent influencer et connaître les questions que vous envisagez de poser aux candidats.
Par conséquent, vous êtes seuls entre ceux qui aspirent au bureau le plus puissant de la nation et le droit du peuple de connaître la vérité.

De nombreux journalistes, politiciens et activistes se sont plaints de la teneur des questions qui ont été adressées aux candidats dans les dizaines de débats et de forums précédents. Un large éventail de sujets importants est ignoré, alors que beaucoup d'attention est accordée aux questions à la fois triviales et même lubriques. Les électeurs n’apprennent rien sur ce que les candidats comprennent des questions de grandes importances pour le pays et la sécurité nationale. Ce courrier porte sur un sujet de cet ordre.

Au cours des deux dernières années, plus de 500 articles de presse traditionnels en (langue anglaise et étrangère) ont été rédigés sur les corrélations entre la secrétaire d’Etat Clinton, le président Clinton, plusieurs de leurs collaborateurs et le sujet d’une présence extraterrestre. Ces évènements qui se sont déroulés entre Mars 1993 et Octobre 1996 – résumés sous l’appellation « Initiative Rockefeller », constituent un effort financé par Laurance Rockefeller afin de convaincre le président Clinton de divulguer l’ensemble des dossiers pertinents et d'accorder une amnistie aux témoins qui révèleraient des informations importantes.

On notera que depuis 1993, six membres de l'administration Clinton, ayant participé ou connaissant l'Initiative Rockefeller, contribuèrent six fois à l’organisation ou à l’obtention de la Présidence sans jamais révéler quoi que ce soit à propos de ce dossier. Pour des raisons inconnues les médias ont choisi de ne pas signaler cet extraordinaire engagement de la part de l’administration Clinton à la Maison Blanche. Puis cela a changé en Février 2015.

Les publications qui ont abordé ce sujet depuis Février 2015 comprennent: CBS News, Chicago Tribune, Conway Daily Sun, Epoch Times, le Guardian (au Royaume-Uni), Huffington Post, Mother Jones, NBC News, New Republic, New York, New York Daily News, New York Observer, New York Times, Roll Call, The Hill, The Week (UK), Times of London (UK), Vanity Fair, Vice, Washington post, Washington Times et beaucoup d’autres.

À une exception près, à partir de Janvier de 2015 de nombreux journalistes ont contacté la campagne Clinton, y compris son co-président John Podesta, à propos des liens entre les Clinton les Extraterrestres et l’Initiative Rockefeller sans jamais recevoir la moindre réponse. L'exception, de Daniel Oberhause de la plateforme journalistique Vice, a reçu une réponse évasive et limitée de M. Podesta. En raison de cette pression médiatique, depuis Février 2015, John Podesta, l’ancienne secrétaire d’Etat Clinton, le président Clinton et le président Obama ont fait de nombreuses déclarations écrites et orales sur la question extraterrestre (UFO), mais sans aucune mention de l'Initiative Rockefeller. Ces déclarations ont suivi d'autres commentaires connexes de John Podesta en 2002 et 2003 et du Président Clinton en 2005 et en 2014 ainsi que des centaines d'articles générés dans le monde entier.

L'engagement de l’administration Clinton de la Maison Blanche sur la question extraterrestre est l'un des événements politiques les plus importants de l'histoire. Pourtant, il n'a pas été couvert par la presse avant février 2015. Les commentaires de l’ancienne Secrétaire d’Etat Clinton et de son co-président de campagne durant la campagne présidentielle sont sans précédent. Le sujet a des implications énormes pour la nation et pour sa sécurité.

Curieusement, malgré les centaines d'articles sur la connexion Clinton / ET, aucun des modérateurs des neuf débats démocratiques et des dix forums ont posé la moindre question sur ce sujet. Ce manquement se trouve à présent entre vos mains et peut être corrigé. Voici des exemples de questions qui pourraient lui être formulé:

- Madame le Secrétaire Clinton, votre mari a chargé le procureur général adjoint Webster Hubbell de se pencher sur la question OVNI / ET. Son conseiller et chef d'état-major John Podesta a parlé su sujet OVNI / ET à plusieurs reprises. Bill Richardson, ancien Secrétaire à l’Energie et l'ambassadeur de l'ONU en 2004 de votre mari, a contesté l'explication de l’Armée de l’Air sur les événements de Roswell de Juillet 1947. Vous étiez directement impliqué dans l'Initiative Rockefeller. Mais aucun d'entre vous n'a jamais parlé publiquement de l'Initiative Rockefeller jusqu’à aujourd’hui depuis 23 ans. Pourquoi donc ?

- Madame le Secrétaire Clinton, ma publication a examiné des centaines de pages de documents portant sur l'engagement de la question OVNI / ET par l'administration de votre mari 1993-1996 à la demande de Laurance Rockefeller. Pourquoi vous ou votre mari n’avez jamais abordé publiquement le sujet ?

- Madame le Secrétaire Clinton, l'Initiative Rockefeller s’est effondré à l'automne 1996. Votre mari a s’est lancé dans la course pour un second mandat et vous vous êtes vous-même lancé deux fois pour la présidence. L’engagement sur la question OVNI / ET par l'administration de votre mari n’aurait-elle pas dû être mentionnés au cours de ces campagnes?

- Madame le Secrétaire Clinton, votre président de la campagne John Podesta a soulevé publiquement la question de la divulgation de tous les dossiers OVNI retenus par le gouvernement en 2002, 2003, 2010 et plus récemment en 2015. Pourquoi a-t-il procédé à cela dès l’année 2002 ? Ses déclarations sont-elles liées à l'Initiative Rockefeller de 1993-1996?

- Madame le Secrétaire Clinton, ma publication a présenté des documents du Bureau de la politique scientifique et technologique de votre mari qui indiquent que vous et votre personnel avez été directement impliqués dans l'Initiative Rockefeller. Pourquoi aucun fichier OVNIS n’a été divulgué? Est-ce que le Pentagone refuse de coopérer? Si oui, s’agit-il d’une violation constitutionnelle?

- Madame le Secrétaire Clinton, vous avez récemment fait des déclarations extraordinaires à un journaliste du Daily Sun Conway qu'aucun président républicain ou démocrate ou candidat à la présidence n’a jamais fait. Vous avez dit que vous «iriez au fond» de la question OVNI si vous étiez élue. Vous avez proposé qu’un groupe de travail soit créé afin d’enquêter sur la zone 51. Vous avez promis à votre président de la campagne, John Podesta, que vous enquêteriez sur la question si vous étiez élu. Vous avez suggéré que nous pourrions déjà avoir été visités, mais ne le saviez pas. Ces déclarations ont été rapportées dans le monde entier sur les centaines de sites des médias. Etes-vous surprise par l’absence de débat ou de question de la part des modérateurs à propos de ces déclarations? Ces déclarations sont-elles liées à l'Initiative Rockefeller qui s’est déroulé durant l'administration de votre mari ?

- Madame le Secrétaire Clinton, les sondages répétés ont montré que plus de 80% des Américains croient que le gouvernement ne dit pas la vérité sur les phénomènes OVNI / ET. Pensez-vous que la vérité a été révélée aux gens?

- Madame le Secrétaire Clinton, de nombreux officiers de l'Armée de l'air possédant de hautes accréditations de la Défense se sont présentés avec des rapports d'incidents nucléaires produits par des engins d'origines inconnues? Leur témoignage a été rapporté par des centaines de sites de médias. Pourquoi la Maison Blanche ou le Congrès n'ont jamais répondu à ces témoignages?

- Madame le Secrétaire Clinton, mon réseau est conscient qu'il existe des dizaines de militaires / agence / témoins politiques de haut rang prêt à témoigner devant le Congrès sur la question OVNI / ET. Le Congrès n'a pas tenu une audience sur la question OVNI / ET depuis 1968. De nouvelles audiences au Congrès devraient-elles être tenues pour ces témoins?

- Madame le Secrétaire Clinton, si une présence extraterrestre est en contact avec l’espèce humaine, pourquoi le peuple américain devrait-il attendre le prochain président pour obtenir confirmation de ce fait ? L'actuel Président ne devrait-il pas le faire?

- Madame le Secrétaire Clinton, est-il acceptable pour vous que tout Président soit habilité selon la base « need to know »(besoin de savoir) pour tous les aspects relevant de la sécurité nationale, y compris le dossier OVNI / ET?

- Madame le Secrétaire Clinton, savez-vous que l'accès du Président Jimmy Carter à l'information UFO / ET lui a été refusé et que le Pentagone, la CIA, la NASA et l’Armée de l’Air ont refusé de coopérer à son souhait d'étudier formellement la question OVNI / ET en dehors de la Maison Blanche?

- Madame le Secrétaire Clinton, lorsque vous et votre mari avez rencontré Laurance Rockefeller à son JY Ranch en Août 1995, avez-vous discuté avec M. Rockefeller de son initiative d’obtenir de votre mari la divulgation de tous les fichiers OVNI détenus par le gouvernement, tenant compte de l'effort en cours depuis plus de deux ans qu’il faisait dans cette direction?

- Madame le Secrétaire Clinton, les photos obtenues grâce à la bibliothèque Clinton montrent qu’en 1995, vous marchiez avec Laurance Rockefeller dans son ranch du Wyoming en portant un ouvrage intitulé, sommes-nous seuls ?: Implications philosophiques de la découverte de vie extraterrestre par Paul Davies. Vos discussions avec M. Rockefeller ont-elles porté sur cet ouvrage ?

- Madame le Secrétaire Clinton, pensez-vous que le peuple américain a le droit de savoir s’il est en présence d’une intelligence extraterrestre non humaine?

Cette lettre comprend des liens intégrés à des centaines d'articles, les déclarations de l'équipe Clinton et d'autres ressources. Il comprend également un lien vers 167 des principaux documents obtenus par l'intermédiaire de la FOIA confirmant l'Initiative Rockefeller. Je serais heureux de remettre des copies papier de la totalité des plus de 800 documents à votre bureau lorsque vous le souhaiterez.
Respectueusement

Stephen Bassett
Executive Director
Paradigm Research Group

Posté par mribardiere à 08:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 août 2016

36ème sujet du Citizen's briefing book

Durant la période de transition du Président Barrack Obama en 2008-2009, son équipe électorale et son administration ont mis en place une opération qui consistait à récolter auprès du public des suggestions permettant de faciliter l'ère de transparence, et de mettre en place une liste des priorités. Le système permettait à tous les citoyens de voter pour ou contre les sujets et leur importance dans la liste était considérée en fonction d'un nombre de points. L'opération se terminait le 18 janvier.

Au 29 janvier 2009, le site signale en 36 ème position que le sujet intitulé Fin de l'embargo sur la vérité à propos des ovnis (révélation ovni) a récolté 28580 points. 

Voici la description du sujet en détail:

Fin de l'embargo sur la vérité concernant les extraterrestres (révélation ovni)

Monsieur le Président, nous voulons profiter de cette occasion unique pour vous atteindre dès le début à propos de quelque chose de potentiellement plus profond et plus important même que la crise financière ou la guerre contre le terrorisme. Je parle de la culture du mensonge à Washington, par laquelle la vérité est supprimée pour des profits politiques et personnels. Vous avez un mandat du peuple américain pour mener les affaires différemment. Vous avez promis d'être honnête avec nous sur les choix difficiles auxquels nous ferons face ensemble. Vous avez promis de nous dire la vérité, et votre démarche n'est pas prématurée.

Monsieur le Président - Dites-nous la vérité au sujet de la présence extraterrestre sur cette planète et divulguez autant d'informations pertinentes que possible au peuple américain dans les limites raisonnables liées à la sécurité nationale. Il est temps pour les personnes de notre monde de connaître la vérité sur l'univers dans lequel ils vivent.

Maintenir le voile du secret sur la présence extraterrestre a coûté aux États-Unis une fortune incalculable, mais plus important encore a sapé notre foi dans le gouvernement et a conduit à des abus de secret et de pouvoir. Combien de centaines de milliards de dollars ont disparu de l'écran radar du CBO (Congressional Budget Office) dans des black projects sans contrôle législatif fédéral? A mesure que vous passerez en revue ligne par ligne le budget fédéral, que ferez-vous lorsque vous atteindrez ces éléments?

