F.E.A

Informations sur les manifestations OVNI et leurs implications sur notre société. Des articles de synthèse, des témoignages, des documents, des vidéos, des enregistrements radio...

26 mai 2017

SALON PARAEXPERIENCE

Ci dessous une annonce à laquelle nous participons accompagnés d'intervenants à forte valeur ajoutée.
ATTENTION: Nous vous recommandons d'acheter vos entrées à l'avance car plusieurs dizaines de milliers de visiteurs se retrouveront là bas.

UFOLOGIE OK (1)

 

Site Web
Cliquez ici

Billetterie
Cliquez ici

Facebook
Cliquez ici

Posté par mribardiere à 09:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 avril 2017

La découverte péruvienne, un dévoilement planétaire au mois de mai ?

La découverte d'un site archéologique péruvien stupéfiant en octobre 2015, par quatre pilleurs de tombes (huaceros), mobilise un intérêt croissant d'internautes, de chercheurs, de médias et des représentants de puissantes nations.

Quelques mots d'actualité sur cette étrange affaire aux répercussions internationales:
Thierry Jamin, chercheurs, explorateur, archéologue français exerçant au Pérou dans le cadre de l'association Inkari est entré en contact avec plusieurs artéfacts et matériaux biologiques tirés de ce site mystérieux. Recevant l'aide d'un millier d'internautes dont une majorité est d'origine française, il met en place un projet d'analyses génétiques et carbone 14 passant par des laboratoires étrangers. Ci-dessous, une vidéo montrant les prélèvements tels qu'ils furent réalisés le 3 avril 2017 à la clinique de la Guadalupe de Cuzco par trois chirurgiens :

Près de deux semaines après leur envoi, deux des trois prélèvements envoyés vers trois laboratoires différents ne sont pas encore parvenus à destination, .
D'autre part, les analyses des implants métalliques seront prochainement terminés. Une prothèse métallique d'apparence argentée, opaline, a été récupérée sur l'un des corps ayant eu un bassin fracturé, qui était atteint d'une forme d'ostéoporose.
D'ici quelques jours, deux chaînes américaines dont le National Géographic seront sur place pour procéder à un enregistrement. Il semble que la diffusion de leurs images se fera dans la période prévue par Thierry Jamin pour une présentation officielle aux médias péruviens à la fin du mois de mai ou début juin 2017.
Plusieurs disques en métal argenté, découverts dans les murs du site mystérieux, font actuellement l'objet de propositions d'achat de la part de l'ambassadeur russe auprès de "Mario" le chef des Huaceros. Toutefois les résultats des analyses financés sur l'initiative de Thierry Jamin seront décisifs pour la réalisation de la proposition estimée à 1 000 000$. Des industriels ont, eux aussi, fait leur apparition avec une proposition d'achat de 500 000$ pour une feuille de métal à mémoire de forme, une telle feuille ayant déjà été vendue l'an dernier à un touriste japonais.
L'information sur ce dossier est de plus en plus répandue sur internet. L'intérêt de collectifs au niveau international inquiète suffisamment Mario pour qu'il soit dorénavant accompagné d'un garde du corps et qu'il confie la majorité de ses trouvailles à l'institut Inkari. Cette organisation, présidée par Thierry Jamin, aurait déjà récupéré des organes momifiés tels que des mains de grandes tailles à trois doigts et des cerveaux extraits de leur boîte crânienne que l'on soupçonne d'une origine non humaine.


Parmi les découvertes, une momie exceptionnelle récupérée en janvier 2017, sera révélée aux médias dès le mois de mai. D'une taille importante et dotée d'un crane allongé, elle permettrait de supposer que des hybridations entre une espèce extérieure et l'espèce humaine aurait été conduite dans le passé. Thierry Jamin suppose qu'à l'époque ou il vivait, cet être aurait pu avoir une importante influence sur les cultures humaines. Le site pourrait représenter une colonie car le nombre de momies est impressionnant. Il est estimé a plusieurs milliers de corps.
Bien que Thierry n'ait pas encore pu accéder au site, la possibilité d'une telle exploration pourrait avoir lieu au cours du mois de mai 2017. Rappelons que le site passe pour être demeuré "actif", c'est à dire toujours fréquenté par des êtres de nature non humaine.

