F.E.A

Informations sur les manifestations OVNI et leurs implications sur notre société. Des articles de synthèse, des témoignages, des documents, des vidéos, des enregistrements radio...

22 mars 2017

Les Dogus du Pérou

Depuis le mois d'octobre 2016, de nombreuses photos et vidéos enregistrées au Pérou par l'équipe INKARI de l'explorateur Thierry Jamin, n'ont cessé de nous parvenir et de nous alerter de la découverte de matériaux assez extraordinaires: des organes et des corps momifiés d'espèces inconnues, comportant des métaux implantés sous-cutanés, des objets scupltés, gravés, ou modelés ayant des caractéristiques exotiques inattendues.

4eme-reliqueperou

Crane encore recouvert de la substance poudreuse employée par l'embaumement

15419689_1364090270302832_4778282749541157807_o

Crane, dont la poudre d'embaumement a été retirée et qui révèle un épiderme de couleur grise

En observant les yeux de ces momies, nous n'avons pu nous empêcher de faire un rapprochement avec le visage étrange des "Dogu", statuettes japonaises qui auraient été réalisées durant la période Jomon (de -15 000 ans à -300 ans avant notre ère).

5_FC0_A1_FF4   IMG_3898

Jomon-dogu-statue  s-l300

De nos jours, les "Dogu" ont parfois été perçues, comme les représentations d'êtres non-humains équipés d'un scaphandre.
Il est intéressant de remarquer que les Dogus ont souvent été retrouvés dans des tombeaux de la période Jomon. Les corps étaient alors majoritairement placés en position foetale à l'instar des momies péruviennes.

Michel Ribardière

Posté par mribardiere à 09:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 février 2017

Les momies de Nazca - SOUTENIR ALIEN PROJECT

Ci-dessous: Un résumé de l'affaire des momies de Nazca, puis une interview de Thierry Jamin

16879941_1439648692746989_1156506200_o

Un résumé de l'affaire des momies de Nazca:
En octobre 2016, Thierry Jamin, explorateur, chercheur – archéologue français au Pérou, annonce la découverte d’artéfacts stupéfiants car inexplicables dans le cadre des connaissances actuelles. Président de l’association Inkari – Institut Inkari- Cusco (http://www.granpaititi.com/), qui bénéficie d’une bonne image, Thierry Jamin, constate l’existence des organes momifiés ainsi que de momies, dont l’anatomie insolite ne montre pas de lien avec l’espèce humaine ni aucune espèce vivante connue. Ces découvertes ont été réalisées par des huaceros (pilleurs de tombes) dans un endroit inconnu dans le sud du désert du Pérou, dans la région de NAZCA. Elles comportaient aussi des matériaux tels que des plaques de métaux étranges aux caractéristiques étonnantes comme par exemple celle de la mémoire de forme. Les photos qu’il montre parlent d’elles-mêmes : les organes momifiés sont quelques fois équipées d’objets métalliques n’ayant aucun rapport avec des bijoux. Ces éléments sont placés dans la main généralement sous-cutanés et sont alors comparés à des implants.

16930463_1439647679413757_1026514761_o

Les momies apparemment humanoïdes ont des tailles variables qui laissent supposer l’existence d’être humanoïdes pouvant aller de 30cm jusqu’à plusieurs mètres de hauteur. Leurs cranes aux formes variables ainsi que la morphologie du visage et de tous les organes de la tête sont très distincts de ceux des êtres humains. L’ensemble des objets métalliques sont exemptes de toute corrosion et certains d’entre eux répondent aux forces magnétiques. Devant l'insolite, Thierry Jamin fait appel à plusieurs experts afin de démasquer les objets qui pourraient relever d'une imposture. Qu'ils soient médecins, anatomistes, radiologues ou historiens, archéologues spécialisés dans les matériaux funéraires, tous sont unanimes: rien ne permet d'invalider l'authenticité des matériaux.