Certains présidents précédents ont pu se retrouver au même carrefour, souhaitant en théorie poursuivre le chemin de la divulgation, mais ne désirant pas faire face  aux obstacles placés par les Renseignements sur leur chemin. Ils ont peut-être senti que le coût politique était trop élevé. Que ferez-vous ? On peut vous avoir dit «La curiosité du Président n'est pas suffisante pour justifier une réponse à votre interrogation». Ce sera le véritable test de votre présidence - derrière des portes closes, avec juste vos proches conseillers connaissant votre réponse. Ou - nous le saurons tous, parce que vous avez le courage, et vous avez foi en la force du peuple américain pour faire face à la vérité, et vous le révèlerez au monde.

Il est temps.

N'accepter pas un «non» comme réponse, Monsieur le Président - Il n'y a rien qui devrait vous être caché en tant que Président. Rien. Aucune exception. Il y aura évidemment des éléments valables relevant de la sécurité nationale qui doivent être protégées et non-divulgués pour notre protection. Nous avons confiance en vous afin de nous garder en sécurité, Monsieur le Président, et nous accepterons tous les éléments non-divulgués que vous jugez nécessaires. Mais nous avons besoin que le fond de la vérité soit divulgué maintenant.

Jusqu'à ce que l'Embargo sur la Vérité prenne fin, il n'y aura pas l'accès du public aux technologies dérivées des véhicules extraterrestres dans cette époque critique d'accumulation des défis économiques et environnementaux. Il est maintenant temps de divulguer dans le domaine public les dérivées des technologies extraterrestres, secrètement étudiées par la rétro-ingénierie depuis soixante ans, qui sont désormais indispensables pour relever les défis environnementaux, économiques et sociaux de notre temps. Ayez foi en nous, Monsieur le Président, comme nous avons démontré notre foi en vous.
Nous pouvons y faire face.

Posté par mribardiere à 13:09 - Commentaires [1] - Permalien [#]

29 juillet 2016

Présidents Américains et UFO 2ème partie

Article publié avec l'aimable autorisation de l'Association 3AG (Association des Anciens Agents du Centre Spatial Guyanais)

Article rédigé par Michel Ribardière

Retour à "Présidents Américains et UFO 1ère partie" ==> Cliquez ici
Bientôt "Présidents Américains et UFO 3ème partie" ==> Cliquez ici

2EME PARTIE
Jimmy Carter (1977-1981)

En 1969, Jimmy Carter est en campagne électorale pour un poste de gouverneur. Alors qu’il intervient dans le cadre des Lion’s clubs, une lumière étrange apparait dans le ciel, se rapproche, puis s’immobilise avant de passer de la couleur bleue, verte à rouge et de varier de la taille de la lune à une taille plus petite, pour revenir à une taille plus importante. Une vingtaine d'autres participants observent eux aussi l’évènement. Jimmy Carter prit plus tard  le temps et la peine de remplir un rapport détaillé de trois pages et de l'envoyer à un groupe d'étude privé sur les ovnis : le NICAP.
Témoignage télévisé: https://youtu.be/2yK53ChdnUI

CarterReport2

Il semble qu’une autre observation ait été réalisée par Jimmy Carter en 1974. Son fils Jeff en témoigne dans le journal italien Eva Express: "Je me souviens très bien de cette nuit-là; j'étais près de mon père. D'abord, j'ai cru que c'était une étoile filante, et j'ai même dit à mon père de "faire un voeu". Mais l'OVNI continuait de se déplacer et de changer de couleur. Mon père murmurait: "Regarde, Jeff, maintenant c'est rouge... maintenant c'est vert... Mon Dieu..."
(Jacques Vallée, OVNI: La Grande Manipulation)

Lors de sa campagne pour la Présidence, Jimmy Carter promet aux électeurs de publier les éléments détenus par le Pentagone. En 1977, peu après son élection à la présidence, la Maison Blanche est assiégée de courriers. Des milliers de citoyens américains espèrent que le Président Carter sera le Président de la divulgation. Mais un grand nombre se demande aussi si ce dernier pourra effectivement tenir sa promesse de campagne. Toutefois les courriers sont tellement nombreux qu'il ordonne leur répartition entre la NASA et l'AIR FORCE.
George H.W Bush alors directeur de la CIA, lui répond officiellement que s'il souhaite obtenir ces documents, il doit passer par la commission des sciences et de la technologie de la Chambre des représentants. (Etant entendu que leurs documents lui permettront de répondre à ses promesses électorales puisque les éléments d'importances supérieures sont classés au niveau Top Secret pour le “President’s Eyes Only” et sont détenus par la National Security Agency, la CIA, le MJ-12, la DIA, et par des agences ayant accès aux fonds des Black Budgets.
Durant le mandat de Monsieur Carter, de nombreux documents liés au sujet ovni ont été déclassifiés comme promis, tandis que très peu d'éléments le seront ensuite par ses successeurs.
Au début de son mandat, Jimmy carter essaye réellement de dévoiler des informations. Il utilise des hauts fonctionnaires au sein de son gouvernement pour entrer en relation avec la CIA, le FBI et la NASA sur le dossier ovni. Mais ses tentatives échouent. Le FBI répond ne pas détenir beaucoup d'éléments tandis que la NASA reçoit un message de la CIA, lui demandant de ne pas coopérer avec la Maison Blanche sur ce sujet.
Bien que cet acte de la CIA semble anti-constitutionnel, il s'appuie en fait sur une règle imposée par la pratique du secret. Aux États Unis, certains sujets sont soumis à un cloisonnement qui restreint les habilitations. Ce cloisonnement est construit avec la règle du "Need to Know", le "besoin de savoir". Le directeur de la CIA indique donc que le dossier ovni est placé dans cette catégorie. Ce qui permet de s'interroger sur la détention ou pas, par le Président du gouvernement élu pour 4 années du "besoin de savoir" les secrets les plus sensibles et en particulier, ceux portants sur le dossier ovni.

Malgré le risque qu'elle impose au principe de la démocratie, cette règle aurait-elle fermé l'accès du Président, à des informations aussi sensibles ? Est-il possible que le Président, perçu parfois comme un rouage de l'administration publique, ait été considéré comme n'ayant pas "besoin de savoir" et cherchant seulement à satisfaire sa curiosité de façon non pertinente ? Est-il possible que des employés des agences gouvernementales puissent priver le chef du gouvernement, celui qui est décide de la politique du secret et la protège, d'informations essentielles ?

Le témoignage de l'ancienne directrice du Service de recherche de la Bibliothèque du Congrès, Marcia Smith témoigne effectivement d’un échange qui est peu connu. A l’époque de l’élection de Jimmy Carter, le Directeur de la CIA qui n’est autre que Georges H.W.Bush répond à Monsieur Carter très clairement qu'il ne lui transmettrait pas les informations ovni très sensibles qu’il recherche, que ces informations nécessitaient « un besoin de savoir » et que la simple curiosité de la part du Président n’était pas adéquate. Georges H W Bush sera ensuite remplacé et n'aura plus jamais la possibilité de rencontrer le Président Carter durant son administration.

Ronald W. Reagan (1981-1989)

Ronald Reagan a lui aussi été témoin à plusieurs reprises de manifestations ovni.
Un soir, Ronald et Nancy Reagan étaient invités à une réception à Hollywood par une personnalité très connue du show-business, Lucille Ball. Après trente minutes de retard, Nancy et Ronald Reagan arrivent finalement mais se montrent sous le choc. Ils déclarent avoir observé un ovni tandis qu'ils longeaient la côte en voiture et avoir pris le temps d’observer tous ses mouvements. Réf : Lucy in the Afternoon Cliquer ici

Une autre observation plus célèbre a été réalisée en été 1974, alors qu'il était gouverneur de Californie et rentrait d’un meeting de campagne dans un petit avion monomoteur. Deux autres personnes et le pilote se trouvaient avec lui. Soudain, ils aperçoivent, un objet lumineux blanc, inconnu, s’avancer vers eux en zigzagant. Le pilote surpris, ignorait complètement ce dont il pouvait s'agir. Ronald Reagan lui demande alors de suivre l’objet. Arrivé aux environs de Bakersfield, l’objet monte soudain très vite en altitude et disparaît.

Depuis le début de la guerre froide, les présidents américains n'ont jamais négligé les risques de déclenchement d’une guerre atomique suite à une méprise avec des manifestations ovnis aussi bien en URSS, qu'aux Etats-Unis. Les sites de lancement de missiles nucléaires ont eux aussi, été les lieux d'interventions de la part de ces intelligences inconnues. Des sites nucléaires ont été désactivés à plusieurs reprises lors d'intrusions par des ovnis. Les gros porteurs d’armes nucléaires, aussi bien que les sites de stockage ont aussi été confrontés aux manifestations. Durant les guerres en Asie, confrontés à ces observateurs, inconnus les militaires furent forcés de constater l'efficacité et les possibilités martiales, de leurs engins. Ils ne manquèrent pas de répondre de façon destructrice aux multiples tentatives d'interceptions, que l état major tenta de leur faire subir. Jusqu'à ce que les militaires décident finalement de les ignorer et de les éviter. Ce qui ne permettait pas de présumer de leurs intentions mais imposait de les considérer comme dangereux pour la nation et éventuellement pour l'espèce humaine dans sa totalité.

D'autre part, l'intrusion d'ovni au-dessus de la base nucléaire de Byelokoroviche en Ukraine en 1982 qui a donné lieu à l'activation et la mise en position de lancement de ses missiles puis à leurs dèsactivations démontrait que ces opérations de prise de contrôle menaçantes s'étaient déployées à une échelle planétaire.
En 1983, officiellement pour contrer la menace soviétique Ronald Reagan annonce le projet de déploiement futur d'un programme d’armement spatial, l’IDS (l’Initiative de Défense Stratégique). Composée d'armes laser et de missiles, l'IDS a pour objectif d'assurer depuis l'espace la défense du territoire américain contre tout agresseur. Dès le début, les chercheurs du domaine ovni ont soupçonné que le projet visait en fait à intercepter des ovnis, voire à contrer une invasion extraterrestre. Et la suite des déclarations de Ronald Reagan sur ce sujet n'a jamais cessé de confirmer cette perception.
Car Ronald Reagan s'est clairement tourné vers les leaders de plusieurs nations afin de tâter le terrain sur la possibilité de trouver une entente pour une défense commune en cas d'invasion par une intelligence extérieure.
Ainsi, en 1985, lors du sommet de Genève, le président américain, s’est adresse à Gorbatchev pour lui déclarer qu’il était persuadé que les deux superpuissances collaboreraient en cas d’invasion extraterrestre.

reagan gorbatchev geneve1985
Sommet de Genève 1985

Il est cependant important de considérer que Ronald Reagan avait pris l’habitude d’ajouter à ses discours des allusions à la menace venue de l’espace. Il était passionné par plusieurs sujets qui apparaissaient dans ses discours: les ovnis, les fantômes, l'astrologie et Armageddon.

Plusieurs indices liés à sa personnalité et à ses déclarations permettent toutefois de supposer qu'il n'a jamais eu une connaissance importante ou approfondie des éléments détenus par le milieu du renseignement militaro-industriel sur les ovnis.
Selon la C.I.A, Ronald Reagan avait une vision personnelle forte de la façon dont le monde tournait: l'URSS, athée était l'empire du mal, constitués de voyous et de tyrans qui n'avaient cessé de créer des troubles partout où cela était possible. Ses convictions religieuses le poussaient à penser que les israéliens étaient du bon côté dans le conflit du moyen orient et que les blocs arabes étaient tous globalement des terroristes. La CIA a tenté d'élargir sa compréhension de la situation durant quelques années jusqu'à ce qu'elle jette l'éponge, sans espoir que le Président se livre à un examen approfondi des questions de fond.
Le Président Reagan considérait que les PDB (Présidents Daily Briefings), séances d'informations tenues par la CIA à l'attention du Président ne pourraient rien lui apprendre de plus que ce que les journaux publiaient. Et s'il accepta d'y participer pendant la période de transition, sur insistance de son vice-président Georges W.Bush, ce fut à condition  que ces séances fussent courtes. Ensuite il demanda à ses conseillers de s'y rendre à sa place. Puis il autorisa une augmentation de liste des participants admis à lire les comptes rendus du PDB, tandis qu'il demeura le seul à les ignorer. La CIA considéra alors que les éléments sensibles devaient être retirés des PDB et cessa de transmettre ces éléments. En huit années de présidence, la CIA ne fut autorisée à le conseiller qu'une ou deux fois seulement.