M.R

Posté par mribardiere à 00:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 avril 2017

Les momies péruviennes de plus près (Mise a jour du 8 avril 2017)

Mise à jour du 8 avril 2017
Les entités biologiques et leurs radiographies ont été analysées par 3 spécialistes de Cusco :
- Dr. Ramiro Hermoza Rosell, Chirurgie Générale,
- Dr. Renan Ramírez Vargas, Chirurgien en Médecine Interne,
- Dr. Julio Espejo Torres, Spécialiste des Os et Responsable de la "Sécurité Sociale" à Cusco.
Selon eux, il s'agit d'un véritable corps biologique. Les médecins sont catégoriques: La momie n'est pas une fraude. Elle n'est pas humaine, bien que quelques éléments d'anatomie soient semblables. Cet être était atteint d'une maladie osseuse et les thérapeutes de son époque ont tenté de l'aider par l'insertion d'un morceau de métal dans le bassin [ Note de la F.E.A, on procède à notre époque d'une façon identique -> prothèse au niveau du bassin].

ALBERT

Manu Alteirac alien Project

Voir les images de plus près

Au mexique, Jaime Maussan de la TV Mexicaine Tercer Milenio aborde le sujet le 26 mars 2017
La vidéo ci dessous a été traduite par les émanants (site des Emanants).

 

Posté par mribardiere à 17:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mars 2017

Les Dogus du Pérou

Depuis le mois d'octobre 2016, de nombreuses photos et vidéos enregistrées au Pérou par l'équipe INKARI de l'explorateur Thierry Jamin, n'ont cessé de nous parvenir et de nous alerter de la découverte de matériaux assez extraordinaires: des organes et des corps momifiés d'espèces inconnues, comportant des métaux implantés sous-cutanés, des objets scupltés, gravés, ou modelés ayant des caractéristiques exotiques inattendues.

4eme-reliqueperou

Crane encore recouvert de la substance poudreuse employée par l'embaumement

15419689_1364090270302832_4778282749541157807_o

Crane, dont la poudre d'embaumement a été retirée et qui révèle un épiderme de couleur grise

En observant les yeux de ces momies, nous n'avons pu nous empêcher de faire un rapprochement avec le visage étrange des "Dogu", statuettes japonaises qui auraient été réalisées durant la période Jomon (de -15 000 ans à -300 ans avant notre ère).

5_FC0_A1_FF4   IMG_3898

Jomon-dogu-statue  s-l300

De nos jours, les "Dogu" ont parfois été perçues, comme les représentations d'êtres non-humains équipés d'un scaphandre.
Il est intéressant de remarquer que les Dogus ont souvent été retrouvés dans des tombeaux de la période Jomon. Les corps étaient alors majoritairement placés en position foetale à l'instar des momies péruviennes.

Michel Ribardière

Posté par mribardiere à 09:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 février 2017

Les momies de Nazca - SOUTENIR ALIEN PROJECT

Ci-dessous: Un résumé de l'affaire des momies de Nazca, puis une interview de Thierry Jamin

16879941_1439648692746989_1156506200_o

Un résumé de l'affaire des momies de Nazca:
En octobre 2016, Thierry Jamin, explorateur, chercheur – archéologue français au Pérou, annonce la découverte d’artéfacts stupéfiants car inexplicables dans le cadre des connaissances actuelles. Président de l’association Inkari – Institut Inkari- Cusco (http://www.granpaititi.com/), qui bénéficie d’une bonne image, Thierry Jamin, constate l’existence des organes momifiés ainsi que de momies, dont l’anatomie insolite ne montre pas de lien avec l’espèce humaine ni aucune espèce vivante connue. Ces découvertes ont été réalisées par des huaceros (pilleurs de tombes) dans un endroit inconnu dans le sud du désert du Pérou, dans la région de NAZCA. Elles comportaient aussi des matériaux tels que des plaques de métaux étranges aux caractéristiques étonnantes comme par exemple celle de la mémoire de forme. Les photos qu’il montre parlent d’elles-mêmes : les organes momifiés sont quelques fois équipées d’objets métalliques n’ayant aucun rapport avec des bijoux. Ces éléments sont placés dans la main généralement sous-cutanés et sont alors comparés à des implants.