16935421_1439648572747001_1328356295_o

Thierry Jamin fini par rencontrer le chef des Huaceros qui est une personnalité connue dans ce milieu. Il obtient ainsi son témoignage et une confirmation de ces découvertes avec beaucoup de détails. En octobre 2015, un groupe de quatre huaceros qui recherchaient des tombes anciennes afin de les piller en repère une et la dégage. A leur surprise, ils découvrent la présence d’une structure architecturale et d’une pierre qui semble obstruer un passage. Après bien des difficultés, un mécanisme fini par se déclencher et la pierre s’ouvre sur une galerie descendante. Après un escalier, ils entrent dans une pièce obscure et découvrent deux corps momifiés, une petite princesse inca dans ses habits de la noblesse et avec ses bijoux dans les cheveux qu’ils estiment être âgée de 11 ans ainsi qu’un homme moustachu. Ils découvrent aussi un sarcophage dont ils tireront près d’un millier d’artéfacts (objets, organes momifiés, momies).

16935578_1439647952747063_1227674900_o

16910868_1439647702747088_90342799_o

Les lieux semblent soumis à un champ électromagnétique car leurs appareils électroniques dysfonctionnent et plusieurs mobiles finiront par se casser.  Ils réalisent se situer dans une zone dépendant d'un espace probablement très grand qui se poursuit sur plusieurs niveaux. Plus tard ils reviendront avec un appareil possédant une pellicule photo qui leur permettra, bien que de mauvaise qualité, de réaliser quelques clichés. Ils émettront ensuite l’hypothèse d’avoir pénétré une pyramide précolombienne. Les huaceros racontent avoir fait plusieurs séjours dans cet endroit. Chacun de ces séjours duraient plusieurs jours. Ils progressaient avec beaucoup de prudence car ils n’ignoraient pas l’existence de pièges ayant couté la vie à plus d’un explorateur. Il existe donc des portes qu’ils n’ont pas pour l’instant osé franchir, ayant détecté de possible anomalies. Au fur et à mesure, les huaceros vont s’apercevoir que les lieux ne sont pas déserts. De petits êtres qu’ils appelleront des lutins sont aperçus en groupe avec des comportements très furtifs.

16936190_1439647306080461_781616042_o

Un jour, lors de la découverte du second sarcophage, ils plongent leur regard dans un puit et aperçoivent plus bas un être de dimension plus importante qui se cache aussitôt. Ils sont aussi sujet à un évènement étrange, qu’on appelle aussi une expérience de temps manquant (missing time). Alors qu’ils faisaient une pause en faisant bouillir de l’eau, ils tombent brutalement dans le sommeil et se réveillent 8 h plus tard, sans comprendre ce qu’il s’est passé. Le gaz ayant été totalement dépensé.

Au cours de leurs séjours, deux des huaceros tentent d’attraper les petits êtres. L’un des deux sera pris un jour d’un comportement inattendu. Il se mettra à avaler du sel, jusqu’à ce que son corps se mette à défaillir. Il en mourra. L’autre, atteint de malaises, sortira avec peine du lieu des découvertes et décèdera à Cusco d’une maladie inconnue. Aujourd’hui le groupe des Huaceros est réduit à deux individus seulement. Leur objectif se limite à trouver de l’or, vendre leurs découvertes contre beaucoup d’argent. Ils ont parfaitement compris l’immense valeur de ce site et espèrent mettre la main sur davantage d’objets à composants technologiques.

16935975_1439650196080172_116283949_o

De son coté, Thierry Jamin s’est rapproché du chef des huaceros et tente d’obtenir une invitation pour voir les lieux, même s’il doit s’y faire accompagner les yeux bandés. Il a une certaine idée de leurs positions « quelques centaines de mètres » d’un des dessins Nazca. Afin de valider les matériaux qui proviennent de ce site et qui ont été placés entre ses mains, Thierry Jamin a lancé un financement participatif qui permettra une analyse poussée de l’ADN d’une des momies, une évaluation de son âge (Carbone 14) ainsi que de connaître la composition des métaux et de la solution poudreuse d'embaumement, si cela est possible.