En septembre 1987, il déclare à l'ONU

George H. W. Bush (1989-1993)

Georges W Bush est généralement considéré par les ufologues comme l’homme de l’intérieur, celui qui sait, mais se tait. Il est soupçonné d’appartenir au groupe Majestic 12 qui contrôle et gère le dossier ovni-extraterrestre depuis l’affaire de Roswell. Ces accusations ne datent pas de son mandat de directeur de la CIA au temps du Président Ford et du début du mandat du Président Carter, mais émergent plutôt de la globalité de sa carrière, de ses rares commentaires sur le sujet et du constat d'interruption des déclassifications de l’information liés aux ovni durant toute sa présidence. En effet, des milliers de documents sur les ovnis ont été déclassifiés au cours des mandats d’autres présidents alors qu'un seul le fut sous le mandat de George W. Bush. Toutefois, il n'a pu échapper aux questions portant sur le sujet ovni qui lui furent posées en public.
- En Mars 1988, alors qu’il faisait campagne à Rogers en Arkansas pour la présidence, George W Bush répond en tant qu’ancien directeur de la CIA sur la question de dire la vérité sur le dossier ovni aux Américains: «Je suis très prudent dans la vie publique sur le traitement des informations classifiées. ».
- Au journaliste pour l’Arkansas Globe, James Adder qui lui demande ce qu’il sait sur le phénomène Ovni. Georges H W Bush répond: «Je le connais (le dossier ovni). J’en sais pas mal », avant d’interrompre l’entretien.

La C.I.A s’exprime avec enthousiasme à propos du président Bush sénior. Ce dernier prenait très au sérieux le PDB, en avait réduit l’accès et imposait aux lecteurs un retour quotidien des livres d’informations. Durant la présidence Georges H.W.Bush, les incidents ovnis diffusés à la connaissance du public sont devenus rares. L’absence de documents ovni (à une unique exception) dans la bibliothèque Bush indique-t-il que ces affaires ont été détournées vers des agences telles que la NASA, l’Air Force, la DIA ou les programmes très classifiés des Black Projects afin de pouvoir les traiter en toute discrétion, loin des yeux du public?

- Sur le plan international le Dr. Marina Popovitch, ancienne cosmonaute et colonel de l'armée de l'air soviétique, dévoile dans l'émission de télévision Hard Copy (D. A. Lewis & R. Shreckise: UFO End-Time Delusion) qu’une discussion entre George Bush et Mikhaïl Gorbatchev portant sur les ovnis s’est déroulé à Malte. Celle-ci portait plus spécifiquement sur une observation d'OVNI faite par des scientifiques en URSS dans le cadre d’une expérience spatiale.
- Plus récemment en octobre 2015, afin de contribuer à l’avancement de la campagne présidentielle d’un autre de ses fils, Jeb Bush, petit frère de l’ancien président George W. Bush, Georges H.W.Bush l’a accompagné durant une collecte de fonds. Un homme dans la foule lui a posé une question sur le dossier ovni, à laquelle il a répondu de façon déroutante pour un ex-président et ex-directeur de la CIA. Son interlocuteur lui demande a quel moment le gouvernement annoncerait la vérité aux Américains à propos des ovnis. Georges Bush sénior a alors répondu : «Les Américains ne peuvent pas faire face à la vérité » juste avant que l’interrogatoire ne soit interrompu par les organisateurs de l’événement.


Bill Clinton (1993-2001)

« Si je te fais nommer procureur, je veux que tu trouves les réponses à deux questions pour moi. La première, qui a tué JFK? Et la seconde, est ce que les ovnis existent ? ».
L’une des premières décisions prises par le Président William « Bill » Jefferson Clinton, fut de nommer Webster Lee Hubble, son ami, avocat, fils d’un de ses professeurs d’université au poste de procureur général adjoint, avec un objectif majeur, celui de découvrir la vérité.(Voir Friends in High Places: Our Journey from Little Rock to Washington, D.C.)

clinton-kennedy

Bill Clinton serrant la main à John Fitzgerald Kennedy, alors président.

Le Président William Bill Clinton était fasciné par le sujet des ovnis. Grant Cameron(écrivain-chercheur), explique que les Clinton (ou une personne très proche dans leur entourage) ont (a) réalisé une observation ovni à la fin des années 70.

 

A l'ouverture, de la bibliothèque Clinton, qui présente un ensemble de documents déclassifiés provenant de l'administration Clinton,  un nombre important sont liés au dossier ovni. Contre toute attente, la bibliothèque s'est opposée à la déclassification de beaucoup d'entre eux relatifs au dossier ovni.
Durant son gouvernement, le Président Clinton donne l'apparence d'avoir tenté sans succès, d'accéder aux dossiers secrets sur les ovnis, qui sont détenus par les agences gouvernementales.
Ses actions en rapport avec le dossier ovni ont évolué. Certains de ses impératifs doivent être considérés: il est président, avec l'objectif de demeurer au pouvoir pour un second mandat puis de demeurer au pouvoir en dépit du risque de destitution (affaire Monica Lewinsky).
La bibliothèque Clinton donne à son mandat l'apparence de n'avoir pu exprimer tout ce qu'il pense, ni tout ce qu'il sait au grand public. Comme le démontrera la suite de ce dossier, la position intime du Président Clinton semble se résumer dans les termes suivants :
1) Le Président Clinton sait que les agences gouvernementales ont des secrets et qu'elles peuvent dissimuler leurs connaissances sur le sujet ovni, ainsi que ce qu'elles savent sur le meurtre du Président Kennedy. D'autre part, il n'ignore pas que les douze précédentes années de la CIA au service de présidents du parti républicain ont des conséquences sur l’orientation, la stratégie et les actions appliquées par le milieu du renseignement. Un grand nombre de leurs interventions sont ignorées par son administration puisque le Président Clinton, lui-même ne détient pas toutes les habilitations et en particulier ne franchit pas la restriction « Need to know » sur certains dossiers dont l'importance peut être considérable pour l'avenir du genre humain. Sa confiance dans les administrations du renseignement est tellement faible qu'il ne fera pratiquement jamais appel à elles, au grand dam des directeurs de la CIA qui se succèderont.

2) Le Président Clinton a compris que les informations dissimulées sont gérées par un groupe de pouvoir dont les ramifications au sein des agences gouvernementales opérent à l’abri des regards, tout en bénéficiant de possibilités et d'une protection illimitée. Deux voies ont pu être suivies:
- l'absence de briefing Présidentiel sur ces sujets sensibles lui aurait prouvé qu'il a été écarté comme le furent plusieurs autres Présidents. Sans ignorer le danger encouru et qu’il peut envisager à l’origine de l’assassinat du Président Kennedy, le Président Clinton cherche à identifier le groupe de personnes qui contrôlent ces dossiers.
ou bien 
- la transmission d'un briefing Présidentiel au cours de son mandat, lui confie le rôle de gardien des dossiers sensibles qu'il doit maintenir en l'état et protéger de la pression exercée par les collectifs civils qui cherchent à obtenir une divulgation.

Durant sa présidence, plus d’un millier de documents sur le sujet ovni seront déclassifiés. Pour exemple, les chercheurs français apprécieront le rapport de la NSA (Cliquez ici). Ce dernier résume le contenu d'une étude secrète française en 5 volumes de 500 pages, datant de juin 1978, réalisée au sein du GEPAN (Groupe d'Etude des Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés, du CNES), toujours sous scellés à l'heure actuelle. Le rapport de la NSA décrit la composition du Gepan, la répartition de ses compétences et la régularité de ses interventions. Il explique que l'étude secrète française se concentre sur 11 manifestations ovnis de hautes crédibilités et de hautes étrangetés. L'étude secrète française serait très détaillée et stipule qu'un seul de ces onze cas est explicable de façon conventionnelle. Dans les dix autres cas, la distance entre les témoins et l'objet est inférieure à 250 mètres.... Le rapport poursuit la description sans omettre de préciser qu'une diffusion restreinte de 120 exemplaires de cette étude a eu lieu et que les chercheurs français ne détiennent pas d'informations supplémentaires à l'un des cas déjà bien connus des services américains: le cas de manifestation ovni de Téheran

CNES NSA

Pour ce qui concerne la classification des informations, le Président Clinton va prendre des mesures encore plus décisives en vue d'une déclassification. Au cours de son premier mandat, il va imposer l’ordonnance executive 12958 Executive Order 12958 qui ordonne de déclassifier tous les documents gouvernementaux dans les 25 ans, sauf exception. Ce qui ouvre sur une déclassification d'un milliard de documents.

Toutefois, la présidence Clinton comporte d'importants points faibles. Clinton est davantage intéressé par l'économie que par le domaine des renseignements qu'il ne consulte pratiquement jamais. Son premier directeur de la CIA est James Woolsey qui devient chef de toute la communauté du renseignement, soit 12 autres agences de renseignements complémentaires en plus de la CIA. Ce qui représente près de 80 000 employés. Malheureusement, James Woolsey, directeur de la CIA, ne possède aucune expérience de fond dans le milieu du renseignement. Malgré sa fonction officielle de «principal conseiller du président pour les questions de renseignement liées à la sécurité nationale», l’ignorance de James Woolsey n’incite pas les agences à une ouverture. Sans évoquer que l'incertitude de son poste n'incite pas au partage d'informations critiques ultra secrètes. En effet, il peut être remplacé du jour au lendemain au bon vouloir du président ou sur une décision du congrès, comme le fut George.H.W.Bush, directeur de la CIA au début du mandat du Président Jimmy Carter.
Ainsi, le Président Clinton, autant que son directeur central du renseignement James Woolsey, sont tous les deux ignorants du secteur des renseignements. Ils doivent repartir à zéro et compter entièrement sur la CIA de George Bush pour obtenir les informations nécessaires pour gouverner. D'autre part, Bill Clinton compte bien executer l'une de ses promesses électorales et réduire le budget de la CIA de 7 milliards de dollars dans les 5 premières années. Ce qui provoque une réduction de près de 25% du personnel, la première année.
Il est intéressant de signaler que James Woolsey et son épouse, officier, chef des opérations pour l’Académie Nationale des Sciences étaient tous les deux très intéressés par le sujet ovni, bien avant d’entrer dans l’administration Clinton. Ils avaient eux aussi assisté à une manifestation ovni dans le New Hampshire à la fin des années soixante.
Afin de mieux appréhender le dossier ovni au sein de la communauté des renseignements, James Woolsey va ordonner un examen du rôle de la CIA dans les enquêtes d'OVNI intitulé CIA’s Role in the Study of UFOs (Rôle de la CIA dans l'étude des ovnis), dont une version déclassifiée sera publiée en 1997. Cliquez ici pour le consulter. Il espère ainsi remonter jusqu'à lui, les informations accessibles. Mais, en décembre 1994, James Woolsey démissionne pour des raisons liées aux difficultés de sa mission et à l'absence de soutient du Président, laissant la place à John M Dutch, qui partira à son tour en 1997.

La période Clinton est aussi une présidence durant laquelle d'importantes initiatives émanant du domaine privé vont tenter d'infléchir la politique de secret du gouvernement et des agences gouvernementales sur le dossier ovni. Elles tentent d'initier un processus de reconnaissance officielle d'une intelligence non-humaine, démontrée par l'existence, les opérations et les démonstrations des ovnis.
Parmi ces démarches, celle du Dr Stevens Greer et de son groupe le CSETI du Project Starlight va réaliser de nombreuses séances d'informations auprès de membres influents de l'administration Clinton, dont le vice président Al Gore, ainsi qu'une discussion-briefing avec James Woolsey (Directeur de la CIA).
En quelques mots, la stratégie du projet de coalition Starlight (Lumière d'étoile) consistait à:
1) Identifier et Rassembler les meilleures preuves portant sur les ovnis et les extraterrestres.
2) Identifier les témoins issus des domaines militaires et du renseignement afin de connaître ceux qui acceptent de se manifester et de révéler ce qu'ils en savent.
3) Créer une équipe de conseillers pouvant réaliser des séances d'informations auprès des fonctionnaires de l'executif et leur recommander la déclassification du dossier ovni et la fin du secret portant sur le sujet.
4) Instruire les dirigeants et la population du monde pour ce qui concerne la réalité des ovnis et des extraterrestres.