16930463_1439647679413757_1026514761_o

Les momies apparemment humanoïdes ont des tailles variables qui laissent supposer l’existence d’être humanoïdes pouvant aller de 30cm jusqu’à plusieurs mètres de hauteur. Leurs cranes aux formes variables ainsi que la morphologie du visage et de tous les organes de la tête sont très distincts de ceux des êtres humains. L’ensemble des objets métalliques sont exemptes de toute corrosion et certains d’entre eux répondent aux forces magnétiques. Devant l'insolite, Thierry Jamin fait appel à plusieurs experts afin de démasquer les objets qui pourraient relever d'une imposture. Qu'ils soient médecins, anatomistes, radiologues ou historiens, archéologues spécialisés dans les matériaux funéraires, tous sont unanimes: rien ne permet d'invalider l'authenticité des matériaux.

16935421_1439648572747001_1328356295_o

Thierry Jamin fini par rencontrer le chef des Huaceros qui est une personnalité connue dans ce milieu. Il obtient ainsi son témoignage et une confirmation de ces découvertes avec beaucoup de détails. En octobre 2015, un groupe de quatre huaceros qui recherchaient des tombes anciennes afin de les piller en repère une et la dégage. A leur surprise, ils découvrent la présence d’une structure architecturale et d’une pierre qui semble obstruer un passage. Après bien des difficultés, un mécanisme fini par se déclencher et la pierre s’ouvre sur une galerie descendante. Après un escalier, ils entrent dans une pièce obscure et découvrent deux corps momifiés, une petite princesse inca dans ses habits de la noblesse et avec ses bijoux dans les cheveux qu’ils estiment être âgée de 11 ans ainsi qu’un homme moustachu. Ils découvrent aussi un sarcophage dont ils tireront près d’un millier d’artéfacts (objets, organes momifiés, momies).

16935578_1439647952747063_1227674900_o

16910868_1439647702747088_90342799_o

Les lieux semblent soumis à un champ électromagnétique car leurs appareils électroniques dysfonctionnent et plusieurs mobiles finiront par se casser.  Ils réalisent se situer dans une zone dépendant d'un espace probablement très grand qui se poursuit sur plusieurs niveaux. Plus tard ils reviendront avec un appareil possédant une pellicule photo qui leur permettra, bien que de mauvaise qualité, de réaliser quelques clichés. Ils émettront ensuite l’hypothèse d’avoir pénétré une pyramide précolombienne. Les huaceros racontent avoir fait plusieurs séjours dans cet endroit. Chacun de ces séjours duraient plusieurs jours. Ils progressaient avec beaucoup de prudence car ils n’ignoraient pas l’existence de pièges ayant couté la vie à plus d’un explorateur. Il existe donc des portes qu’ils n’ont pas pour l’instant osé franchir, ayant détecté de possible anomalies. Au fur et à mesure, les huaceros vont s’apercevoir que les lieux ne sont pas déserts. De petits êtres qu’ils appelleront des lutins sont aperçus en groupe avec des comportements très furtifs.

16936190_1439647306080461_781616042_o

Un jour, lors de la découverte du second sarcophage, ils plongent leur regard dans un puit et aperçoivent plus bas un être de dimension plus importante qui se cache aussitôt. Ils sont aussi sujet à un évènement étrange, qu’on appelle aussi une expérience de temps manquant (missing time). Alors qu’ils faisaient une pause en faisant bouillir de l’eau, ils tombent brutalement dans le sommeil et se réveillent 8 h plus tard, sans comprendre ce qu’il s’est passé. Le gaz ayant été totalement dépensé.

Au cours de leurs séjours, deux des huaceros tentent d’attraper les petits êtres. L’un des deux sera pris un jour d’un comportement inattendu. Il se mettra à avaler du sel, jusqu’à ce que son corps se mette à défaillir. Il en mourra. L’autre, atteint de malaises, sortira avec peine du lieu des découvertes et décèdera à Cusco d’une maladie inconnue. Aujourd’hui le groupe des Huaceros est réduit à deux individus seulement. Leur objectif se limite à trouver de l’or, vendre leurs découvertes contre beaucoup d’argent. Ils ont parfaitement compris l’immense valeur de ce site et espèrent mettre la main sur davantage d’objets à composants technologiques.

16935975_1439650196080172_116283949_o

De son coté, Thierry Jamin s’est rapproché du chef des huaceros et tente d’obtenir une invitation pour voir les lieux, même s’il doit s’y faire accompagner les yeux bandés. Il a une certaine idée de leurs positions « quelques centaines de mètres » d’un des dessins Nazca. Afin de valider les matériaux qui proviennent de ce site et qui ont été placés entre ses mains, Thierry Jamin a lancé un financement participatif qui permettra une analyse poussée de l’ADN d’une des momies, une évaluation de son âge (Carbone 14) ainsi que de connaître la composition des métaux et de la solution poudreuse d'embaumement, si cela est possible.