Il est à notre avis remarquable que plusieurs milliers de personnes de France s’organisent avec pour objectif la recherche de la vérité dans cette affaire et faire éclater une vérité bouleversante dans la pensée dominante. Bien que stupéfiante si une telle révélation devait avoir lieu, elle offrirait une piste de réflexion fracassante mais légitime pour expliquer le contraste qui sépare d’un côté les dogmes de l’histoire officielle et de l’autre les ooparts (Out Of Place Artefacts, les objets archéologiques inexplicables dans le contexte de leurs époques) et les sites de construction anciens dont les dimensions et la très haute technicité sont demeurées totalement inexplicables.

Une interview de Thierry JAMIN:

Michel Ribardière: - Si les découvertes des huaqueros et le site archéologique s’avèrent réels, si les analyses confirment l’origine inconnue des gènes récupérés sur les momies, si l’ancienneté des artéfacts est confirmée, quelles seront les conséquences sur l’histoire officielle des civilisations précolombiennes et sur l’histoire de l’humanité ?

Thierry Jamin : - Si les analyses confirment l’authenticité des artefacts biologiques découverts dans le désert du sud du Pérou fin 2015, je pense qu’une partie importante de l’histoire des civilisations de Paracas, de Nasca et des Incas sera sans doute à réécrire avec une nouvelle perspective. En effet, le site découvert est localisé à quelques centaines de mètres des célèbres pistes de Nasca. L’existence d’un peuple exogène dans cette aire culturelle pourrait alors expliquer non seulement le pourquoi de ces immenses figures, mais également les raisons pour lesquelles ces civilisations ont pratiqué l’allongement de leurs crânes.

Michel Ribardière: - Quelles seront les conséquences dans la pensée dominante ? 

Thierry Jamin : - J’avoue que, en l’attente du lancement de la phase des analyses, j’ai beaucoup de mal à me projeter aussi loin. Il convient de vérifier d’abord s’il s’agit bien d’objets authentiques et non d’une supercherie.

Michel Ribardière: - Comment réagiront les universités et le monde académique ? 

Thierry Jamin : - Je pense que, devant tant d’évidences, une remise en cause de certains enseignements me semble incontournable à plus ou moins longue échéance.

Michel Ribardière: - Comment réagiront les gouvernements ?

Thierry Jamin : - S’il est prouvé que ces objets sont bien ce que nous soupçonnons qu’ils soient, la responsabilité des gouvernements seraient (idéalement, mais ils ne le font pas !) de préparer les citoyens à recevoir cette information. Au tournant des années 2000, un collectif d'anciens auditeurs de l'IHEDN (Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale) avaient déjà tiré la sonnette d’alarme avec le rapport « Cometa : à quoi doit-on se préparer ? ». Peu de choses ont été faites depuis. Il en sera peut-être ainsi de ce cas…

Michel Ribardière: - Comment réagiront les institutions religieuses ? 

Thierry Jamin : - Il me semble évident que la confirmation de l’authenticité de ces reliques pourrait poser un problème aux religions monothéistes notamment. L’existence d’entités exogènes parmi les hommes depuis l’antiquité pourrait apporter une explication rationnelle sur l’origine de ces religions. L’Église catholique semble la seule à se préparer à cet événement. On remarque en effet, depuis une vingtaine d’années, une évolution du discours de l’Église catholique concernant la vie extra-terrestre. Pour ma part, je pense que le plus inquiétant sera sans doute la réaction du monde musulman en général face au choc de cette Révélation. On peut craindre le pire…

16910727_1439647282747130_1985247417_o

Michel Ribardière: - De nombreuses découvertes archéologiques semblent avoir été étouffées. Dans une interview, vous avez évoqué des découvertes mystérieuses réalisées en Egypte par une équipe belge et qui auraient, elles-aussi, été étouffées. 

Thierry Jamin : - Oui, en effet, il y a des rumeurs d’une découverte plus ou moins similaire, réalisée en Égypte dans les années 90. Elle a été complètement étouffée. Une autre affaire est beaucoup plus connue et documentée et serait arrivée en 1960. Les soviétiques auraient mis la main sur un « visiteur » dans une tombe égyptienne. L’affaire portait le nom de « Projet Isis ».