Rockefeller_clinton

Président Clinton et Laurance et Mary Rockefeller

Une autre démarche très puissante: l'Initiative Rockefeller (Initiative Rockefeller - Cliquez-ici pour la consulter) est très significative. Elle va se déployer sur plusieurs années, avec des actions fortes, à l'international, auprès des autorités, des grands patrons de industrie et d'autorités d'institutions publiques. On compte trois rapports ovnis préparés pour l'administration Clinton au début de la période Rockefeller (dont l'un a été réalisé sur demande auprès de la CIA). Le couple présidentiel sera pris en photo avec Laurance Rockefeller à plusieurs reprises et en différents lieux. Signalons que Laurance Rockefeller a menacé à plusieurs reprises l'administration Clinton d'une campagne de presse sur le sujet ovni, impliquant la responsabilité du Président Clinton dans le maintien du secret. Une autre menace de Laurance Rockefeller pesait lourdement sur l'administration CLINTON, celle d'avoir su approcher la first Lady, Hillary Clinton, d'avoir obtenu son aide dans la formulation d'une demande de déclassification des affaires ovnis par le gouvernement et d'être en position de citer publiquement le nom de la première dame. Hillary Clinton dont le nombre de conseillers dépassait celui des conseillers du Président Clinton était bien impliqué au coeur des rouages de l'initiative Rockefeller. C'est pourquoi, l'administration Clinton se trouva forcée de répondre favorablement à plusieurs demandes de Laurance Rockefeller. Cliquez ici pour télécharger le courrier envoyé au conseiller scientifique du President, Gibbons, par l'avocat de Laurance Rockefeller dans lequel il implique Hillary Clinton.
Sixième homme à avoir marché sur la Lune, le Dr Edgar Mitchell, va lui aussi, soutenir l'ensemble de ces initiatives. La célébrité ainsi que la crédibilité d'un tel personnage vont largement appuyer les actions du Dr Greer et de Laurance Rockefeller.

Le sujet des ovnis ou du crash de Roswell sera évoqué plusieurs fois autour du Président Clinton dans les médias.

A l'occasion d'interviews ou de discours, le Président Clinton prend parfois la parole sur le sujet. Par exemple en 1995 à Belfast (Irlande) il choisit de répondre à un courrier d'un jeune garçon de Belfast à propos du crash de Roswell, plutôt que de répondre aux deux étudiants qui ont gagné le concours permettant de lui poser une question et qui se trouvent sur la scène près de lui :
« Voici la réponse à votre question. Non, pour autant que je sache, un vaisseau spatial extraterrestre ne s'est pas écrasé à Roswell, Nouveau-Mexique, en 1947. Et, Ryan si l'Armée de l'Air des Etats-Unis a récupéré les corps d'extraterrestres alors ils ne m'en ont rien dit, et je veux savoir».
Cette intervention publique va immédiatement lancer une seconde enquête de l'US AIRFORCE sur le crash de Roswell depuis le début de la présidence Clinton. Cette nouvelle enquête se concentrera sur les corps qui ont été retrouvés. Ses conclusions seront une fois de plus
moquées par les journalistes car les extraterrestres de 1m20 à la peau grise des témoins de 1947 vont être présentés comme des mannequins de bois de 1m80 en uniforme qui ont été parachutés à haute altitude en 1953... Toutefois cette enquête revèlera une situation anormale, suspecte et très grave dans le dispositif de classification et d'archivage: tous les documents de la base de Roswell durant cette période ont été détruits. Nul ne sait par qui, ou sur l'ordre de qui...

Une manifestation OVNI durant la période CLINTON: Le 13 mars 1997, un ovni de l'envergure la plus importante, répertorié dans les annales moderne des ovnis, est observé au dessus de la ville de Phoénix. Le nombre des témoins se compte en milliers, voire une dizaine de milliers selon les organisations. L'objet avait d'abord été observé non loin d'un satellite MISTI-3 de l'US AIRFORCE, juste avant que ce dernier ne tombe en panne, soudain à court de batterie. Le NORAD est donc passé en alerte DEFCON 3 et le Président Clinton (commandant en chef) qui se trouvait en Floride a été informé de l'activité ovni et rapidement transporté vers un endroit sécurisé d'où il pouvait superviser les opérations de défense. (consulter l'article du 18 mars 1998 (page 2) publié dans l'ARIZONA REPUBLIC).

A d'autres occasions, le sujet ovni est cité en périphérie du Président CLINTON. Les circonstances qui démontrent l'intérêt du Président pour le crash de Roswell, ne sont pas toujours heureuses. En août 1998, durant le processus de destitution, qui fut par la suite annulée par le congrès (affaire Lewinsky), les procureurs, à la recherche d'un roman prêté par la stagiaire Monica Lewinsky, le découvrent dans le cabinet l'étude privé du Président, entre les ouvrages de "Churchill Courage" et celui intitulé "La vérité à propos du Crash de Roswell".

UFOCrashAtRoswell_Small

La vérité à propos du crash de ROSWELL

Un autre exemple est cité par le Dr Greer: un jour, le reporter de la Maison Blanche Sarah McClendon a demandé au Président Clinton pourquoi il n'avait pas fait quelque chose devant les appels à la divulgation OVNI. Clinton aurait baissé les yeux devant elle et répondu: « Sarah, il y a un gouvernement dans le gouvernement, et je ne le contrôle pas».

En Septembre 2005, Bill Clinton, répond en public à une question portant sur les "secrets transmis de Président à Président" à CLSA (importante compagnie d'investissement) à Hong Kong. (Voir l'interview plus bas). Bill Clinton aborde le sujet de Roswell et d'un site secret dans le Nevada (zone51) à propos duquel les gens sont convaincus, qu'il y a une soucoupe volante et peut être un extraterrestre dans des installations souterraines profondes, parce qu'ils n'autorisent personne à se rendre là bas. Il explique qu'il peut en parler car cela relève maintenant du domaine public. Dans son administration, il y avait de nombreuses personnes qui pensaient que Roswell était un mensonge.
Il ajoute que cet endroit, dans le Nevada, c'est sérieux. Il y a un artéfact extraterrestre là (2mn01). Alors il a envoyé quelqu'un pour voir de quoi il retourne. Mais, c'était seulement une installation Secret-Defense qui mène des travaux ennuyeux qui ne doivent pas être observés par d'autres. [...]
Puis il revient sur le sujet du secret (4mn05) de Roswell, en ajoutant que s'il en existe un, alors il ne le connaît pas. Ce qui le pousse à ajouter qu'il doit s'agir d'une illusion et que cela n'a pas au lieu, qu'il doit exister des explications rationnelles. Il affirmer qu'il aimerait savoir s'il y avait des documents secrets du gouvernement qui ont révélé des choses. Et que s'il y en a, alors on les lui a cachés à lui aussi. S'il y en a, alors il ne serait pas le premier Président américain auquel des sous-fifres ont menti, ou que des bureaucrates ont mis à l'écart. Il déclare qu'il peut exister des gens de carrière planqués quelque part, cachant ces sombres secrets, même aux yeux des Présidents élus. Et si c'est le cas, alors ils l'ont écarté avec succès ... et il est gêné d'avouer qu'il a tenté (rires) de les trouver.

En 1999, Steven Greer déclara en public que les tentatives pour motiver Clinton à faire la vérité sur le sujet ovni était sans issue car "Le Président n'était pas enclin à prendre le risque de le faire". On lui avait transmit sa position comme un fait établi.
L'administration Clinton a aussi comporté des membres très motivés par l'ouverture du dossier ovnis et la reconnaissance officielle. John Podesta, chef du personnel à la Maison Blanche et conseiller à la Présidence en fait partie. Mais ses interventions seront visibles bien après la fin de l'administration Clinton, durant les administrations de G.Bush et d'Obama.

John Podesta dans cet extrait déclare: - [...]Je pense qu'il est temps d'ouvrir les livres (l'accès aux informations) sur les questions qui sont restées dans l'obscurité, sur la question qui concerne les recherches du gouvernement sur les OVNIs. Il est temps de dire réellement la vérité. Nous devons le faire parce que c'est juste. Nous devons le faire parce que le peuple américain est vraiment capable de faire face à la vérité. Et nous devons le faire parce que c'est la loi.[...].

En 2015, Bill Clinton est interviewé sur le sujet ovni dans le Jimmy Kimmel Show. Il répond par l'affirmative lorsqu'on lui demande si il accepterait de révèler au public la présence d'extraterrestres si on le lui apprenait. Et il précise qu'il ne serait pas étonné si nous avions déjà été visité. Il espère que cela ne se passerait pas comme dans le film "Independence day" qui aboutit à un conflit. Il propose de réfléchir au fait que toutes les différences entre les gens sur terre apparaitraient bien minces si nous étions menacés par un envahisseur venu de l'espace.

IMPORTANT

clinton_UFO_front_cover_PHOTOSOP_FINAL_FACE__copy

 A lire : cliquez ici

Article rédigé par Michel Ribardière

Avec nos tous nos remerciements à Mr Grant Cameron pour les nombreuses informations et le travail de synthèse qui nous ont énormément aidé dans la rédaction de cet article.

Avec l'autorisation de l'Association 3AG ( Association des Anciens Agents du Centre Spatial Guyanais): https://www.facebook.com/association.anciens.du.csg/

Retour à "Présidents Américains et UFO 1ère partie" ==>Cliquez ici

Prochaînement "Présidents Américains et UFO 3 ème partie" ==>Cliquez ici
George W. Bush (2001-2009)
Barack Obama (2009 - 2017)

Posté par mribardiere à 17:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

01 juillet 2016

Initiative Rockefeller 1993-1996


Article rédigé par Michel Ribardière

Laurence Rockefeller, homme d'affaire, milliardaire, philanthrope, contributeur politique très influent est l'un des enfants du milliardaire John D. Rockefeller-Jr, et le petit-fils du magnat du pétrole John Davison Rockefeller. Sa famille compte plusieurs hommes politiques influents. Son grand-père maternel Nelson Wilmarth Aldrich fut sénateur de Rhode Island. Son frère, Winthrop Rockefeller fut gouverneur républicain de l'Arkansas à l'instar de Bill Clinton, son neveu John Davison Rockefeller, IV, fut gouverneur et sénateur démocrate de Virginie-Occidentale et son grand frère, Nelson Rockefeller fut vice-président du gouvernement sous la Présidence de Gérald Ford (1974-1977). Son frère Nelson, au cours de la présidence de Dwight Eisenhower fut nommé (1954-1955) à la tête de l’Operation Coordinating Board (OCB), un comité du Conseil de sécurité nationale, chargé, entre autres, de superviser les opérations secrètes de la CIA.

Bien qu'il se soit lui aussi lancé dans les affaires avec succès, Laurance Rockefeller n'a pas le même profil que ses frères. Il est écologiste et suivra cet idéal toute sa vie. D'ailleurs, devant l'incrédulité de sa famille, à la fin de sa vie, il fera démonter les cabanes se trouvant sur les vastes terres qu'il a acquis dans le Wyoming et lèguera ses terres au gouvernement pour qu'elles tombent sous sa protection.
A partir des années 80, il va financer à certain nombre de projets n'ayant rien à voir avec le monde des affaires mais plutôt le développement personnel, le paranormal,  les ovnis, dont une étude sur les abductions conduite par John Mack, Budd Hopkins et David Jacob. Lorsque l'université de Harvard tentera de rompre le statut de titularisation du Dr John Mack (chercheur dans le domaine des abductions), il prendra sa défense, financera les frais d'avocat et organisera une grande discussion sur la vie extraterrestre.