Il est à notre avis remarquable que plusieurs milliers de personnes de France s’organisent avec pour objectif la recherche de la vérité dans cette affaire et faire éclater une vérité bouleversante dans la pensée dominante. Bien que stupéfiante si une telle révélation devait avoir lieu, elle offrirait une piste de réflexion fracassante mais légitime pour expliquer le contraste qui sépare d’un côté les dogmes de l’histoire officielle et de l’autre les ooparts (Out Of Place Artefacts, les objets archéologiques inexplicables dans le contexte de leurs époques) et les sites de construction anciens dont les dimensions et la très haute technicité sont demeurées totalement inexplicables.

Une interview de Thierry JAMIN:

Michel Ribardière: - Si les découvertes des huaqueros et le site archéologique s’avèrent réels, si les analyses confirment l’origine inconnue des gènes récupérés sur les momies, si l’ancienneté des artéfacts est confirmée, quelles seront les conséquences sur l’histoire officielle des civilisations précolombiennes et sur l’histoire de l’humanité ?

Thierry Jamin : - Si les analyses confirment l’authenticité des artefacts biologiques découverts dans le désert du sud du Pérou fin 2015, je pense qu’une partie importante de l’histoire des civilisations de Paracas, de Nasca et des Incas sera sans doute à réécrire avec une nouvelle perspective. En effet, le site découvert est localisé à quelques centaines de mètres des célèbres pistes de Nasca. L’existence d’un peuple exogène dans cette aire culturelle pourrait alors expliquer non seulement le pourquoi de ces immenses figures, mais également les raisons pour lesquelles ces civilisations ont pratiqué l’allongement de leurs crânes.

Michel Ribardière: - Quelles seront les conséquences dans la pensée dominante ? 

Thierry Jamin : - J’avoue que, en l’attente du lancement de la phase des analyses, j’ai beaucoup de mal à me projeter aussi loin. Il convient de vérifier d’abord s’il s’agit bien d’objets authentiques et non d’une supercherie.

Michel Ribardière: - Comment réagiront les universités et le monde académique ? 

Thierry Jamin : - Je pense que, devant tant d’évidences, une remise en cause de certains enseignements me semble incontournable à plus ou moins longue échéance.

Michel Ribardière: - Comment réagiront les gouvernements ?

Thierry Jamin : - S’il est prouvé que ces objets sont bien ce que nous soupçonnons qu’ils soient, la responsabilité des gouvernements seraient (idéalement, mais ils ne le font pas !) de préparer les citoyens à recevoir cette information. Au tournant des années 2000, un collectif d'anciens auditeurs de l'IHEDN (Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale) avaient déjà tiré la sonnette d’alarme avec le rapport « Cometa : à quoi doit-on se préparer ? ». Peu de choses ont été faites depuis. Il en sera peut-être ainsi de ce cas…

Michel Ribardière: - Comment réagiront les institutions religieuses ? 

Thierry Jamin : - Il me semble évident que la confirmation de l’authenticité de ces reliques pourrait poser un problème aux religions monothéistes notamment. L’existence d’entités exogènes parmi les hommes depuis l’antiquité pourrait apporter une explication rationnelle sur l’origine de ces religions. L’Église catholique semble la seule à se préparer à cet événement. On remarque en effet, depuis une vingtaine d’années, une évolution du discours de l’Église catholique concernant la vie extra-terrestre. Pour ma part, je pense que le plus inquiétant sera sans doute la réaction du monde musulman en général face au choc de cette Révélation. On peut craindre le pire…

16910727_1439647282747130_1985247417_o

Michel Ribardière: - De nombreuses découvertes archéologiques semblent avoir été étouffées. Dans une interview, vous avez évoqué des découvertes mystérieuses réalisées en Egypte par une équipe belge et qui auraient, elles-aussi, été étouffées. 

Thierry Jamin : - Oui, en effet, il y a des rumeurs d’une découverte plus ou moins similaire, réalisée en Égypte dans les années 90. Elle a été complètement étouffée. Une autre affaire est beaucoup plus connue et documentée et serait arrivée en 1960. Les soviétiques auraient mis la main sur un « visiteur » dans une tombe égyptienne. L’affaire portait le nom de « Projet Isis ».

