F.E.A

Informations sur les manifestations OVNI et leurs implications sur notre société. Des articles de synthèse, des témoignages, des documents, des vidéos, des enregistrements radio...

08 septembre 2017

OVNIOLOGIE- une ouverture sur le futur (seconde partie)

Article de Michel Ribardière

Depuis la 2nd partie du XXeme siècle, le nombre des sympathisants de la discipline ovniologique est en augmentation constante. La persistance des manifestations ovnis, associée aux appels à l’ouverture de la part des chercheurs, n’a pas levé l’anathème imposé par les milieux scientifiques ; lesquels placent l’ovniologie au même rang que la magie, l’astrologie et les religions. Campés sur leurs positions, les scientifiques institutionnels refusent d’accorder leur attention aux nombreux indices: le très haut degré d’étrangeté, les répétitions, les démonstrations ostentatoires, la persistance dans le temps, les caractères transnational et transculturel des observations, conjugués à une immanquable unicité des descriptions.

L’ovniologie répertorie, comptabilise et enquête. Mais elle ne se limite pas à une science de l’observation et de la statistique. Elle consiste avant tout, en un exercice de discernement, celui d’une réalité qui dépassent les certitudes de notre époque.

Pour évaluer les apparitions, les ovniologues ont employé la pertinence des sciences (mathématiques, physique, biologie, psychologie, etc…). Et les résultats sont sans appel. Ils conduisent tous aux même constat : un fossé sépare nos technologies, des prodigieuses possibilités de ces présences. Ce que nous pensions impossible ou irrationnel est accompli couramment par d’autres intelligences qui ne se privent pas de transgresser les lois de la physique, que nous tenons pour incontournables comme les lois de masses et d’inertie, les performances liées au rayonnement de l’énergie ou aux accélérations foudroyantes, les manipulations de la gravité. Ces démonstrations nous invitent indirectement à dépasser les limites de nos croyances et de notre vision et à envisager l’avenir prodigieux qui permettra à notre tour, un jour, d’accomplir de telles prouesses.

L’ovniologie stimule l’esprit de la recherche par son ouverture. Et la discipline se confronte sans surprise aux dogmes irrationnels qui hantent notre entendement. Ces dogmes, qualifiés d’opinions cartésiennes sans profondeur et condamnés à rejoindre la somme des fausses-idées, finissent par être balayés lorsque leur refus d’une présence exogène avancée, principale hypothèse permettant d’expliquer les manifestations ovnis, ne peut être justifié. Car la recherche de la vérité ne s’encombre pas des peurs, des normes ou des habitudes qui sont autant d’obstacles sur son chemin. Tous les acquis sont mesurés à l’aune du regard ovniologique. L’outil de la raison lui-même, souvent contradictoire avec les faits, est considéré avec prudence, suspecté d’incompétence.

Le psychisme fait irruption

Dès les années 70, un célèbre ovniologue français, Aimé Michel, l’avait signalé : « Le futur est à l’inconcevable. La raison, instrument provisoire de l’espèce humaine, sera dépassée. […] La science est au seuil du prodige mystique. L’homme n’est pas le dernier mot des choses, ce qui serait désespérant, mais un avenir psychique infini est devant nous. […] ».

L’ouverture psychique, l’apparition de dispositions exceptionnelles ou de possibilités généralement inaccessibles, sont souvent émergeantes après une rencontre rapprochée avec les occupants des ovnis. Une telle confrontation pousse les témoins à une remise à zéro des compteurs socio-éducatif et culturel. Tout ce qui était auparavant fondamental est réévalué à la lumière du bouleversement de la rencontre. Le séisme est d’ailleurs comparé à celui d’une expérience de mort imminente.

Certains expérimentateurs sont catégoriques : les entités inconnues ont quelque chose de plus. Elles disposent de possibilités psychiques qui surplombent tous nos négationnismes enfantins. Les interactions révèlent des êtres d’un niveau de compréhension très vaste. Le rapport entre eux et nous est souvent comparable à celui d’adultes avec des enfants. Et l’inspiration suscitée aux témoins, ouvre sur d’importantes prises de conscience, menant à des transformations psychologiques. L’amour universel, une écologie dans sa vie, la recherche de la paix, le sentiment de lien avec tous les autres et l’investissement pour régler les injustices, les conflits ou les difficultés deviennent des valeurs-phares. Les témoins sont poussés à prendre du recul vis-à-vis d’eux même, considérant la société, la culture, l’histoire, tous les acquis, tous les comportements, toutes les circonstances, comme les parcelles d’une même vérité unitaire qui se dévoile progressivement à l’humanité. Le sens de leur vie prend une importance toute nouvelle. L’écoute intérieure, la croyance que nous sommes davantage que ce qu’il paraît, que chacun de nos gestes compte, deviennent dominantes.
L’énigme des manifestations ovnis entre alors en synchronisme avec l’énigme de notre propre destinée. Elles mènent toute deux au même constat de nos comportements limités et stimulent l’aspiration à la croissance, non seulement pour un bénéfice personnel mais également collectif. Les expérimentateurs sont parfois très mobilisés par l’idée d’une humanité se dirigeant vers un dépassement d’elle-même, un dépassement de ses limites, de ses habitudes, de l’étroitesse de sa conscience et de sa condition et l’atteinte d’un stade supérieur, celui du surhumain.

yop

 

Des forces évolutives :
Pour la plupart d’entre nous, le vacarme de la vie quotidienne annihile cet essentiel, brisant toute perception élargie de la réalité.
A contrario, l’information dispensée par les médias et les réseaux modernes ouvre souvent l’esprit sur des sujets autrement inaccessibles. Les évènements internationaux retentissent dans la conscience humaine. Cette information amplifie la perception intellectuelle, élargissant sa vision égocentrée vers un intérêt d’ordre planétaire. L’injustice, la guerre, l’égoïsme, la pauvreté, la maladie, la haine, révélées par les médias, tout autant que l’humanisme, la santé, le confort, la réussite, la joie, l’élévation spirituelle, et la connaissance stimulent les populations dans leur volonté d’amélioration. En réaction à cette mouvance d’information tout azimut, les consciences actualisent leur lignes de pensée aussi bien en matière de vie privée que professionnelle, sociale, spirituelle ou autre.

La possibilité de communiquer et d’échanger sans délais sur toute la planète est l’indice qu’une marche supplémentaire a été franchie par notre espèce.
Tout individu peut désormais découvrir une infinité de connaissances, arts, cultures, langues, sciences, croyances, religions, contextes historiques, politiques, philosophies, solutions pratiques… Des savoirs aussi variées que la multitude des cultures humaines depuis la nuit des temps. Ce rendez-vous entre l’individu et l’ensemble des acquis annonce-t-il l’émergence du surhumain ? De la pluralité de ces cultures doit-il naître une synthèse sur laquelle l’avenir fondera une conscience transcendante ? Ou bien, la possibilité de scruter la diversité des nuances culturelles a-t-elle pour conséquence de révéler l’essence profonde de la conscience humaine ? Une profondeur essentielle pour participer consciemment à une inévitable et bouleversante mutation vers la surhumanité.