Rockefeller_Ranch_Meeting

Dr. Steven Greer (2ème à gauche), Linda Moulton Howe (6ème à gauche)
Dr. Leo Spinkle (7ème à gauche), Dr. John Mack (9ème à gauche)
Laurance Rockefeller (10ème à gauche)

En début d'année 1992, Laurance Rockefeller prend la décision d'intervenir au plus haut niveau de l'executif, quelque soit le prochain Président, afin d'obtenir une déclassification des affaires ovnis. Et c'est ce qu'il tentera sans relache entre 1993 et 1996.
En Mars 1993, il lance une approche exceptionnelle de l'administration Clinton. Il prend contact avec  le Bureau de la politique scientifique et technologique dirigée par le Dr John Gibbons, conseiller scientifique du Président. Un courrier de l'avocat Henry Diamond de M. Rockefeller en date du 29 Mars 1993 demande une rencontre avec Mr Gibbons afin de "discuter de la disponibilité potentielle de l'information gouvernementale sur les objets volants non identifiés et la vie extraterrestre."

OSTP_1_2

OSTP_1_3

Le courrier explique qu'il existe une croyance dans de nombreux milieux portant sur la détention par le gouvernement d'informations classifiées sur les OVNIS n'ayant jamais été déclassifiées. Cette omission a provoqué «une suspicion et une méfiance inutile» dont Monsieur Rockefeller souhaite discuter avec le Président Clinton. Le courrier ajoute que «Beaucoup de personnes pensent que la divulgation de ces informations sur une base compatible avec la sécurité nationale serait un geste significatif qui augmenterait la confiance dans le gouvernement».

Dans le cas où l'administration Clinton refuse de discuter avec lui, Laurence Rockefeller prépare un plan B. Il compte augmenter la pression en publiant un message dans plusieurs importants médias américains (dont le New York Times, le Washington Post, le Chicago Tribune, le Los Angeles Times):

Monsieur le Président,

Concernant le sujet des phénomènes OVNIS -
Que savez-vous, Quand avez-vous appris ?
Avez-vous échangé sur ce point avec le Congrès?
Quand parlerez-vous au peuple américain de ce sujet?
Le dossier est aussi important que tout ce à quoi nous devons
faire face. N'essayez pas de faire cavalier seul ! Cette Information Appartient au Monde.

Compte tenu de la célèbrité de son nom, et de son influence, Laurance Rockefeller sait parfaitement qu'un tel message créerait une situation intenable pour la présidence. Malgré son apparence interrogative, le message implique que le Président détient une information capitale sur le sujet. Cela entraînerait un déferlement de questions de la part des journalistes, ouvrant sur une ère de suspicions devant laquelle le gouvernement et le Président en particulier auront absolument tout à perdre.

Toutefois l'approche de Laurance Rockefeller et l'influence qu'il représente dans de nombreux secteurs, lui ouvrent la porte du Dr John Gibbons. Ils se rencontrent en présence de son avocat et de Mr Scott Jones, Président de la Fondation pour le Potentiel Humain que Laurance Rockefeller finance.

OSTP_2_1

OSTP_2_2

(1)

Il présente alors au Conseiller Scientifique du Président un document support de 9 pages appelé UFO Matrix of Belief(Matrice des croyances sur les ovnis) réalisé par le journaliste Richard Farley. Ce document à pour objectif d'illustrer les propos de Laurance Rockefeller et d'expliquer ses objectifs, dont celui d'obtenir une discussion ouverte avec le Président.
De son coté, le Dr Gibbons s'est interrogé sur la position du puissant Laurance Rockefeller afin de comprendre son intérêt pour un  sujet aussi controversé. Le Dr Gibbons perçoit tout cela avec inquiétude car il ne voit aucune issue. Il se tourne alors vers la CIA pour obtenir toute l'information qu'ils peuvent détenir sur le dossier ovni. L'affaire est confiée au bureau qui s'occupe des sujets "étranges" et tombe entre les mains d'un scientifique, le Dr Ronaldo Pandolfi. La CIA se retrouve ainsi dans une posture malaisée. Comme le sujet est clos depuis 1969, officiellement la CIA n'enquête pas sur les ovnis. Toutefois, c'est aussi son rôle d'informer la Maison Blanche dans tous les domaines requis. Ron Pandolfi trouve une seule issue: faire appel à un scientifique civil connu pour ses nombreux articles sur le sujet ovni, ayant travaillé pour la navy sur des projets de recherche liés au lasers à haute énergie en milieu sous-marin et ayant à deux reprises fait une conférence sur le sujet ovni pour des membres de la CIA: le Dr Bruce Maccabee.

De cette façon la CIA peut répondre à la Maison Blanche, sans pour autant avoir enquêté sur les ovnis. Le rapport adressé à la Maison Blanche s'intitule Briefing on the U.S Government Approch to the UFO Problem as Determined by Civilian Researchers During the Last Twenty Years (Cliquez ici pour le consulter).

Tout au long de l'année, les relations entre l'équipe de Rockefeller et la Maison Blanche vont continuer de se développer en vue d'écarter les obstacles à l'ouverture des dossiers ovnis. Rockefeller est courtois mais insistant sur ce qu'il veut obtenir. Et le Bureau de la politique scientifique et technologique du docteur Gibbons va bientôt réaliser que Laurance Rockefeller n'a pas l'habitude qu'on lui réponde par la négative. Lorsque la collaboration lui semble insatisfaisante ou improductive, il use de plusieurs sortes de menaces qui pèsent fortement sur cette administration comme celle de déclencher une campagne de presse par le message précédemment cité. Ces actions forceront bientôt cette administration à satisfaire toutes ses demandes. En 1994, il rencontre à nouveau le Dr Gibbons pour avancer d'une façon plus significative dans le projet de déclassification. Il propose de démarrer le processus d'ouverture des affaires ovnis en axant les efforts sur une affaire importante, celle du crash de Roswell. Cette affaire symbolise aussi le commencement des secrets du gouvernement sur le dossier ovni. C'est la mère de tous les secrets sur les ovnis. Rockefeller explique que si cette affaire est bien un crash d'ovni, alors sa révélation déclenchera un processus de marche arrière de quarante années de déni de la part du gouvernement. A l'inverse, si cette affaire ne peut pas être pleinement expliquée comme une affaire d'ovni, elle contribuera de façon significative au champ de recherche et à une plus grande rigueur. Toutefois Laurance Rockefeller précise qu'avec la levée d'un tel secret, il faut envisager de garantir une amnisty  afin de permettre à tout ceux qui connaissent l'incident de parler, sans crainte des poursuites liées au secret. Il a des raisons de croire que certaines personnes révèleront des informations sous ces conditions.

 OSTP_10_2

OSTP_10_3

Ainsi, en 1994, l'AIR FORCE reçu soudain l'ordre de réenquêter sur le crash de Roswell de 1947.
En juin 1994, Rockefeller laisse entendre au Dr Gibbons qu'il a conduit des discussions préliminaires avec un groupe pour réaliser une conférence aux Nations Unies sur l'intelligence extraterrestre et que la participation d'une personne de la stature du Dr Gibbons conduirait ce projet à un succès incontestable.
Mais le 9 août 1994, le rapport d'enquête de l'AIR FORCE est enfin rendu. Il conclut que les enquêteurs n'avaient rien découvert permettant de relier cet incident à un crash d'ovni, à la récupération de corps ou de matériels d'extraterrestres ni même à une opération de couverture pour un projet secret. Après sa publication, plusieurs chercheurs décidèrent de répondre à l'US AIRFORCE ou au bureau de Mr Gibbons afin d'exprimer leur déception de voir cette institution poursuivre ses mensonges. D'autres tels que le Mr Stanton T Friedman, ayant étudié plusieurs années cette affaire, décidèrent de contrer les déclarations formulées dans le rapport.
Cliquez ici
En mai 1995, Rockefeller finance une conférence intitulé « When Cosmic Cultures Meet ». Cet évènement est organisé et dirigé par Scott Jones qui a invité Bill et Hillary Clinton. Malheureusement, ces derniers n'ont pas été en mesure de s'y rendre. Ce qui a lourdement augmenté les menaces d'une campagne médiatique de la part de Laurance Rockefeller souhaitant interpeler publiquement le Président Clinton sur le sujet ovni.

 

JY_Ranch
La famille Clinton dans le ranch Rockefeller du Wyoming

 En août 1995, la famille Présidentielle a accepté une invitation de Laurance Rockefeller et lui rend visite dans son ranch du Wyoming. C'est l'occasion pour Hillary et Bill CLINTON de recevoir un briefing, The Best Available Evidence Briefing Document: Rockefeller Report, que Rockefeller a fait rédiger et a financé dans une opération d'envergure internationale. Marie Galbraith (épouse de l'ancien ambassadeur des Etats Unis en France) qui y a participé activement, décrit ce rapport comme un outil de préparation à une divulgation officielle sur la réalité des manifestations ovnis et des intelligences extérieures. Ce rapport a été distribué auprès d'un millier de personnalités du monde politique, économique et industriel dans le monde. Cliquez ici pour l'obtenir.

 

 AH-Briefing-Document-cover

 

Clinton_Hillary-Rockefeller-2-21Aug1995

 

Hillary Clinton et Laurance Rockefeller, le 21 août 1995.

 

ovni

 

Hillary Clinton with Laurance Rockefeller at the JY Ranch, Jackson Hole, Wyo, August 21, 1995

 

hillarybook

 

Serré contre elle, un ouvrage sur les implications philosophiques de la vie extraterrestre.

AreWeAlone_Davies_front AreWeAlone_Davies_back

Mais Laurance Rockefeller s'impatiente. En novembre 1995, l'administration CLINTON discerne soudain une seconde menace de la part de Rockefeller. Hillary Clinton était très active au sein de l'administration CLINTON. Non seulement le nombre de ses conseillers dépassait celui des conseillers du Président CLINTON, mais la plus grande partie des décisions passait par son bureau, qu'elle avait d'ailleurs fixé au sein même de la Maison Blanche. Laurance Rockefeller qui s'était rapproché de la first Lady, avait réussi à obtenir son aide pour la formulation d'une demande officielle de déclassification des affaires ovnis auprès du Président Clinton. C'est alors, qu'il se retrouvait en position légitime de citer publiquement le nom de la première dame parmi les personnes ayant participé à sa demande de déclassification du dossier ovni auprès du Président. Cliquez ici pour télécharger le courrier de l'avocat de Laurance Rockefeller, envoyé au conseiller scientifique du President CLINTON, John Gibbons, par lequel il implique Hillary Clinton.
Peut être en réponse à cette situation, il se produit un évènement inattendu en novembre 1995, (sauf peut être pour Mr Rockefeller qui fait pression). Le Président Clinton dans une déclaration publique en Irlande préfère répondre au courrier d'un petit garçon à propos du crash de Roswell plutôt qu'aux gagnants d'un concours local qui permettait de poser une question au Président Clinton. 
Le Président Clinton explique que personne ne l'a informé sur ce qu'il s'est réellement passé à Roswell, sur les prétendus cadavres qui ont été retrouvés. Et, il déclare qu'il veut savoir. Son discours pousse immédiatement l'US AIR FORCE à relancer une procédure d'enquête qui va, cette fois, se concentrer sur les prétendus corps qui ont été retrouvés. Le rapport et les conclusions de cette nouvelle enquête seront transmis à partir de fin juin 1997. Ils annonceront entre autres choses que la totalité des archives (archives et communications radio) de la base de Roswell entre 1946 et 1949 ont mystérieusement été détruits sans pouvoir identifier la provenance de l'ordre ni les auteurs. Elle indiquera ensuite que les corps étaient en fait des mannequins en bois parachutés à haute altitude. Cette déclaration lui attirera de nombreuses moqueries de la part des médias qui comparent les descriptions des témoins sous serments ayant à l'époque
assisté à la détention de petits extraterrestres à grosses tête, de 1m20 à la peau grise aux déclarations de l'US AIR FORCE concernant des mannequins de bois, habillés en militaires, et qui mesurent 1m80.