Michel Ribardière: - Votre alerte depuis le Pérou en direction de la France a pourtant immédiatement acquis l’attention et le soutien financier et intellectuel de la part de milliers de citoyens français. A votre avis, les découvertes qui remettent en question aussi profondément la pensée dominante sont-elles plus faciles à divulguer par une nation traditionnellement laïque et possédant une vision universelle comme le suppose la déclaration des droits de l’homme ? Est-ce justement le rôle de la France que d'ouvrir ou de soutenir des dossiers aussi brûlants pour toute l'humanité ?

Thierry Jamin : - Je ne sais pas si cela est une « vocation » de la France. Le fait est que je suis Français et qu’il m’était dès lors plus pratique de mobiliser les passionnés de ce thème en France qu’au Pérou, où les moyens économiques sont beaucoup plus limités. Avec son message universel, la France pourrait être porteuse de cette information…

Michel Ribardière: - Le récit des Huaqueros présente les lieux de la découverte comme fréquentés par des êtres biologiquement inconnus, dont la civilisation s’avère probablement plus développée ou plus avancée techniquement que la nôtre. Si vous parvenez à vous rendre sur place, envisagez-vous d’entrer en contact avec ces êtres ?

Thierry Jamin : - Dans un premier temps, nous cherchons à récupérer un maximum de matériel biologique pour les confronter aux analyses ADN, C14, etc. Nous voulons savoir si cette affaire est réelle ou non. Pour le moment, le balancier penche plutôt pour une histoire authentique. Dans un second temps, nous aimerions, en effet, étudier le site. Nous savons où il se trouve. Cependant, nos accords actuels avec les « découvreurs clandestins » du site nous empêchent d’organiser une opération d’exploration de la zone. Nous espérons que ces « découvreurs » accepterons de nous conduire d’eux-mêmes jusqu’au site. C’est le but ultime, en effet. S’il était possible d’établir un contact avec les entités qui, semble-t-il, peuplent encore les lieux, nous tenterions l’expérience. D’une manière générale, j’ai le sentiment que cette histoire n’est pas arrivée là par hasard. Je me demande s’il n’y aurait pas une «volonté» de leur part à faire connaître leur existence au monde. Nous abordons des temps où l’on sent que le secret des OVNIS et de la présence E.T. sur Terre craque de toutes parts. Cette affaire s’inscrit peut-être dans un « agenda » qui arrive à terme. L’opération de financement participatif que nous avons lancé il y a un peu plus de vingt jours sur la plate-forme Ulule, a pour objectifs d’obtenir des réponses à certaines questions que nous nous posons tous. J’invite tous les Internautes, les partisans comme les sceptiques, à se joindre à cette opération de crowfunding pour nous permettre, dès le mois de mars, de lancer un grand programme d’analyses de ces « reliques », afin de déterminer leur nature et leur origine. S’il existe une chance de prouver que tout ceci est bien réel, alors il faut la saisir. Cette affaire de corps et d’organes momifiés est un vrai miracle pour la science ! Nous avons une réelle « fenêtre », une opportunité historique de démontrer la réalité de cette histoire. Alors saisissons-la !!!

Michel Ribardière: - Merci Thierry et bonne chance dans cette grande aventure. Nous sommes à vos cotés pour cette immense découverte et nous vous adressons toute notre amitié et nos remerciements pour les décisions que vous avez prises jusqu'à présent dans ce dossier et cela sans ignorer les risques encourus pour votre réputation, votre avenir professionnel et votre personne.

Thierry Jamin: - Merci à tous !!!

16930939_1439650172746841_1436765878_o

Posté par mribardiere à 15:27 - Commentaires [5] - Permalien [#]

18 février 2017

Alien Project - la F.E.A soutient Thierry JAMIN

Depuis le mois d'octobre 2016, Thierry Jamin, chercheur, explorateur, archéologue français au Pérou est entré en contact avec des artéfacts et des momies insolites et inexplicables dans le cadre actuel de l’histoire de l’humanité.
Ces matériaux, une fois authentifiés, bouleverseront la connaissance que nous avons de l’histoire de l’humanité, ainsi que nos certitudes dominantes sur l’absence d’autres espèces intelligentes avancées dans notre environnement.

momie-perou14-mini


Compte tenu du prix des analyses génétiques et C14 par des laboratoires, Thierry Jamin, président de l’association Inkari a décidé de faire appel à un financement participatif. 
Considérant sa fiabilité et la confiance que nous accordons à Thierry Jamin et cela malgré l’ensemble des critiques qui se sont élevées contre lui et son projet, soit par jalousie, soit par intérêt, soit par ignorance, nous avons décidé de soutenir son projet et d'encourager vigoureusement nos lecteurs à y participer financièrement. Parce que nous voulons savoir...