De la normalité au surhumain : «Il est très facile de comprendre (mais très difficile d’imaginer que le fantastique est à nos portes). Je veux dire le fantastique historique, se manifestant par du jamais vu, du jamais survenu dans l’histoire et même plus loin dans le passé. » Aimé Michel

Et les ovniologues d’ajouter que ce que nous tenons aujourd’hui comme une impossibilité voire une absurdité, provient précisément de l’impuissance de notre logique et de notre raison à saisir la nature réelle d’un phénomène qui malgré sa proximité, montre toujours des maîtrises du futur et donc qui nous dépasse. La compréhension de ce phénomène est réduite par notre totale incapacité à concevoir l’avenir autrement que de façon linéaire, la raison ne pouvant prévoir que le rationnel, autrement dit, le déductible.
Les manifestations insolites rappellent que l’homme n’est pas un stade évolutif indépassable ni immutable. L’humanisme est un rêve fugace.
Son évolution suit d’ailleurs une accélération exponentielle puisque dix ans lui permettent de produire autant de nouveauté qu’en dix mille ans. Ce qui annonce la propre abolition humaine sous sa forme actuelle.
Il reste cependant que le surhumain/non humain ne puisse manquer d’être incompris tant sa domination le place hors de toute vision logique et linéaire. Une différence comparable à celle qui règne entre les capacités cognitives humaines et animale.
Le surhumain est une énigme majeure, sans précédent, à laquelle la conscience planétaire va être prochainement confrontée.
Le prodige affleure sans se dévoiler mais il donne quelques indices par les conditions qui lui sont nécessaires.
Que le processus évolutif, soit aussi ancien ou plus ancien que l’homme, il va devoir dans les dizaines d’années qui viennent, soit changer, soit s’arrêter. Les capacités humaines de développement et de destruction surpassent trop lourdement les équilibres écologiques de la planète, sa sphère vitale. Pour la première fois dans l’histoire connue de l’humanité se dresse le concept de limite infranchissable autrement que par un changement essentiel de nature.
Un point de transformation majeure est révélé comme le point de convergence de différentes séries indépendantes d’évènements et de situations, apparemment sans rapport entre elles. En d’autres termes, les synchronicités, la convergence de nombreux paramètres indépendants nous indiquent une date proche, celle d’un basculement, de notre espèce. Cette prochaine étape évolutive ne semble en rien le fruit du hasard, mais plutôt celui d’une dynamique originelle qui pousse depuis l’origine des espèces, vers des états supérieurs de conscience.
Le prochain bond évolutif pourrait voir entre autres l’ouverture d’une boite de Pandore, la manifestation des capacités inexplorées et inexploitées de notre être intérieur. Ce qui démontre que l’homme du XXIème siècle, loin d’être un cul de sac évolutif est en devenir. Les possibilités de ses dimensions intérieures, ouvriront sur la pensée surhumaine.

Pour les ovniologues, un tel réveil serait à la fois une prise de conscience de notre extrême petitesse, ainsi que de ce qui fait notre grandeur : la force du dépassement de soi, que tout être porte en lui. Quand l’Homme intérieur s’ouvre au questionnement infini, l’éveil surgit.

Les ovniologues considèrent comme essentiel d’évaluer le foisonnement de la vie dans l’univers, car rien n’est plus probable que l’existence de la vie autour d’un nombre presque infini d’étoiles. Les spécialistes de l’évolution estiment que l’hominisation est un phénomène inéluctable et que chaque pas en avant de la vie depuis des milliards d’années, fut un pas vers l’Homme. Tout ce qui s’est déroulé depuis quarante millions d’années sur Terre avec une obstination jamais démentie serait-il le résultat d’une loi parfaitement banale ? L’Univers en développement constant serait-il une machine à fabriquer de la pensée ou à manifester de la conscience de plus en plus large ? Le stade de conscience actuel de l’humanité a été atteint ailleurs depuis longtemps et très probablement dépassé.
Ainsi, il devient possible d’envisager une vaste abîme peuplé d’êtres qui nous dominent d’aussi haut que nous dominons la limace et la bactérie. Cette dynamique de l’évolution biologique et psychique en accélération constante indique un aspect immense, profond et inconnu de la nature, que l’homme ne pourra comprendre qu’au prix d’un dépassement de son stade actuel. Dépassement déjà réalisé ailleurs…

Non seulement ce qui nous parait impossible ne l’est peut-être pas, mais toute manifestation physique d’une intelligence supérieure à l’homme comportera quasi obligatoirement une exhibition de l’impossible. Ce qui pour notre esprit rationnel doit non seulement ne pas le faire reculer, mais le conduire à prévoir les différents types d’impossibilités auxquelles il doit s’attendre. L’ovniologue réalise ainsi que l’impossible est loin d’être impensable dans le cadre d’une vision rationaliste, que notre rencontre avec le surhumain sera la manifestation de l’inconcevable qui cesse non seulement d’être impossible, mais devient incontournable. Le propre de l’humain étant de pointer vers le surhumain dont nous recélons le germe, a l’instar des animaux dont le comportement révèle une anticipation de la condition humaine latente.

21146512_10203767486583330_1198937284_o

Evolution:
Des bouleversements masqués se profilent, ne se dévoilant qu’au moment de leur manifestation. En pleine transformation, notre monde révèle peu à peu un futur surprenant et inattendu pour le grand nombre. La pensée dominante est confrontée à des idées difficiles à intégrer pour beaucoup d’individus : la remise en question de l’origine de l’humanité, le contact avec des civilisations extérieures exogènes plus avancées technologiquement ou psychiquement, la preuve que des hybridations avec l’espèce humaine ait pu être accomplies. Ces réalités vont susciter de grands efforts d’ouverture jusqu’à une transformation profonde de notre perception des manifestations de la conscience et de la vie non-humaine.

Le monde des hommes confronté aux mondes plus avancés qui frappent à notre porte, pourrait atteindre le stade d’une union planétaire, malgré les différences entre collectivités nationales, supprimant ainsi les guerres, la pauvreté et les déséquilibres économiques et imposant partout les droits de l’homme élargis, dans une version plus cosmique.

Michel Ribardière (dans la ligne de pensée de S.Aurobindo, Aimé Michel, Michel Picard)
Images de Myriam Marmion

Posté par mribardiere à 20:17 - Commentaires [1] - Permalien [#]

27 août 2017

Des planches comparatives sur les momies de Nazca (première partie)

21014154_858758317633809_6768617809695176356_o

21056240_859988117510829_3362127203881381052_o

21056276_858757197633921_3703925104068228932_o

21083190_859988247510816_5970983434323607604_o

Doigts 1

Doigts 2

Doigts 3

Josefina 1

Josefina 2

 

Posté par mribardiere à 00:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 août 2017

La Divulgation de NAZCA

La divulgation de NAZCA a démarré. Quelques vidéos ont été publiées :

 Teaser 

 La momie Maria n'est pas tout à fait humaine

La momie Josephina est enceinte

Posté par mribardiere à 08:06 - A035_Découvertes_de_Nazca - Commentaires [1] - Permalien [#]

26 juillet 2017

Quelques interviews sur les spécialistes ayant étudié les matériaux génétiques récupérés dans l'affaire de Nazca

En remerciant Catherine et Dominique du site "Les Emanants" pour le travail de traduction.