 "Nous avons parlé avec un certain nombre d'actuels et d'anciens fonctionnaires du gouvernement des États-Unis qui pourraient avoir été en position de connaître les informations que le gouvernement des États-Unis détient sur ce sujet. Notre approche du gouvernement américain s'est déterminée à pousser à la divulgation des informations sur les OVNIS qui ont été jusqu'ici détenus et classifiés  pour des objectifs relevant de la sécurité nationale. A présent que la guerre froide est terminée, nous appelons à ce que les contraintes appliquées à la liberté de l'information soient assouplies." Laurance Rockefeller

  Rockefeller_clinton
Le Président Clinton et Laurance Rockefeller - (en Bleu, Mary French Rockefeller son épouse)

 Fin août 1995, Laurance Rockefeller souhaite suggérer au Président Clinton un ensemble de mesures permettant de faciliter la recherche de la vérité et l'ouverture des dossiers ovnis aux citoyens:

OSTP_56_2

 

OSTP_56_3

 

Décès: Mary French Rockefeller est partie après une chute en avril 1997 - Laurance Rockefeller nous a quitté en juillet 2004 suite à une fibrose pulmonaire.

(1) Dans ce courrier, John Gibbons est appelé Jack. C'est une pratique très courante aux Etats-Unis. D'autres exemples tout aussi courant, on emploi Bill à la place William, Dick à la place de Richard, Jim à la place de James, Hank à la place de Henry, Peggy à la place de Margareth, Ted à la place de Edward, Sally à la place de Sarah...etc etc etc

D'autres informations sur les actions de Rockefeller auprès du Président Clinton, dans l'article : "Présidents Américains et UFO 2ème partie" ==> sera publié le 1er août 2016

Article rédigé par Michel Ribardière

Avec nos plus grands remerciements à Mr Grant Cameron pour les nombreuses informations et les photos qui nous ont beaucoup aidé dans la rédaction de cet articles ainsi qu'au site Paradigme Research Project avec Mr Stephen Basset que nous saluons chaleureusement pour leur travail extraordinaire.

Posté par mribardiere à 17:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 juin 2016

La rencontre de Charles HUFFER, Georges W.BUSH et Dick CHESNEY

En juillet 2000, Dick Chesney et Georges W Bush sont en campagne électorale dans l'Arkansas à Springdale. Mr Charles Huffer saisit cette occasion pour demander à Georges Bush devant les medias, si il procèdera aux révélations du dossier ovni dans le cas ou il devient président. Georges Bush répond de façon positive comme une évidence et dans un second temps il désigne Mr Chesney en ajoutant que c'est le premier geste auquel il procèdera. Monsieur Chesney alors interpellé, confirme à son tour qu'il procèdera à la divulgation devant les médias.

bush_cheney

Puis en février 2001, encouragé par d'autres ovniologues, Charles Huffer relance Dick Chesney avec le courrier ci-dessous:

Huffer1 Huffer2

Voici une traduction:
Le président Bush remplit ses promesses de campagne à la vitesse de l'éclair et je veux être sûr que celle qu'il m'a fait personnellement ne se perdra pas.
Le 28 Juillet 2000, vous et le gouverneur Bush étiez à Springdale, Arkansas. J'ai eu l'occasion de demander à M. Bush, si jamais il devient président, acceptera-t-il de nous dire ce qu'il se passe au sujet des ovnis? M. Bush a déclaré: «Bien sûr. Je le ferai. » Cette question et la réponse ont été enregistrées par ABC NOUVELLES et ont été diffusées (en partie) sur NIGHTLINE le soir même et (plus complètement) le lendemain matin sur CNN. Une partie de cette interview avec moi conduite immédiatement après avoir posé cette question fut publié le 29 Juillet 2000 dans le Washington Post.
Quelques minutes plus tard, je vous ai aperçu de nouveaux tous les deux et M. Bush m'indiqua, tout en pointant le doigt vers vous que ce serait la première chose que vous feriez. Quand je vous ai demandé si effectivement vous le feriez, vous avez répondu «Oui Monsieur. ». J'avais mon magnétophone en marche et j'ai donc notre échange sur bande audio. Pour autant que je sache, cet échange n'a pas été enregistré par les médias.
Le fait que M. Bush vous a chargé de cette question explique pourquoi je vous écris.
Compte tenu de ce qui est arrivé après l'élection et le délai restreint résultant de la transition. Il est tout à fait possible que la promesse qui m'a été faite ait été négligée. En tant qu'ancien membre de l'Army Security Agency (l'Agence de sécurité des armées), je détenais
une habilitation Top Secret et Sécurité Cryptologie. Par conséquent, j'ai une meilleure compréhension que le citoyen moyen de ce qu'implique la divulgation d'informations classifiées. Je réalise qu'il est très hautement préférable que tout ne soit pas divulgué à l'heure actuelle. Les projets de rétro-ingénierie en cours actuellement se situeraient certainement dans cette catégorie.
Je vous prie de considérer ce qui suit comme un
scénario possible de divulgation partielle:
Compte tenu de l'importance historique, vous ou le président Bush devrait procéder aux annonces.
L'information serait divulgué par étapes, peut-être au début avec des intervalles d'une à deux semaines. Aucune question de la presse ne serait autorisée dans les premières étapes.


PREMIÈRE ÉTAPE: Ce serait une annonce courte. Il serait indiqué que le Gouvernement des Etats-Unis n'a pas dit toute la vérité au sujet des OVNIS dans le passé en raison de questions de sécurité nationale. Et qu'aujourd'hui encore, tout ne peut pas être divulgué.
Puis
, en supposant que ce qui suit est vrai, il faudrait simplement affirmer que certains ovnis sont d'origines extraterrestres et / ou interdimensionnesl, ou les deux à la fois, qu'ils sont apparemment dans les parages depuis des milliers d'années, que plusieurs groupes différents viennent ici en provenance de divers endroits, (mentionner les systèmes d'étoiles d'origines, si elles sont connues) (éventuellement en provenance de Zeta 1 ou Zeta 2 ou Epsilon Reticuli, si ma propre recherche est valable, divulguer une photo d'un engin en montrant seulement l'extérieur et mettre fin à la conférence de presse.

DEUXIÈME ÉTAPE: Elle impliquerait une divulgations plus importante comme differentes sortes de batiments en mouvement, en les montrant encore une fois seulement de l'extérieur.

TROISIÈME ÉTAPE: Elle impliquerait la divulgation d'images fixes et des images animées depuis l'intérieur d'un ou plusieurs vaisseaux.

QUATRIÈME ÉTAPE: Peut-être quatre à huit semaines après la troisième étape, elle impliquerait la divulgation d'une unique photo d'un extraterrestre, avec un système solaire d'origine, si il est connu. Choisir la photo la plus attractive possible.

CINQUIÈME ÉTAPE: impliquerait la divulgation d'images fixes et d'images animées de divers extraterrestres, si elles sont disponibles, ainsi que leur lieu d'origine, si ils sont connus. La divulgation de transmissions radio ou télévisées, interceptées serait également faite à ce moment.

SIXIÈME ÉTAPE: Elle impliquerait la divulgation d'informations concernant les contacts avec les extraterrestres. L'incident de la base aérienne militaire d'Holloman serait révélé à ce moment.

SEPTIÈME ÉTAPE: Elle impliquerait la présentation des cadavres d'extraterrestres, la divulgation des rapports d'autopsie, ainsi que ce qui a été appris sur les fonctions organiques, les structures et la chimie.
Les questions seraient désormais autorisés pour la première fois au sujet des sept étapes uniquement. (L'étape sept pourrait représenter une pause durant plusieurs semaines ou plusieurs mois.)

HUITIÈME ÉTAPE: Elle impliquerait un compte rendu sur les nombreux dégâts que nous avons subi à la suite d'un contact avec des extraterrestres: avions détruits ou capturés, des enlèvements qui se sont mal terminées, les décès en raison d'une trop grande proximité avec un système de propulsion, un système d'arme, etc. Les question seraient autorisées.

NEUVIÈME ÉTAPE: Elle impliquerait la présentation d'extraterrestres avec lesquels nous avons des contacts officiels ou officieux. Les question seraient autorisées.

Il y a probablement beaucoup de choses que j'ai oublié, donc je ne vous présente pas cela comme un programme complet de divulgation. Mais j'espère que vous accepterez de le prendre en considération. Si vous pensez qu'il est possible de m'inviter à être présent lors des annonce (s), ce serait pour moi le plus grand honneur jamais reçu.

Très cordialement,
Charles A Huffer

Finalement parvenu au bureau du vice-président Dick Chesney, le courrier obtiendra une réponse (voir ci-dessous) qui lui indiquera que sa demande a été transmise à la NASA. La NASA, à son tour, bottera en touche, elle aussi.

Huffer4

Circulez !!! Il n'y a rien à voir !!!

Posté par mribardiere à 10:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 juin 2016

Présidents Américains et UFO 1ere partie

Article publié avec l'aimable autorisation de l'association 3AG (Association des Anciens Agents du Centre Spatial Guyanais)

Article rédigé par Michel Ribardière

1ERE PARTIE
La reconnaissance officielle des manifestations ovnis et de leurs origines intelligentes extérieures est-elle un évènement inquiétant pour l’humanité ? L’homme possède-t-il la capacité de rencontrer d’autres espèces plus avancées et d’y survivre ?

Ces questions sensibles, ajoutées à celles qui portent sur l’intention des visiteurs passent soudain au premier plan dans l’esprit de nos gouvernants lorsqu’ils prennent connaissance du dossier ovni et de ses implications.
Parmi toutes les nations, il en est une particulièrement confrontée aux manifestations ovnis, du moins depuis les explosions d’Hiroshima et de Nagasaki, celle des Etats Unis d’Amérique. Les stratégies des présidents américains, les obstacles qu’ils ont rencontrés et les décisions prises sur le traitement du dossier ovni offrent un éclairage saisissant quant à la politique du secret menée par la nation américaine et son influence sur toute la planète.
Nous n’aborderons pas les éléments antérieurs aux années 40, telle que la rumeur selon laquelle Georges Washington avait rencontré des êtres étranges dans la forêt de Valley Forge(1). Et nous proposons plutôt de citer quelques éléments chronologiques succincts qu’une recherche personnelle permettra d’approfondir.

Franklin D. Roosevelt (1933-1945)
Le 24 février 1942 dans la soirée, presque trois mois après la première attaque de Pearl Harbor par les japonais, les américains qui craignent à présent une attaque sur la côte Ouest voient apparaitre de nombreuses lumières dans le ciel de Los Angeles. Dans la nuit, pendant près d’une heure, la DCA lance plus de 1400 obus sur les objets étrangers, sans qu’aucun d'entre eux ne soit touché (du moins officiellement). D’autre part, 15 avions d’interception décollent sans être capable de s’approcher des appareils étrangers qui évoluent à de multiples altitudes et avec différentes vitesses. A Los Angeles, les dégâts, les blessés et les morts seront tous les conséquences des retombées des obus ainsi que de la peur liée à l’évènement.

Marshall_Roosevelt_LA


Plus récemment, une série de mémos de la Maison Blanche déclassifiés indique que le président Franklin D. Roosevelt connaissait la présence d’extraterrestres et de vaisseaux spatiaux interplanétaires dès 1942. Une organisation spéciale chargée d’étudier leur technologie avait alors été créée. Elle s’appelait l’«Unité des Phénomènes Interplanétaires".

1379553329-ufo+fdr+3


En 1950, Eleonore Roosevelt, son épouse, personnage influent ayant lourdement déterminé l'engagement des Etats-Unis dans la seconde guerre mondiale ainsi que dans la création des Nations Unis, déclara elle aussi, son intérêt pour les manifestations ovni et remercia publiquement les témoins. Rappelons qu’au cours de la seconde guerre mondiale, les armées belligérantes sont parfois l’objet de rencontres aériennes spectaculaires. Celles d’objets d’origines inconnues impossibles à abattre, à capturer à suivre ou à semer. Les Foo-fighters, nom que leur donne les alliés, créent parfois des turbulences tellement dangereuses pour les bombardiers en opération que ces derniers sont parfois forcés de se séparer discrètement de leurs bombes avant même de survoler leurs objectifs. Ces faits ne seront avoués par les pilotes qu'après la fin de la guerre.