Si la recherche de la vérité et l’avenir de l’humanité comportent quelques valeurs à vos yeux, nous appelons votre participation à ce projet.

Michel Ribardière
Président de la F.E.A

 

Pour participer à ce finacement participatif, suivez ce lien:
https://fr.ulule.com/alien-project/

Posté par mribardiere à 07:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 janvier 2017

POUR QUI SONT CES OVNI QUI SURFENT SUR NOS TETES ?

(merci Jean Racine, in Andromaque)

L’homo sapiens sapiens que nous sommes censés être répondra bien évidemment : « c’est pour nous ! », ou pire: « c’est pour MOI », tant notre anthropocentrisme tous azimuts, nous interdit d’envisager que ce phénomène puisse être destiné à « quelqu’un » d’autre !
C’est aussi vouloir ignorer la quasi-certitude d’existence d’exobiologie(s)dans d’autres galaxies ou parmi les « quelques »10 (exp500) autres univers que le nôtre.

On peut donc légitimement concevoir que l’apparence d’extrême absurdité (à nos yeux) des manifestations ovniennes soit « simplement due à un degré d’étrangeté, élevé, tel que je l’ai proposé dans mon livre et dans un article publié sur le site de l’Académie d’Ufologie[cliquer ici]

Ce « degré d’étrangeté » pourrait donc prendre des valeurs bien plus élevées que celles que j’avais initialement envisagées.
Selon ce scénario, le « degré d’étrangeté » final, par rapport à nous, serait le produit des degrés d’étrangeté concernant les différents biotopes impliqués pris deux à deux: un nombre vertigineux, un vrai gogol !

On peut même retenir un degré d’étrangeté de type « réflexif » concernant les manifestations d’ethnies vis-à-vis d’elles-mêmes : un exemple existe « chez nous » dans le domaine de l’expression artistique lorsqu’un art donné est incompréhensible pour une grande partie de notre population : les deux domaines cognitifs-sensitifs concernés étant peu imbriqués.

Le cas extrême et peut-être existant dans la phénoménologie ovnienne serait celui où les manifestations ovni seraient des manifestations artistiques, destinées à l’ethnie même qui les génère, à nous même ou à d’autres ethnies exotiques.
En effet pourquoi éliminer la situation selon laquelle les manifestations ovniennes dont nous sommes partiellement conscients seraient en fait destinées à d’autres ethnies que la nôtre qui n’est bien évidemment pas le « centre de l’univers ».

Je suis persuadé que ce genre d’approche transdisciplinaire et encore actuellement transgressive de la question ovnienne mérite d’être approfondie car tout simplement n’ayant à ma connaissance jamais été entreprise, tellement cette perspective constitue une trop forte transgression relativement au dogme institutionnel décrétant ce qu’il est «bon» de rechercher et même de penser !

La perspective exposée plus haut ne constitue pas une quelconque réponse au mystère ovnien, mais une nouvelle approche du problème, l‘ art de la découverte n’étant pas toujours d’apporter des réponses, mais de poser les « bonnes » questions.
Cette proposition relevant de la sociologie n’est absolument pas exclusive des approches du problème par la voie de la physique, mais en est complémentaire :
Toutes les voies sont « bonnes », étant donnée l’immensité de notre ignorance en la matière. Le scénario proposé s’inscrit totalement dans mon HYPOTHESE EXTRATERRESTRE GENERALISEE et en constitue une extension logiquement obligatoire.
Les deux axes de ma proposition sont les suivants :
1/Nous ne sommes peut-être pas les destinataires de la sémiologie ovnienne ;
2/Le mode d’expression mis en œuvre par nos « visiteurs » est peut-être un langage artistique.

Selon ma formule habituelle restée jusqu’à présent sans écho, les remarques et critiques sont les bienvenues, afin d’améliorer---modifier.