4 - Les Etres mystérieux de Nasca - Analyses du Dr Edson Salazar Vivanco from Les émanants on Vimeo.



Le Dr Raymundo Salas Alfaro est radiologue spécialiste des IRM depuis 35 ans à Lima (Pérou), il a analysé les momies de Nasca, et donne son verdict. D'après son expérience, elles n'ont pas été fabriquées, ni modifiées.

 

Le Dr JOSE DE JESUS SALCE BENITEZ est Docteur Expert en Médecine Légale de l'Institut des sciences médico-légales du Mexique (INACIF) et Département de la Marine Nationale Mexicaine. Il donne son avis sur MARIA, l'un des êtres de Nasca (Pérou).

La Chaîne Gaia présente elle aussi les découvertes.

 

La Chaîne Tercé Milenio présente elle aussi les découvertes.

Posté par mribardiere à 12:43 - A035_Découvertes_de_Nazca - Commentaires [2] - Permalien [#]

18 juillet 2017

Ovniologie une ouverture sur le futur (Première partie)

Article de Michel Ribardière

Introduction :

En quelques années, les milliers d’exo-planètes (1), les découvertes de la vie dans des milieux extrêmes (2) et les détections d’anomalies astronomiques (3) ont renforcé la présomption que la Vie puisse être un processus courant dans l’Univers. 
Pourtant, l’ovniologie, regardée avec dédain, est exclue des sciences institutionnelles.  Alors que le nombre des scientifiques explorant le sujet ovni ne cesse de croître, et que les manifestations ont maintenu leurs apparitions à l’échelle planétaire depuis plus de 70 ans, la reconnaissance scientifique n’est pas à l’ordre du jour.        
L’ovniologie, qu’un anglicisme désigne par le terme d’« ufologie », est l’étude des objets volants non identifiés. Une étude très large, qui ne se limite pas aux enquêtes sur le terrain, car elle aborde sans réserve les implications de ces présences ainsi que leurs conséquences dans tous les domaines de la connaissance et de la conscience. 
En brusque développement depuis la fin de la seconde guerre mondiale, l’ovniologie peut revendiquer une antériorité plusieurs fois millénaires, car les observations d’objets volants inconnus dans notre environnement sont décrites par les civilisations les plus anciennes (4).
Dans les cent dernières années, notre compréhension des lois de la Nature et du cosmos s’est largement développé, toutefois 95% de l’Univers sont demeurés un mystère (5). Les scientifiques se sont par ailleurs délivrés de leur plus grosse illusion devant le labyrinthe des lois de la Nature : croire qu’il restait quelques virgules à placer afin de tout expliquer.    

L’ovniologie, cramponnée à son fil d’Ariane, se plaît à le faire remarquer, la pensée scientifique est souvent dogmatique et ne représente qu’imparfaitement l’esprit légitime de la recherche. Refuser l’examen des manifestations d’ovnis en est la démonstration. Car, le spectacle de leurs évolutions révèle l’impossible devant nos yeux. Il remet en question l’ensemble de nos certitudes, tout ce que nous tenons pour acquis par la science et suggère que notre savoir est enfantin (6).         
Mais comme le chuchote leurs exhibitions répétées, l’ignorance et l’incapacité de notre stade évolutif peuvent être surmontées, puisque d’autres espèces savent le faire. C’est l’un des messages que l’ovniologie décrypte des manifestations ovnis.

En perpétuelle transformation, la discipline est soumise à de nombreuses influences. Le mutisme des gouvernements, le mépris des sciences institutionnelles et des médias ne sont pas les seules. Si la recherche ovniologique progresse par bonds, elle reste avant tout, soumise aux observations exceptionnelles, aux vagues de manifestations, aux déclassifications des études secrètes gouvernementales, aux manœuvres des pouvoirs publics ou des mythomanes et surtout aux travaux des ovniologues dont l’ouverture, le niveau d’instruction, la persévérance et la lucidité sont prépondérants.


A propos des ovniologues :

Cette communauté rassemble des membres de tous les niveaux d’instruction. Certains sont d’un niveau de culture modeste mais il est possible d’y rencontrer des scientifiques, des chercheurs, des enseignants, des juristes, des économistes, des psychologues, des médecins, des historiens, des sociologues, des artistes, des ingénieurs, des bâtisseurs, d’anciens militaires, d’anciens des renseignements, d’anciens policiers, des intervenants du domaine de l’armement ou des secteurs du nucléaire, des politiciens, d’anciens ministres, des religieux, des francs-maçons, etc…Toutes les catégories d’âge sont aussi représentées. Un constat est toutefois incontournable : l’absence quasi-totale des fonctionnaires en activité, l’absence des scientifiques de la recherche publique en activité, l’absence des militaires, de la police et des gens du renseignement en activité et l’absence des professionnels dont l’image ne doit pas être ternie par des sujets à caution. En général, les ovniologues issus de ces milieux-là ne se dévoilent qu’après être passés à la retraite.                                                 
Exceptionnellement, il est arrivé que quelques rares chercheurs des milieux institutionnels se soient révélés. Mais la plupart préfèrent rester discrets, anonymes, et ne pas être associés aux « farfelus du village », ni entaché de quolibets destinés aux membres d’une discipline en souffrance, car non reconnue par les autorités bien-pensantes.   
Si les ovniologues proviennent de toutes les catégories socio-professionnelles, la culture scientifique s’est notablement renforcée.     

D’autre part, les réactions officielles souvent négationnistes et l’inertie de l’exécutif, les ont poussés à se méfier des positions gouvernementales dont la crainte de perdre le contrôle des populations ou des prochaines élections est dissuasive(7) de tout intérêt officiel. Afin de saisir les implications les plus pragmatiques, les ovniologues évaluent dorénavant, jusqu’aux troubles économiques que des technologies exotiques tirées des études secrètes sur les ovnis, pourraient provoquer.

Sans cadre institutionnel pour les arbitrer, les ovniologues aux égos les plus pragmatiques n’hésitent pas à tenter de s’emparer du domaine, pour s’imposer tels des acteurs incontournables de la discipline. Car, aucun d’eux ne l’ignore, l’ovniologie est promise à un grand avenir et la conscience collective est destinée à en adopter la clairvoyance.         
Sur les réseaux sociaux, les joutes verbales ne sont pas exceptionnelles et l’on assiste parfois à de véritables chocs des titans. Les personnes issues des milieux universitaires, moins accoutumées à une brutalité en public, préfèrent parfois reculer d’un pas.  Passé outre ses divergences, la communauté ovniologique représente aussi une unité significative, une association de chercheurs de dimension planétaire, qui malgré la pluralité des profils et des intérêts, reste indubitablement une force colossale dans l’analyse des faits. D’ailleurs, les tentatives de désinformations du milieu ovniologique, n’ont pas manqué durant les 70 dernières années et la complémentarité des compétences a souvent démontré une forte capacité à démasquer ces manoeuvres, dont un nombre important était d’origine gouvernementale (8). Ce qui n’a pas manqué par ailleurs de pousser ce collectif à développer une certaine paranoïa. Une majorité d’entre eux est persuadée d’avoir déjà été écouté par les renseignements, ou encore par un groupe secret issu des milieux militaro-industriels, qui imposerait un contrôle absolu du dossier aux nations les plus puissantes.