Harry S. Truman (1945-1953)
En juillet 1947, Harry Truman est aux commandes du gouvernement lorsque la base de Roswell, dans le nouveau Mexique, première base de lancement des bombardiers nucléaires, annonce la récupération d’une soucoupe volante. Les militaires ne savent pas encore gérer une information de cette importance et publient une déclaration.

 

RoswellDailyRecordJuly8,1947

 

Le gouvernement prend alors la main et décide de clore le sujet en classifiant le dossier et donnant l'ordre de discréditer un des premiers officiers impliqués dans la découverte du crash, le major Jessy Marcel.

roswell-11

 

Harry truman est historiquement l'un des présidents qui donneront l’ordre d’abattre les ovnis. Les manifestations ovni de 1952 au-dessus du Capitole - La maison Blanche, le forceront cependant à admettre publiquement leur réalité et les recherches en cours:

Notons au passage que c’est sous son mandat, en septembre 1947 qu’est créée la CIA, laquelle sera naturellement impliquée dans les recherches secrètes et l’application de la politique de black-out sur les ovnis afin de contrôler le sujet et ses conséquences sur la population. Harry Truman est souvent considéré par les chercheurs comme le président ayant autorisé la formation d'un groupe très secret au dessus de toutes les administrations et dont les objectifs consistent dans le contrôle du dossier ovni au niveau national, a  faciliter les recherches sur les technologies exotiques et à les introduire dans le secteur militaro-industriel. Ce groupe capable de gérer le dossier en toute discrétion, serait chargé de récupérer les débris des engins exotiques sujets à un crash et d'effacer toutes traces pouvant éveiller l'attention des nations étrangères. Ce groupe aux moyens financiers illimités serait constitué de grands patrons de l'industrie de l'armement, de banquiers, de personnels militaires, de personnels du renseignement, de personnels de l'armement et de scientifiques. Il aurait porté plusieurs noms tels que MJ12, Majestic 12, etc...

Dwight D. Eisenhower (1953-1961)
Bien qu’il déclara en 1954 que les soucoupes volantes existent seulement dans l’imagination de ceux qui les voient, le président Eisenhower fut largement concerné par la gestion du dossier ovni. Il aurait réalisé une observation au début des années 50, alors qu'il se trouvait au large des côtes britanniques. L'objet de couleur bleue serait apparu durant une dizaine de minutes.
Le président Eisenhower est considéré par les chercheurs comme le probable dernier président américain a avoir eu un contrôle total sur le dossier ovni. Le général Robert Broussard Landry est
à l'époque, colonel chargé de la liaison entre le Président Eisenhower et la CIA sur le sujet OVNI comme il l'avait fait au temps du Président Truman.

UFOs and the National Security State
UFOs and the National Security State: Chronology of a Coverup, 1941-1973
Par Richard M. Dolan

Le général Robert Broussard Landry témoigne d'avoir eu pour mission de rédiger auprès du Président Eisenhower, un rapport sur le dossier ovni tous les trois mois. Ce qu'il prétendit avoir fait jusqu'à ce que le Président quitte la Maison Blanche.
Plusieurs témoignages, dont celui de la petite fille du Président Eisenhower, Laura Magdalène, prétendent qu’au moins deux rencontres du Président Eisenhower avec des extra-terrestres ont eu lieu. L’une se déroula en avril 1954 sur la base de Muroc/Edwards et une autre en février 1955 sur la base de Holloman dans le Nouveau Mexique. Les témoignages d’anciens responsables des renseignements ou de la Défense confirment que le Président Eisenhower était très impliqué sur le sujet. Dans un témoignage enregistré, un ancien responsable de la CIA raconte la mission qu'un jour le Président lui confie. Il s'agissait de transmettre un ultimatum aux entreprises privées et au commandement dangereusement dégagé de tout contrôle du gouvernement, qui travaillaient sur les épaves extraterrestres au sein de la zone 51. Ces entreprises avaient cessé d'émettre des rapports, refusaient à présent d'en rédiger et prétendaient que leurs activités relevaient du domaine privé. Le président Eisenhower leur donna une semaine pour venir présenter un rapport à la Maison Blanche. En cas de refus, ils auraient à subir une invasion par la première armée des Etats-Unis, et cela, quelques soient les matériaux classifiés qui y étaient développés.

Rappelons-nous que dans son dernier discours présidentiel, Eisenhower alerte l’opinion publique sur le risque qui pèse sur la démocratie à cause de l’accroissement de pouvoir et d’influence des milieux militaro-industriel :

John F. Kennedy (1961-1963)
Le Président John F. Kennedy (1961-1963) avait eu l'occasion lors d'un voyage en bateau d'observer un OVNI de couleur argentée ayant une course descendante, mais son entourage témoigne qu'il leur avait demandé de taire l'évènement. Son frère Robert Kennedy était très intéressé par le dossier.
Le 5 novembre 1961, le président Kennedy apprend que l’URSS n’arrive pas à détecter correctement les leurres américains qui ont été envoyés dans l’espace soviétique afin de tester leurs technologies défensives. Le problème de la présence ovni prend alors une importance inattendue car la tension politique entre les deux blocs est à son sommet. Chaque nation a envisagé une confrontation nucléaire et s'interroge sur celui qui attaquera le premier. Les ovnis sont alors perçus comme un risque susceptible de créer une confusion chez les soviétiques et de déclencher par erreur une guerre atomique. Car les soviétiques comme les américains peuvent confondre des ovnis avec des escadrilles ou des missiles nucléaires adverses. John Kennedy tente alors de dialoguer avec ses rivaux afin de comprendre avec eux ces intrusions et d'éviter de déclencher une guerre par accident.
Le 11 novembre 1963, les soviétiques lancent un vaisseau spatial inhabité appelé KOSMOS 21. Demeuré en orbite, sa mission est gardée secrète. Le lendemain, le Président Kennedy transmet une directive présidentielle à la NASA, lui intimant l’ordre de collaborer avec le programme spatial soviétique. Il envoie aussi une note à la CIA pour qu’elle partage elle aussi les informations détenues sur les ovnis.
Voici le célèbre mémo de demande d’accès aux fichiers sur les ovnis que Kennedy a adressé au directeur de la CIA en date du 12 novembre 1963.

jfkdemande d'infos CIA


Il ne sera jamais obéi car 10 jours plus tard, il est assassiné.
Notons toutefois que plusieurs mois auparavant, Marylin Monroe qui avait été très proche du Président Kennedy mais que ce dernier avait abandonné, semble avoir menacé de tenir une conférence de presse et de révéler des informations confiées par le président Kennedy sur le crash d’un vaisseau extraterrestre et la récupération des corps. Le document ci-dessous a été rédigé par la CIA, 48h avant le décès de Marilyn Monroe.

MMCIA

 

Lyndon B. Johnson (1963-1969)
Selon Jacques Bergier (qui fut, entre autres, membre de l'OSS et resta toute sa vie "en contact" avec le milieu du renseignement), aussitôt qu'il investit le bureau ovale à la Maison-Blanche, le Président Johnson fut informé de l'existence d'un groupe de pouvoir tellement secret qu'il ne lui en avait rien été dit pendant sa vice-présidence et qu’aucune décision présidentielle ne pouvait être prise sans son aval. Il en fut tellement contrarié, qu'il ne put s'empêcher de l'exprimer, informant à cette occasion certaines personnes qui auraient dû en demeurer dans l'ignorance, et qui sont à l'origine de la fuite.
Le président Johnson s'intéressa de près aux ovnis, contraint par la vague de manifestations qui eut lieu en 1965-66 aux USA et dont la presse relatait des rapports émanant de personnalités telles que le gouverneur de la Floride.
Le 4 juillet 1966 il signa une loi qui entra en application l'année suivante. Fondée sur le principe de la liberté d'information, elle oblige les agences fédérales à transmettre leurs documents, à quiconque en fait la demande, quelle que soit sa nationalité. C’est grâce à cette loi, que les décennies suivantes vont permettre la déclassifications de nombreux documents administratifs (plus de 100 000) liés au domaine des ovnis et des possibilités non conventionnelles.

Richard M. Nixon (1969-1974)
L’intervention de Richard M Nixon sur le sujet OVNI est révélée par deux témoins. L’un d’eux est un ancien responsable de la CIA. Monsieur Nixon, vice-président des Etats-Unis durant le mandat d’Eisenhower aurait assisté au compte rendu d’une mission qui consistait à donner un ultimatum aux responsables de la zone 51, détenteurs d’ovni et d’extraterrestres récupérés lors de crashs afin qu'ils se viennent en urgence à la maison blanche pour présenter un rapport de situation.
D’autre part, l’un de ses amis fidèle et célèbre, Jackie Gleason prétend avoir déjà discuté du dossier ovni avec le Président Nixon et qu’un soir, ce dernier serait venu le chercher pour le conduire dans une base militaire de Floride, afin de lui montrer des morceaux d’épaves et les corps d’extraterrestres détenus. (Référence à Hesemann & Mantle: Beyond Roswell Livre sur Amazon).

Gerald R. Ford (1974-1977)
Lorsqu’il était membre du Congrès, Gerald R. Ford avait fortement bataillé contre ceux qui, depuis les sphères du pouvoir, maintenaient sous scellés le dossier des ovnis. Gerald R. Ford est l’un des deux hommes a avoir annoncé son intérêt pour les manifestations ovni avant son élection à la présidence. Puis, en 1966 une vague de manifestations ovni (des centaines d’observations) fut observée dans le Michigan, son Etat de résidence. Après que l'Air Force, par son conseiller, J. Allen Hynek, se fût ridiculisée en expliquant les observations d'ovnis par des "gaz des marais", une campagne de presse sans précédent eu lieu contre les communiqués perçus comme stupides de la part des militaires.

Hynek gaz des marais Michigan_UFO_Sighting


Gérald Ford déclara alors: "Avec la ferme conviction que le public américain mérite une meilleure explication que celle donnée jusqu'à maintenant par l'Air Force, je recommande vivement l'enquête d'un comité sur le phénomène ovni. Je pense que nous devons au peuple d'établir une crédibilité vis-à-vis des ovnis et de produire le plus d'éclaircissements possible sur ce sujet..." La contradiction entre la position des militaires et celle de Gérard Ford pèsera lourdement et de façon positive sur son élection à la présidence.
Il proposa que le Science of Astronautics Committee, ou bien le Armed Services Committee de la Chambre des Représentants, ouvre des auditions sur "le sujet des ovnis et invite à témoigner des membres de la branche exécutive du Gouvernement, en particulier ceux qui prétendent avoir observé des ovnis". (Timothy Green Beckley, op. cit.)
Le sous-comité organisa effectivement une audition le 5 avril 1966, mais trois personnes seulement furent invitées à y témoigner, toutes trois liées à l'armée de l'air. Ces derniers déclarèrent au comité qu'ils n'avaient pas de preuve de l'origine extraterrestre des ovnis, ni aucune indication que les ovnis représentent une menace pour la sécurité du pays. (Dennis Stacy, Cosmic Conspiracy: Six Decades of Government UFO Cover-ups).
C'est au cours de son mandat présidentiel qu'entrera en application la loi F.O.I.A (Freedom Of Information Act sur la déclassification d’archives de l’administration). Après son mandat, il répondra par courrier à un officier des renseignements : "Au cours de ma carrière au congrès en tant que vice-Président et Président J'ai réalisé de multiples demandes d'informations sur les OVNI. Les autorités officielles ont toujours nié en détenir."