Claude LAVAT

Posté par mribardiere à 11:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 octobre 2016

EXOSOCIOLOGIE : LES DEUX FATALITÉS

ou 3 + 2 = 0

par Claude Lavat
le 19 octobre 2016

A - EXOSOCIOLOGIE :
Ce concept totalement nouveau en ovniologie (à ma connaissance) est rapidement, trop rapidement, exposé dans mon livre (1). Je me propose ci-dessous d’en exposer-proposer une version plus « comestible », ainsi qu’une exploitation du premier volet de ce concept.
Il est devenu fréquent de rencontrer en ufologie des théories concernant « l’exopolitique ».
Il me semble pertinent qu’auparavant soit abordée la question d’une exosociologie se déclinant selon les trois volets suivants :
a/ une exosociologie concernant l’humanité confrontée à la « révélation » de la présence incontestable d’une ou plusieurs intelligences d’origine non terrestre (donc « extraterrestre ») dans notre biotope, en y manifestant la possession d’une science et de technologies hors des nôtres actuelles et ceci que cette « révélation soit faite par une autorité politique ou religieuse crédible (lesquelles ?)
b/ ou directement par cette intelligence visiteuse.
c/ se pose alors la question : l‘humanité sera-t-elle sujette à une panique induite par la prise de conscience brutale de son impuissance à faire face à une intelligence supérieure ou au moins fondamentalement différente de la sienne, mettant en oeuvre un programme, une intention possiblement fatale pour la vie même de l’humanité. Je suis alors amené à considérer deux catégories de fatalités.

B - LES DEUX FATALITÉS :
a/ Fatalité inaltérable :
Il s’agit de la fatalité ayant comme origine un facteur strictement physique démuni d’une quelconque conscience ou même d’une simple intelligence : un bon exemple est celui de l’aérolithe géocroiseur dont la trajectoire doit inexorablement rencontrer celle de la Terre.
Sachant que nous ne disposons (pas encore) d’une stratégie éprouvée pour éviter la collision, l’humanité est confrontée à la fatalité d’une disparition inévitable, incontournable, non discutable.
Quelles seraient alors les comportements envisageables des humains : suicides, prières à l’adresse d’un Dieu éternellement autiste ? tentatives de
mettre nos progénitures à l’abri ?

b/ Fatalité « aménageable » :
Ce serait celle engendrée par un facteur muni d’une conscience même élémentaire , disposant d’une intelligence même « frustre ».
Les exemples d‘une telle situation sont nombreux : nous les rencontrons lors de contacts polémiques ou non entre tribus ou peuplades humaines, débouchant sur des symbioses inévitables étant données les limites physiques du biotope commun .
Une situation nouvelle à envisager depuis « quelques temps » ( 2000 ans ) est celle de la « rencontre » ouverte entre l’humanité et une ou des ethnies aliennes venant d’autres galaxies, d’autres univers : nous serions amenés à développer une symbiose totale entre l’humanité et cette/ces civilisations aliennes : cette « fatalité » serait donc discutable, monnayable, aménageable, obéissant à une exosociologie du troisième type que nous serons contraints de définir si nous espérons garder un minimum de notre culture.
Cette exosociologie aurait pour objet l’étude sociologique d’une nouvelle entité ethnique issue d’une symbiose complète entre les deux ethnies originelles, chacune apportant sa propre expérience acquise dans des histoires différentes, au moyen d’outils logiques, scientifiques spirituels particuliers, les deux ethnies s’enrichissant mutuellement, nous permettant peut-être de participer à une conscientisation croissante de l’univers ou des univers de provenances initiales.
On peut légitimement penser qu’il s’agit d’une spéculation « gratuite », mais je crois fermement que la rencontre, peut-être prochaine, entre l’humanité encore adolescente et une intelligence « extérieure » nous amènera inexorablement à nous poser des questions de cet ordre, le mieux étant peut-être de s’y préparer avant d’être surpris, bousculés par un calendrier dont nous ne sommes pas les maîtres.

C – 3 + 2 = 0 (ZERO)
En effet il est probable que ces 3 exosociologies et ces 2 fatalités ne donneront lieu (comme d’habitude) à aucune critique ni même aucune remarque (l’art de ramer sur le sable !)

Claude LAVAT, le 19 octobre 2016

(1) : OVNIS : L’HYPOTHÈSE EXTRATERRESTRE GÉNÉRALISÉE
ABM ÉDITIONS
réf: pages 236 et suivantes.

Posté par mribardiere à 14:09 - Commentaires [3] - Permalien [#]