Aux Etats unis, les sondages ont révélé, dès la fin des années 90, qu’une majorité des citoyens soupçonne leur gouvernement de recouvrir le dossier ovni du sceau du secret et de la désinformation(9). Il est notable que toutes les déclarations faites par les présidents, jusqu’à celles du Président Obama(10), ainsi que l’inertie de ces derniers concernant une reconnaissance officielle et une ouverture des dossiers gouvernementaux, ont fortement contribués aux soupçons et suscité une forte inquiétude.

Malgré le refus ou la mauvaise volonté des pouvoirs publics, les ovniologues n’ont jamais été découragés. Ils n’ont pas hésité à plusieurs reprises à porter plainte contre les agences gouvernementales américaines, jusque devant la cour suprême, pour obtenir gain de cause et accéder aux dossiers ovnis que des sonneurs d’alerte leur avaient signalés (11). Les ovniologues n’hésitent plus à démontrer ostensiblement les contradictions des pouvoirs publics qui déclarent que le dossier ovni est inexistant tout en travaillant scrupuleusement sur la question, comme le prouvent les innombrables documents révélés dans le cadre des lois sur la déclassification (12).
Le secret imposé sur le dossier ovni par les gouvernements, dont la profondeur annonce un changement de paradigme, est devenu pour les ovniologues un problème de société. Il représente un obstacle à la liberté d’opinion, à la démocratie et à l’atteinte par le genre humain d’un prochain stade évolutif.    
Les ovniologues évoquent inlassablement les dissimulations et les manipulations liées au dossier ovni. Ils revendiquent une légitimité que les manifestations ovnis n’ont cessé de justifier. En se perpétuant, les manifestations ovni à l’échelle planétaire semblent opérer à un travail de fond sur notre civilisation. Et la première étape de ce travail débute en attirant l’attention sur l’aspect irrationnel du statu quo imposé par nos milieux scientifiques, nos gouvernements et nos médias.     
Mais sans financement, les milieux officiels de la recherche scientifique ne peuvent pas accomplir une véritable étude du sujet ovni. Ce qui rend impossible la présentation du dossier par des médias prétendus sérieux. D’un autre côté, les médias, censeurs autoproclamés de la pensée normale, n’auraient aucun scrupule à discréditer les politiciens, s’aventurant à proposer le financement de recherches, sur un sujet rangé dans le tiroir du paranormal, entre l’astrologie et les prédictions de Madame Irma.

Toutefois, à défaut d’obtenir une reconnaissance auprès des scientifiques institutionnels et des pouvoirs publics, l’ovniologie l’a déjà acquise auprès d’innombrables citoyens à l’échelle planétaire. Les ovniologues, en augmentation croissante, sont présents sur tous les continents et dans tous les pays.

S’ils n’ont pas en commun une explication unique, ils partagent cependant le même intérêt pour les manifestations, pour les implications de ses présences et pour leurs conséquences sur notre monde. Les ovniologues échangent constamment sur le dossier, passant outre leurs différences culturelles et linguistiques.          

En soixante-dix ans, la discipline ovniologique a poursuivi son évolution, gagnant peu à peu en maturité. Bien qu’ils protègent généralement leurs identités et leurs carrières, les ovniologues issus des secteurs scientifiques ont un rôle fondamental à plus d’un titre. En cas de basculement brutal de l’opinion publique, leurs compétences faciliteront la transition entre deux stades :  
celui de l’avant reconnaissance officielle et celui de l’après reconnaissance officielle.

Amoindrir ou nier la réalité ovni à la fin de la seconde guerre mondiale pour préserver l’unité nationale (7) est une décision discutable. Des penseurs, tels que Jung, l’avaient d’ailleurs jugé préjudiciable à l’évolution de la société et au passage à un stade supérieur de maturité collective (13). Aujourd’hui, la poursuite de la stratégie négationniste est imprudente. L’ovniologie annonce un changement de paradigme inéluctable et les politiciens tout autant que les gouvernements se montrent inaptes à ouvrir le chemin et à préparer les populations. Cette situation est dangereuse lorsqu’on réalise que l’officialisation d’intelligences non terriennes dans notre environnement est une véritable bombe dans le domaine de la pensée. Son pouvoir de destruction des dogmes, sur lesquels repose la raison et toute la société est incalculable. Car la reconnaissance ovni projette notre civilisation dans une nouvelle ère, à côté de laquelle celle des religions et de la révolution industrielle ou de l’avènement des sciences passeront pour des détails de notre évolution. Et chaque jour, les progrès de la science raccourcissent la mèche. Puisque les technologies confirment progressivement ce que les ovniologues déclarent depuis des décennies : il y a de la vie ailleurs, il y a de la vie intelligente, et elle nous rend visite.

L’examen rationnel des manifestations inexpliquées par l’ovniologie, que de son côté, la pensée dominante scientifique, morale et religieuse refuse d’accomplir, dérange profondément.  
D’ailleurs, si l’ovniologue ne s’impose pas une certaine retenue, s’il ne freine pas l’enthousiasme que sa discipline lui inspire, il finit invariablement par en payer le prix. Un prix qui peut être très préjudiciable, y compris dans le cas de scientifiques ou de politiques célèbres.

L’ovniologie porte un regard critique très destructeur sur les imperfections, les insuffisances ou les réponses irrationnelles et dogmatiques.

Les disciplines bousculées par l’ovniologie sont innombrables. Et ses remarques ne sont jamais innocentes. La profondeur de ses interrogations impose des remises en question systématiques, dans tous les secteurs de la connaissance, de la pensée et des croyances. Les domaines les plus hétéroclites, comme par exemple ceux de l’économie, de la génétique, de la constitution des états, de l’histoire des civilisations sont remis en question par le regard de l’ovniologue.

Car l’ovniologie bouleverse les perspectives les plus communément admises, impose de réévaluer la pertinence des convictions familiales, religieuses et scientifiques et force à une remise à plat des opinions auxquelles notre monde est cramponné souvent par ignorance et incapacité.