(1) voir http://www.ushistory.org/valleyforge/washington/

Article:
Michel Ribardière

Avec l'autorisation de l'Association des Anciens Agents du Centre Spatial Guyanais :
https://www.facebook.com/association.anciens.du.csg/

Suite dans l'article Présidents Américains et UFO 2ème partie : ==> Cliquez ici

Suite dans l'article Présidents Américains et UFO 3ème partie : ==> Cliquez ici
Jimmy Carter (1977-1981)
Ronald W. Reagan (1981-1989)
George H. W. Bush (1989-1993)
Bill Clinton (1993-2001)

 Cliquez ici

Posté par mribardiere à 10:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

26 avril 2016

Un regard sociologique sur les manifestations OVNI

Article publié avec l'aimable autorisation de l'association 3AG (Association des Anciens Agents du Centre Spatial Guyanais)

Depuis les années cinquante, la solidité du dossier ovni ne cesse de se confirmer. Les témoignages provenant de tous les continents, réalisés par des observateurs de toute nationalité, de tout niveau social, de toute culture, de toute croyance religieuse abondent. La dimension transnationale et transculturelle des manifestations est indéniable. A l'instar de tout évènement, les manifestations ovnis sont donc perceptibles par tous et chacun peut un jour en apercevoir.

Malgré l'immense diversité des témoins, malgré des perceptions variées, propres aux différentes cultures, le constat d'une forte unicité des descriptions est incontournable. La conformité des photos, des vidéos, des signatures radars ou sonars, ne cessent, par ailleurs, de le confirmer.
Cette répétition de manifestations surprenantes se poursuit depuis de nombreuses générations (1). Et les observations sont quelques fois réalisées par un nombre si considérable de témoins, qu'elles contraignent indirectement les médias, même les plus fermés, à présenter le dossier.

Depuis la seconde partie du XXème siècle, l’opinion publique est soumise régulièrement à de fortes secousses par le sujet. Elle n’a pas cessé, malgré le silence des autorités et contre les préjugés des milieux scientifiques, de progresser vers une croyance dans la réalité des manifestations ovnis(2). Dans le domaine politique, les gouvernements ont plus d’une fois vu s’imposer l’obligation de réagir face aux interrogations des médias. En France, les déclarations officielles ont invariablement consisté à calmer les esprits en réduisant l’importance du sujet et en affirmant de façon répétée le contrôle total de la situation par les autorités. Des annonces aux allures parfois irrationnelles, mais qui ont le mérite d'apaiser les électeurs-contribuables: « On ne comprend pas l’origine, ni le sens des manifestations, mais on les étudie et la sécurité de la nation n’est en aucun cas menacée…». Pour résumer: - Rendormez-vous, on s’en occupe !!!
Malgré la création du S.E.M.O.C (Service d’Etudes des Mystérieux Objets Célestes) en 1954, et du GEPAN (Groupe d’Etude des Phénomènes Aérospatiaux non Identifiés) en 1978, les manifestations ovnis n’ont jamais été sérieusement désignées par les autorités françaises comme des engins artificiels relevant d'une origine extérieure à notre monde.
Pourtant, les statistiques du GEPAN, service du CNES, devenu GEIPAN, ont toujours affirmé qu'une portion des manifestations est classée en catégorie D. En d’autres termes, ces manifestations sont inexplicables, non naturelles (donc artificielles), et leurs possibilités sont inexplicables dans le cadre de nos sciences ; du moins, à notre stade actuel de développement.
Donc des « objets artificiels, mais pas de chez nous… ».

Tant que ces manifestations interpellent l’espèce humaine de façon progressive, les élus ne voient aucune urgence à accomplir une reconnaissance officielle dangereuse pour les innombrables équilibres de la civilisation. 
Sur une planète où notre espèce dominante est autant divisée, l’introduction d’une variable déstabilisante, destructrice de dogmes et source potentielle de discordes et d'extrémismes, doit être préparée et progressive. Elle s’avère dangereuse, car susceptible de générer des peurs auprès de collectifs qui ont le pouvoir de briser tout écosystème planétaire et d’anéantir toute vie. La reconnaissance officielle des visites par des espèces intelligentes détentrices de sciences et de pouvoirs infiniment supérieurs aux nôtres implique que l’humanité puisse devenir la proie d’espèces extérieures menaçantes.

2016-03-22 20


Considérant la façon égoïste dont l'humanité traite les autres espèces d’un stade de développement inférieur, celle-ci peut être saisie d’effroi en découvrant qu’une infinité de mondes plus développés peuvent lui imposer un traitement comparable.
D’autre part, est-il besoin de rappeler les innombrables rivalités de la pensée humaine dans tous les domaines de la connaissance et du comportement ? D’immenses collectifs sont divisés par des dogmes religieux et scientifiques aussi bien que par des morales antagonistes. Partout les pratiques sociales diffèrent, les équilibres économiques imposés par une pensée dominante capitaliste et égoïste prédisent l'impasse à venir pour le grand nombre. Les langues étrangères se comptent par centaines, l’histoire et les perspectives politiques sont tout aussi variées.

Dans ce contexte, l’atteinte d’un stade de conscience collective plus ouvert, intègre, profond et universel qui permettrait d’éviter de probables divisions sur la conduite à tenir face aux mondes qui nous observent, est-il envisageable ?
Faut-il rappeler que ces mondes extérieurs ne se contentent pas toujours d’observer, mais agissent comme si leur évolution, comme si celles de nombreux autres mondes étaient liées à la nôtre.
Les milieux de la recherche ovniologique ne cessent de le rappeler depuis des décennies. Ils interviennent dans de nombreux domaines. Et la sureté, qui veille à maintenir les intérêts et la stabilité des gouvernements, ne peut toujours voiler leurs opérations les plus ostensibles.
Ces regards d’origines extérieures nous fixent et s’intéressent manifestement aux forces et aux mécanismes qui dépassent les capacités de l’humanité. Les manifestations sont devenues particulièrement visibles lors des confrontations entre belligérants, ou bien sur les sites liés au domaine du nucléaire ainsi que dans les zones où les forces telluriques (volcaniques, sismiques) sont dangereuses.

ovni-popocatepetl-jpg
Popocatepetl Mexique, décembre 2000

Dans le domaine nucléaire, plusieurs documents secrets déjà déclassifiés, ainsi que certains témoignages d’anciens militaires hauts gradés, passés à la retraite, révèlent que les silos de missiles nucléaires, les centrales nucléaires, les centres de recherches, les sites de stockage, ou les porteurs de missiles nucléaires sont régulièrement l’objet de survols par des ovnis. Autrefois, on ne pouvait pas faire passer ces visiteurs pour de prétendus drones inconnus et in-capturables (3).
Sur tous les continents, les centres de commandements de semblables silos d'engins nucléaires ont, à l'occasion de survols par des ovnis, traversé de graves crises, en perdant temporairement le contrôle de leurs missiles. Les missiles étaient parfois activés, placés en position de décollage puis désactivés par des moyens inconnus(4). A d’autres occasions, comme celle de l’explosion de la centrale de Tchernobyl, des ovnis sont intervenus et semblent avoir protégé plusieurs millions d’individus. Les rapports rédigés par les experts français et russes sont sans appel(5). Les 180 tonnes d’uranium enrichi qui étaient stockées dans la centrale auraient dû exploser par fusion et créer une catastrophe nucléaire sans précédent, en détruisant une portion importante de l’Europe(6). A la place de cette destruction majeure, les témoins assistent à l’apparition d’un objet volant inconnu qui projettera un rayon de lumière pourpre vers la centrale. On constatera ensuite que le couvercle de béton de la centrale, qui pesait près de 2000 tonnes, aura été mystérieusement soulevé et posé sur le côté. Les 180 tonnes d’uranium enrichi auront disparu. Mais on retrouvera à la place, plusieurs tonnes d’aluminium d’origines inconnues.

A d’autres occasions, les manifestations ovni prennent des allures bien moins pacifiques. On dénombre une quantité importante d’ingérences dans les batailles menées sur tous les théâtres d’opérations. Ces évènements se sont déroulés, durant la Seconde Guerre mondiale, durant la guerre de Corée(7), celle du Viêt Nam(8). Leurs interventions en Afghanistan, ou en Irak(9) remontent actuellement à la connaissance du public intéressé.
Pendant la 2nd guerre mondiale, les ovnis avaient été baptisés sous les termes de Foo-Fighters par les alliés ou Kraut Bolids par les allemands.
Au cours de la guerre du Viêt Nam, les ovnis sont désignés avec ruse sous les termes d’Hélicoptères Ennemis, sachant pertinemment que les vietnamiens ne possédaient aucun hélicoptère. Intéressés par les technologies et une artillerie apparemment supérieures à celles de la défense américaine, les hauts gradés prennent alors la décision de tenter de les abattre. Mais c’est peine perdue, non seulement, ils n’obtiennent aucun résultat, mais à de multiples occasions, les objets répliquent avec les balles ou les missiles même qui leurs ont été adressés; comme s’ils étaient entourés d’un champ de force réfléchissant les projectiles. Des soldats américains sont alors tués par leurs propres balles à plusieurs reprises et certains missiles tirés par des avions américains sont renvoyés sur des navires de guerre alliés à des centaines de kilomètres, une douzaine d’heures plus tard (10). L’état-major constatant l’impossibilité d’avoir le dessus, prend alors une décision diamétralement opposée et donne l’ordre de ne plus jamais tirer sur les ovnis, de ne plus chercher la confrontation et d’éviter de s’approcher afin de ne plus provoquer d’incidents avec eux(11). Notons toutefois les aveux des hauts gradés impliqués dans ces opérations, selon lesquels les ovnis n’ont jamais tiré les premiers. Ils ont toujours répliqué aux assauts des militaires.

Article:
Michel Ribardière
Caricature:
Myriam Marmion

Autorisation de l'Association des Anciens Agents du Centre Spatial Guyanais : https://www.facebook.com/association.anciens.du.csg/

(1)Rapport publié par la NASA sur les manifestations ovnis dans l'antiquité Cliquez ici pour le site de la NASA. Cliquez ici pour obtenir le rapport en pdf.

(2) En 1947, un sondage de l’institut Gallup montre que 97% des personnes ayant entendu parler d’ovni ne croyaient pas en leur réalité. En 1997, le même institut relève que 48% des sondés croient en la réalité ovni. La même année, CNN associé au magazine TIME réalisent un sondage qui révèle que 80% personnes pensent que le gouvernement cache la réalité des visites extraterrestres et que 75% pensent qu’un ovni s’est crashé près de Roswell. En juin 2002, la chaîne d’information SKY NEWS publie le chiffre de 65% des téléspectateurs avouent croire en l’existence des ovnis.

(3) référence à la vague de manifestation fin 2014-début 2015 avec plus d’une centaine de survols au-dessus des centrales nucléaires françaises, centre de décision ou de recherches nucléaires, site de lancement de porteurs d'engins nucléaires (L'Ille Longue), aucune photo officielle, aucune interception malgré les tentatives.

(4) Ukraine 4 octobre 1982 Byelokoroviche : manifestations OVNI au-dessus de la base de missiles nucléaires. Soudain plusieurs missiles sont activés de façon inconnue et mis en position de lancement. Finalement, les missiles sont de nouveaux désactivés tandis que les ovnis disparaissent.

(5) « Les silences de Tchernobyl : l’avenir contaminé », rapport co-signé entre les experts russes et le Professeur Georges Lochak, physicien, ancien directeur de recherche au CNRS, président de la Fondation Louis-de-Broglie.

(6) Mikhaïl Gorbatchev, Mon Manifeste pour la terre, Le Relié, Coll « Ose savoir », 2002 p26-31.

(7) Washington Post – mars 1952. Le pentagone déclare plus d’une vingtaine d’incidents impliquant des ovnis dans le ciel nord-coréen.

(8) Déclaration 16 octobre 1973, du Général George S. Brown, chef d’Etat Major de l’US.Air Force. Pendant la guerre du Viet Nam, nous avons été envahis par les ovnis et nous les appelions les hélicoptères ennemis.

(9) Irak Vallée du petit Zab (19 mars 2003, les F16 attaquent le petit Zab. Les kurdes remarquent peu après le début de l'attaque l'apparition de lumière dans le ciel. Les F16 stoppent alors l'opération et décident de se retirer.

(10) Incident du Hobart – juin 1968

(11) Témoignage vidéo George Filer, ancien-officier du renseignement de l’Air Force. Documentaire Hangar 1 saison 2 « A chaque fois qu’on leur tirait dessus, nos hommes ne revenaient pas. »

Posté par mribardiere à 11:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,