La possibilité que puisse évoluer dans notre environnement immédiat et interférer avec nous, voire s’immiscer largement dans notre développement, des intelligences extérieures d’un niveau supérieur, s’avère vertigineuse de conséquences.                                         
L’idée, que ces êtres puissent être plus avancés sur un plan technologique, plus développés sur un plan psychique, mieux instruits sur les lois de la nature, l’idée que leur civilisation ait découvert le chemin permettant de survivre non seulement aux innombrables dangers liés à sa croissance, mais aussi aux rencontres avec des mondes extérieurs plus avancés, pousse brutalement le genre humain au rang des espèces cosmiques primitives. Et l’histoire humaine est très explicite quant au sort réservé aux civilisations de stades inférieurs, à celles qui sont les moins préparées aux confrontations avec des civilisations plus avancées, plus aventureuses ou mieux préparées. Les moins développées réussissent rarement à survivre sans une certaine hybridation et jamais à conserver leur intégrité. Et si elles survivent, ce n’est jamais sans une importante souffrance liée à la déstructuration de leur société, au changement de valeurs, de sens, à la perte des repères qui constituaient leur horizon et leurs certitudes psychologiquement rassurantes.

Ces bouleversements peuvent d’ailleurs représenter de réelles possibilités pour les tendances collectives égocentrées qui se trouvaient refoulées et qui acquièrent soudain une occasion de prendre le contrôle. L’Allemagne et le Japon, bousculés et unifiés sous les assauts de forces étrangères en sont un exemple récent.

La paix sociale pourrait-elle survivre à l’officialisation d’une présence extérieure plus développée dans notre environnement ? Comment l’équilibre actuel des forces économiques, des projets politiques et des certitudes religieuses évoluerait-il ?          
L’espèce humaine dominante a éradiqué ou réduit de façon drastique la plupart des espèces vivantes sur la planète. Elle a modifié l’équilibre écologique planétaire par sa capacité d’abstraction et son égoïsme. Comment réagirait-elle à la rencontre avec des collectivités extérieures dont elle serait psychiquement séparée par un fossé équivalent à celui qui existe entre l’homme et le primate ?         
Un fossé de cette dimension pourrait-il être comblé en une génération ? Pourrait-il être comblé tout court ?     

    

Si le singe ne peut comprendre les liens et la dimension intellectuelle que le genre humain déploie couramment dans ses activités, l’espèce humaine peut-elle rencontrer une situation comparable avec d’éventuels visiteurs ?        
L’humanité ne peut manquer de s’interroger sur la possible gestion de son espèce, à son insu, par des collectifs de civilisations cosmiques. Une situation comparable à celles des tribus amérindiennes isolées et à d’autres groupes humains en Afrique ou en Asie, qui sont contenus sur de petits territoires. Ils n’ont aucun contact avec le monde extérieur mais ne peuvent s’empêcher de percevoir des avions ou des bateaux lointains. Ce qui ajoute aux forces les poussant un jour à envisager une ouverture et un contact avec le reste de l’humanité.           
L’homme pourrait-il se trouver dans une situation comparable, l’objet d’un développement ou d’une attente se déroulant à son insu ? Des visiteurs sont-ils dans l’attente que nous atteignons un stade plus favorable pour imposer le contact officiel ? La rencontre, le partage et la fraternisation avec des espèces biologiquement différentes seront-ils pour le genre humain l’occasion d’une croissance, intérieure, d’un développement plus profond ou d’une hybridation ouvrant à un plus grand changement sur le chemin de l’Unité de la vie dans l’Univers ?

A SUIVRE...

 

 

(1)     Voir compteur d’exo-planètes : http://exoplanetes.esep.pro/

(2)     - « Des milieux extrêmes bien vivants » – JEBBAR Mohamed et GODFROY Anne (Labo Microbiologie CNRS, Université de Bretagne Occidentale – Ifremer) ; HEULIN Thierry (Labo Ecologie Microbienne de la rhizosphère et environnement extrêmes CEA,CNRS, Université Aix-Marseille, Institut de biologie environnementale et de biotechnologie CEA Cadarache St Paul lez Durance).
- « Des abysses au cosmos » Guy Hervé, biochimiste, Directeur de Recherche émérite CNRS et Université Pierre et Marie Curie

(3)     http://www.sciencealert.com/there-s-an-unidentified-object-in-a-strange-orbit-past-neptune-and-no-one-can-explain-it
http://www.theblackvault.com/casefiles/category/space-anomalies/moon-anomalies/

http://beforeitsnews.com/conspiracy-theories/2016/01/nasacaptured-a-huge-spherical-object-near-the-suns-surface-on-january-27-2016-2012-2473798.html

(4)     Les « vimana » décris dans les védas (transmissions orales passées à l’écrit en 1500 av JC)  
Les Annunakis décris par les Sumériens (tablettes 3800 av JC)


Le papyrus Tulli par les égyptiens (1480 av JC)  
Rapport publié par la NASA sur les manifestations ovnis dans l'antiquité
Cliquez ici pour le site de la NASA. Cliquez ici pour obtenir le rapport en pdf.

(5)     http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosbig/decouv/xchrono/matNoir/facObsc/niv1_1.htm

(6)     http://www.ouest-france.fr/sciences/espace/il-traque-les-ovnis-mais-n-y-croit-pas-beaucoup-4615274

(7)     http://www.parismatch.com/Actu/International/Churchill-cachait-des-OVNI-aux-Anglais-151560
http://www.europe1.fr/international/churchill-et-le-secret-des-ovnis-246945
https://fr.wikipedia.org/wiki/Carrousel_de_Washington

(8)     Exemple : le canular Australien en 2006              (http://feairplane.canalblog.com/archives/2009/07/03/19138222.html)
Plusieurs centaines de milliers de pages portant sur les ovnis et issus des agences gouvernementales américaines ont été déclassifiées dans le cadre du FOIA, tandis que ces même agences déclaraient ouvertement que le dossier était classé.

(9)     En 1947, un sondage de l’institut Gallup montre que 97% des personnes ayant entendu parler d’ovni ne croyaient pas en leur réalité. En 1997, le même institut relève que 48% des sondés croient en la réalité ovni. La même année, CNN associé au magazine TIME réalisent un sondage qui révèle que 80% personnes pensent que le gouvernement cache la réalité des visites extraterrestres et que 75% pensent qu’un ovni s’est crashé près de Roswell. En juin 2002, la chaîne d’information SKY NEWS publie le chiffre de 65% des téléspectateurs avouent croire en l’existence des ovnis.

(10) http://feairplane.canalblog.com/archives/2016/08/15/34006861.html

(11)  Le groupe Ground Saucer Watch, puis le groupe Citizens Against UFO Secrecy (CAUS) ont lancé des procédures légales contre les agences de renseignements américaines qui refusaient de déclassifier les affaires d’ovnis ayant eu lieu au-dessus des bases militaires américaines dans les années 70. Leurs principaux arguments consistaient à rappeler la loi sur la déclassification et à rappeler les affaires ovnis n’appartiennent pas à la liste officielle des dangers à la sécurité nationale. Les agences de renseignement ont alors répondu qu’une telle divulgation menaçait certaines de leurs opérations. Lorsque le CAUS a souligné qu'il demandait uniquement les informations d'OVNI et pas n'importe quel renseignement, le gouvernement a catégoriquement refusé de divulguer l'information. Finalement, le juge fédéral Gerhardt Gesell a statué en faveur du gouvernement, invoquant des raisons de sécurité nationale. Le CAUS a alors protesté contre la décision, affirmant que l'audience était injuste puisque le juge n’avait pas été habilité à examiner le matériel OVNI en question et cela en dépit d'une autorisation de sécurité maximale. Dans les faits, le juge Gesell avait fondé sa décision à partir d’un résumé, lui expliquant pourquoi le gouvernement ne pouvait pas divulguer les documents.  Bien que le CAUS échoua sur cette affaire, il continue à travailler pour la divulgation des documents UFO du gouvernement dans le cadre de la loi Freedom of Information Act. Il est connu pour être le plaignant dans deux affaires contre la CIA pour l’obtention de 57 documents retenus en vertu d’une décision judiciaire antérieure.

(12)  Plusieurs de ces documents déclassifiés provenant du FBI, CIA, NSA, NASA, US Army, British Army ont été stockés par des ovniologues à http://alien-ufo-research.com/documents/

(13)  "Les autorités, qui sont en possession d'informations importantes, ne devraient pas hésiter à éclairer le public aussi vite et aussi complètement que possible et devraient, avant tout, cesser ces simagrées ridicules de mystères et de vagues allusions" […]
"Il est évident que l'on devrait dire la vérité au public, parce que celle-ci apparaîtra tout de même au grand jour. Il est difficile d'imaginer un plus grand choc que celui de la Bombe H, pourtant tout le monde est au courant et personne ne s'est évanoui". Carl Jung Flying Saucer Review – Mai-Juin 1955.

 Michel Ribardière

Posté par mribardiere à 17:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juillet 2017

Momies de Nazca, interview du Docteur Jésus Zalce Benitez

Le docteur Jésus Zalce Benitez est médecin légiste et anthropologue légiste  de l'Institut des sciences médico-légales du Mexique (INACIF)

Avec tous nos remerciements pour la traduction de la vidéo réalisée par Catherine des Emanants (http://messagesdelanature.ek.la):

Le Dr Salce : - J’ai eu l'occasion de participer à l'étude de cette momie avec les reporters au Pérou , et les autres médecins. Sa particularité est qu'elle est très similaire à l'anatomie humaine, mais si on la regarde en détails et avec précision, elle a certaines caractéristiques, qui la rendent très différente d'un être humain, comme par exemple les mains et les pieds qui ont trois doigts, donc tridactyle, et l'allongement du crâne, la profondeur des orbites, l'absence de narines, et d'autres choses absentes qui lui donnent cette particularité distincte et différente par rapport à un être humain, comme on les connaît actuellement.

Anthony Choy : - pourquoi pensez-vous que ce n'est pas une déformation congénitale ?

Dr Salce répond : - En cas de déformation congénitale, les doigts restent presque collés l'un à l'autre ou bien ils partent vers l'extérieur, il y a des fois 6 ou 7 doigts ou plus, mais pas trois doigts bien séparés comme nous avons pu le voir sur les radios.

Anthony Choy : - Y a-t-il eu des cas répertoriés dans les annales médicales des cas avec trois doigts ?

Dr Salce : - non, il n'y a jamais eu de cas avec trois doigts répertoriés à cause de déformations congénitales, je suis formel !

Anthony Choy : - Au sujet du crâne, pourrait-il avoir été déformé aussi à cause d'une malformation, ou une pratique de la société ?

Dr Salce : - le crâne que nous avons analysé est parfaitement formé, développé, on le voit sur les radiographies et tomographies, les os ont une forme correcte, et il n'y aucun détail qui montre une pathologie ou une maladie qui lui aurait donné cette forme. Sa formation a été normale et saine. Il aurait pu y avoir une déformation volontaire comme le faisaient les populations dans cette région, mais alors le crâne présenterait une partie plate, à l'endroit où était appliquée la pression pour produire la déformation. Alors que dans le crâne analysé, la forme est parfaite, symétrique et harmonieuse. Donc le crâne s'est développé de façon tout à fait naturelle, spontanée et parfaitement saine. Anthony Choy parle de la culture Chansay qui pratiquait la déformation des crânes ,

Dr Salce répète ce qu'il vient de dire...

Dr Salce : - on est en face d'un corps adulte , et la forme des grands os comme le tibia, péroné, humerus, cubitus, se voit bien sur la radiographie, c’est un adulte dont on ne pourrait pas dire l'âge avec exactitude, mais il aurait plus de 20 ans de vie, serait bien formé, et mature.

Anthony Choy: - Si ce spécimen est bien réel, peut-on dire qu’il ne serait pas humain ?

Dr Salce : - Les spécificités de ce spécimen, sont d’origine non humaines, d’après ce que l’on peut voir actuellement, il faut avoir les analyses de la séquence du génome pour voir à quelle espèce il appartient ou par quelle espèce il est influencé. Parler du génome est un thème très large. Il donne un exemple : le génome humain et le génome du chimpanzé, d’un singe ou d’un primate, ont seulement une différence de 1,5 % maximum, cela veut dire que nous avons 98,5 % de similitude. Pour les autres espèces cela peut être beaucoup plus large. Donc on ne peut avoir de certitude qu’avec la séquence du génome et pas seulement avec l’étude ADN.

Anthony Choy: - Existe-t-il d’autres cas de crânes semblables en archéologie?

Dr Salce : - En anthropologie et en archéologie, par rapport à la description médicale, les cas répertoriés sont d’origine pathologique ou culturelle, et en ce qui concerne ce corps étudié, il ne relève d’aucune de ces causes.

Anthony Choy. : - Alors, on est devant une découverte sans précédent ?

Dr Salce : - On est devant une découverte que l’on peut diviser en trois parties : Du point de vue de l’archéologie, c’est une découverte impressionnante pour ce que l’on voit de la conservation et de l’état de momification de ce corps. Au niveau anthropologique, on est devant une découverte impressionnante parce qu’il ne correspond pas à l’anthropologie humaine, Et au niveau médical, nous sommes face à un corps, qui a des différences notoires par rapport au corps humain connu, à la race que nous connaissons.

Anthony Choy : - nous sommes en face d’un cas nouveau de découverte que la législation n’a pas encore pris en compte dans ses textes de lois, où la protection du patrimoine culturel implique que l’on parle de cultures déjà connues, étudiées, investiguées, nous sommes donc devant un cas totalement nouveau, et donc la loi n’entrerait pas en ligne de compte dans ce cas précis ?

Dr Salce, : - Tout à fait ! je partage cette opinion, c’est un vide juridique, et je ne peux pas vraiment en débattre vu que ce n’est pas mon domaine de travail. Mais c’est en effet quelque chose de nouveau.

Anthony Choy : - quelles sont les critiques énoncées sur le fait que ce corps serait bien biologique ?

Dr Salce : Il y a deux groupes distincts de critiques
1 – les uns disent que c’est totalement artificiel, fabriqué de façon industrielle, et c’est tout à fait faux, car on peut prouver que le corps est un matériel organique, biologique et conservé dans un très bon état de momification et qu’il a fonctionné.
2- c’est au sujet des anomalies de la main, qui est une espèce tridactyle, il faut donc faire des analyses anthropologiques et anthropométriques, qui sont intéressantes. Une main normale, a cinq doigts, chaque doigt a 3 phalanges, excepté le pouce qui en a deux. Et cinq métacarpes, 4 plus 1 mobiles, donc 3 pour chaque doigts cela fait 3x4 = 12 en tout, plus le pouce cela fait donc 14. Sur la radio de cette main tridactyle, chaque doigt a 6 phalanges, donc 18 en tout ! Il faudrait donc une main et demi pour faire une main tridactyle ! Cela semble très difficile, parce qu’il faudrait alors utiliser les os de différentes mains, de différentes personnes ou espèces, et donc la corrélation anthropométrique et anthropologique pour son fonctionnement serait différente entre chaque et sur la radio, on peut voir la corrélation de chaque os de la phalange qui, ensemble, correspondent anatomiquement et anthropométriquement et au niveau fonctionnel. Donc construire cette main tridactyle de façon artificielle est pratiquement impossible.

Anthony Choy: Le C14 montrait qu’elle avait 1800 ans, ou même 2200 ans cela voudrait dire qu’une culture aurait donc construit ce genre de momies… ?

Dr Salce : - Même si ce procédé avait été utilisé par une ancienne civilisation, on aurait trouvé des altérations de l’ossification, et des tendons et des ligaments, on aurait trouvé ces anomalies, et il y aurait eu une chirurgie si complète, et si difficile pour cette qualité, que de toute façon, faire ce travail de réparation de la main est une spécialité et même une grande spécialité, quand on doit le faire déjà seulement sur une main, mais le plus difficile est de le faire sur des tendons et des ligaments et des muscles, cela aurait posé d’énormes problèmes et cela aurait été pratiquement impossible. Maintenant, si la modification avait été faite post-mortem, on aurait vu les traces sur les mains, de tous les instruments et incisions chirurgicales pour implanter de tels os, et cela aurait laissé des marques sur la matière momifiée. C’est ce qui est intéressant dans la momification. La momification garde parfaitement tous les types de lésions qui ont eu lieu sur la peau, sur le muscle, ou sur l’organe. Maintenant, sur le corps que nous analysons, il n’y a aucune lésion momifiée ou conservée. Ce qui lui fait dire qu’il n’y aucune altération, ni avant la mort, ni après la mort. Ces mains sont complètement originales, et elles appartiennent en propre à un seul individu, et il n’y a pas de mélange avec d’autres individus qui auraient pu participer à la construction d’ une main plus grande, plus large, et différente.

Anthony Choy: - Dr Salce, vous êtes l’un des médecins légistes les plus importants de Mexico, avec une grande formation académique dans cette spécialité et aussi une grande expérience professionnelle, est-ce que vous pourriez participer à un débat ouvert et public avec d’autres médecins légistes, portant sur la possibilité que ces momies soient reconstituées est-ce que vous seriez prêt à entrer dans ce débat ? ».

Dr Salce répond : - Bien sûr, cela m’enchanterait, et je suis disposé et ouvert à un tel débat. Ce serait très intéressant de comparer nos opinions, avec des collègues, avec lesquels on pourrait émettre un avis entre personnes du même niveau de connaissances scientifiques. Ceci pourrait nous amener à une conclusion conjointe. J’insiste, la science n’est pas celle d’une seule personne, ce sont les sciences de l’humanité, et le plus nous aurons d’avis scientifique de ce que nous observons et analysons, mieux ce sera pour la science et pour l’humanité. Je suis très volontiers disposé à cela.

Anthony Choy: - Si l’on regarde les critiques qui sont faites prétendant que les mains seraient reconstituées, manipulées, auxquelles on aurait enlevé des os, etc…ce sont des critiques pour rien, car elles concernant surtout les analyses du carbone 14 qui dit qu’elles seraient datées de 1800 ans… Dr Salce, vous qui êtes un professeur universitaire, et qui enseignez, ….si vous faisiez une exercice d’imagination et que vous vous placiez dans le rôle d’un habitant de la culture Nasca, qui a vécu il y a 1800 ans, si on vous l’avait demandé, comment auriez-vous fait la manipulation de transformer une main de 5 doigts en une main de 3 doigts, quelles connaissances et habilités faudrait-il avoir pour ces habitants d’il y a 1800 ans (pour pouvoir changer ces mains de 5 doigts à 3 doigts ?).

Dr Salce : - Bien, d’abord il faudrait bien connaître l’anatomie très, très précise, et très élargie. Deuxièmement, une connaissance de type chirurgical, pour pouvoir manipuler, les tendons, les muscles et les ligaments, et pouvoir les élargir, pour qu’ils aient une forme fonctionnelle, ou d’une forme anatomique qui pourrait couvrir toute l’extension et la longueur de la main avec les six phalanges. Et troisièmement, avoir la capacité instrumentale, comme la disponibilité de matériel, et en parlant de matériel, j’insiste, je me réfère au fait de prendre une main humaine, ou n’importe quelle main de primate qui sont les plus similaires aux nôtres. On aurait besoin d’une main et demi, pour pouvoir fabriquer une main de ce type de corps, que nous sommes en train d’analyser. Donc, on aurait besoin de faire plusieurs amputations de mains, pour pouvoir donner et construire une seule main de tridactyle.

Anthony Choy: - Et, d’après ce que j’ai compris, il y a plusieurs corps avec ces caractéristiques, est-ce bien cela ?

Dr Salce : - C’est juste, et justement cela vient confirmer notre théorie, que répéter le même procédé, implique beaucoup de difficulté, pour obtenir tout le matériel, et surtout pour la connaissance de l’utilisation des instruments pour pouvoir mener à bien ces modifications. Et, chaque main analysée, chaque pieds analysé, correspond anatomiquement et fonctionnellement au même individu, à la même personne, au même être, au même corps, ce qui rend très difficile d’affirmer que cela a été construit à partir d’autres pièces qu’il aurait fallu fabriquer en série, comme si c’était une production de quelques jeux de pièces mécaniques.

Anthony Choy: - Pour terminer cette conversation intéressante, que pourriez-vous suggérer ou demander aux personnes qui sont des détracteurs, j’ai vu une publication des Etat-sUnis, une autre d’un scientifique du Pérou, qui disent qu’il y a eu une manipulation de ces mains, quel message voudriez-vous envoyer, on va personnaliser….à nos scientifiques mais aussi en général à la science, comment la suite pourrait-elle se faire ?

Dr Salce : - Je dirais ceci en deux parties :
1 – Au public en général, je dirais qu’il faut attendre les résultats des analyses qui sont en train d’être réalisées de façon scientifique et professionnelle, pour que l’information puisse permettre d’avoir une opinion et son propre critère, basé sur une fondation solide.
2- et pour les autres, qui sont scientifiques, et qui veulent émettre un avis, sans avoir vu, sans avoir connu, sans avoir eu l’opportunité d’analyser les corps de ces spécimens, je les inviterais de façon professionnelle, et j’insiste…professionnelle, et dans le respect de l’éthique de chacun dans son champ de connaissance, de garder ses doutes, de ne pas détruire le dialogue, afin que l’on puisse aller ensemble vers une conclusion scientifique, que nous puissions échanger avec le monde. C’est une vérité que nous ne pouvons pas continuer de garder cachées.

Anthony Choy: - Docteur, et pour finir la dernière question, vous êtes Mexicain, je suis péruvien, nous partageons ensemble l’héritage de l’humanité, qui a besoin de la vérité sur nos origines, pour pouvoir s’acquitter de cette question que nous avons formulée, d’où venons-nous ?, quelle est notre origine ?, où allons-nous ?, cela veut dire aller vers la vérité, et cela demande d’avoir une étude éthique et scientifique très profonde, et uniquement basée sur la recherche de la vérité. Docteur Salce, dans ce sentiment, quelle signification cela aurait-il pour le Pérou, en premier lieu et ensuite pour l’humanité, si on démontre effectivement que ces momies n’appartiennent pas à l’espèce humaine ? Quelles seraient les implications et les résonnances de cette découverte pour le Pérou et pour le monde ?

Dr Salce : - Avant tout je voudrais éclaircir une chose, c’est que le Pérou, avant d’être un pays ami, est un pays frère, nous sommes des cultures similaires appartenant au même continent, nous avons la même langue, nous avons beaucoup de similitudes, nous sommes des Frères. A cause de cela, je crois que pour tous, les implications pour le futur sont doubles :
1 – Premièrement, pouvoir déterminer l’origine du génome de ce corps pour voir si l’on peut trouver son espèce d’origine et son espèce commune d’après ce que l’on connaît actuellement d’humain et d’animal.
2 – Et deuxièmement, que peut-on attendre des résultats que la science peut nous offrir, pour donner des conclusions finales. Pour le moment, nous avons des conclusions spécifiques sur quelques sujets et nous avons des opinions scientifiques concrètes, dans quelques domaines. Mais la vérité et ce que nous cherchons finalement, ce n’est pas une vérité unique, c’est une vérité qui se compose de plusieurs branches, d’opinions variées, de plusieurs connaissances, de plusieurs sciences, et donc, je crois que le plus important pour le moment, et pour le futur, ce n’est pas de détruire mais de partager pour créer un critère qui nous mène à la vérité, que nous cherchons et à laquelle nous aspirons. »

PHOTO montrée ans la vidéo :
Dr Salce : - Ok ! ici on peut compter un, deux, trois, quatre, cinq, et six phalanges, ils sont tous les trois pareils. (il compte les phalanges des trois doigts). La correspondance qui existe entre la terminaison de l’une et le commencement de l’autre , qui est parfaitement harmonieuse, et cela est compatible pour un être unique, si cela appartenait à des êtres différents, ça ne serait pas harmonieux. Nous avons ici les 3 doigts tridactyles avec les 18 phalanges. D’un autre côté (sur le haut de la main) , il y a un grand os, puis un petit os, (il montre sur la photo) puis il y a l’os central qui est entier, un autre petit os, et le dernier os latéral qui est plus grand, nous parlons donc de 5 os, qui sont sur la paume de la main, et ce sont les os du métacarpe qui forment la paume de la main. Dans une espèce humaine ou primate normale, ces 5 os ont une corrélation en terme de taille. Ensuite , nous voyons donc ici que trois sont longs et que deux sont un peu plus courts, et ceci serait une très grande difficulté pour pouvoir les copier, de façon artificielle, et cela ne serait compatible qu’avec cette forme tridactyle, ce ne serait pas compatible pour une forme primate ou humaine. Pour les humains et les primates, la paume de la main forme pratiquement un carré parfait, et cette paume qui est rectangulaire, est plus longue que d’habitude. Prenant en considération qu’une fois unis (il montre le haut de la paume) mais cela manque ici, nous avons la corrélation du début, ici ils doivent s’unir à deux os qui seraient le radius et le cubitus, au cas où ce serait une main, ok ! Ces descriptions d’harmonie anatomique entre chaque os, et cette harmonie qui nous donne une habilité fonctionnelle propre à cette espèce, rend très difficile et complexe l’option de la falsifier ou de la reproduire de manière systématique, comme si nous vendions des poupées. Ok ? - Ce que je viens de montrer, sont les cinq os du métacarpe, similaires en taille, 100% humains qui forment une paume carrée et non rectangulaire, qui ont montré les phalanges, mais seulement trois phalanges. Donc, ils auraient enlevé ou amputé les deux doigts externes…. en laissant seulement les trois phalanges, c’est dire la proportion entre la paume de la main et les doigts restant correspondent parfaitement à une main humaine avec des différences. Cela pourrait être réalisé avec photoshop mais cela ne peut pas être fait sur cette radio, où la distance entre chaque os est et entre la longueur de la main, et la longueur de la taille générale, ne peut pas être répliquée avec une main d’humain ou de primate.

Anthony Choy : - Les photos sur lesquelles s’est basé …– dans l’article du détracteur, ses photos et radios de mains humaines…

Dr Salce : - C’est exact, les photos du détracteur sont des photos de mains humaines modifiées, pour faire illusion…

Anthony Choy : - Mais ceci est nettement frauduleux, parce que pour appuyer une thèse ou une technique de détracteur, il ne faut pas utiliser la même source photographique que celle d’origine ! ….et comment cette main peut être fonctionnelle…

Dr Salce : - C’est très juste et je partage totalement ton opinion, et je suis d’accord avec toi à 100%. Ici il faut bien spécifier que la forme de nos doigts nécessite forcément un doigt qui soit opposable qui permette la préhension d’où l’origine de notre pouce. Mais pour la forme de la main dont les doigts sont plus longs et font le double de notre taille, parce que nos phalanges sont au nombre de trois, et là elles sont au nombre de six, elles sont donc plus longues pour permettre une préhension comme le ferait un doigt opposé, mais en enroulement, de manière à entourer pour soutenir et manipuler des objets. Comme par exemple le font les singes qui s’accrochent aux branches des arbres avec leur queue, ou bien les éléphants qui enroulent leur trompe autour des branches. Aussi, ces mains si longues ne font pas un mouvement de préhension mais un mouvement d’enroulement.

Anthony Choy : - Docteur Salce, merci beaucoup pour cette intervention…

Dr Salce : Merci beaucoup également…

D'autres documents sont accessibles à cette adresse:

http://messagesdelanature.ek.la/alien-project-maria-josefina-victoria-p1285182

Posté par mribardiere à 20:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 juillet 2017

Premier épisode de Tercier Mileno sur les découvertes de NAZCA

Documentaire en espagnol

Posté par mribardiere à 14:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mai 2017

SALON PARAEXPERIENCE

Ci dessous une annonce à laquelle nous participons accompagnés d'intervenants à forte valeur ajoutée.
ATTENTION: Nous vous recommandons d'acheter vos entrées à l'avance car plusieurs dizaines de milliers de visiteurs se retrouveront là bas.

UFOLOGIE OK (1)

 

Site Web
Cliquez ici

Billetterie
Cliquez ici

Facebook
Cliquez ici

Posté par mribardiere à 09:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]