Michel Ribardière: - Votre alerte depuis le Pérou en direction de la France a pourtant immédiatement acquis l’attention et le soutien financier et intellectuel de la part de milliers de citoyens français. A votre avis, les découvertes qui remettent en question aussi profondément la pensée dominante sont-elles plus faciles à divulguer par une nation traditionnellement laïque et possédant une vision universelle comme le suppose la déclaration des droits de l’homme ? Est-ce justement le rôle de la France que d'ouvrir ou de soutenir des dossiers aussi brûlants pour toute l'humanité ?

Thierry Jamin : - Je ne sais pas si cela est une « vocation » de la France. Le fait est que je suis Français et qu’il m’était dès lors plus pratique de mobiliser les passionnés de ce thème en France qu’au Pérou, où les moyens économiques sont beaucoup plus limités. Avec son message universel, la France pourrait être porteuse de cette information…

Michel Ribardière: - Le récit des Huaqueros présente les lieux de la découverte comme fréquentés par des êtres biologiquement inconnus, dont la civilisation s’avère probablement plus développée ou plus avancée techniquement que la nôtre. Si vous parvenez à vous rendre sur place, envisagez-vous d’entrer en contact avec ces êtres ?

Thierry Jamin : - Dans un premier temps, nous cherchons à récupérer un maximum de matériel biologique pour les confronter aux analyses ADN, C14, etc. Nous voulons savoir si cette affaire est réelle ou non. Pour le moment, le balancier penche plutôt pour une histoire authentique. Dans un second temps, nous aimerions, en effet, étudier le site. Nous savons où il se trouve. Cependant, nos accords actuels avec les « découvreurs clandestins » du site nous empêchent d’organiser une opération d’exploration de la zone. Nous espérons que ces « découvreurs » accepterons de nous conduire d’eux-mêmes jusqu’au site. C’est le but ultime, en effet. S’il était possible d’établir un contact avec les entités qui, semble-t-il, peuplent encore les lieux, nous tenterions l’expérience. D’une manière générale, j’ai le sentiment que cette histoire n’est pas arrivée là par hasard. Je me demande s’il n’y aurait pas une «volonté» de leur part à faire connaître leur existence au monde. Nous abordons des temps où l’on sent que le secret des OVNIS et de la présence E.T. sur Terre craque de toutes parts. Cette affaire s’inscrit peut-être dans un « agenda » qui arrive à terme. L’opération de financement participatif que nous avons lancé il y a un peu plus de vingt jours sur la plate-forme Ulule, a pour objectifs d’obtenir des réponses à certaines questions que nous nous posons tous. J’invite tous les Internautes, les partisans comme les sceptiques, à se joindre à cette opération de crowfunding pour nous permettre, dès le mois de mars, de lancer un grand programme d’analyses de ces « reliques », afin de déterminer leur nature et leur origine. S’il existe une chance de prouver que tout ceci est bien réel, alors il faut la saisir. Cette affaire de corps et d’organes momifiés est un vrai miracle pour la science ! Nous avons une réelle « fenêtre », une opportunité historique de démontrer la réalité de cette histoire. Alors saisissons-la !!!

Michel Ribardière: - Merci Thierry et bonne chance dans cette grande aventure. Nous sommes à vos cotés pour cette immense découverte et nous vous adressons toute notre amitié et nos remerciements pour les décisions que vous avez prises jusqu'à présent dans ce dossier et cela sans ignorer les risques encourus pour votre réputation, votre avenir professionnel et votre personne.

Thierry Jamin: - Merci à tous !!!

16930939_1439650172746841_1436765878_o

Posté par mribardiere à 15:27 - Commentaires [5] - Permalien [#]

18 février 2017

Alien Project - la F.E.A soutient Thierry JAMIN

Depuis le mois d'octobre 2016, Thierry Jamin, chercheur, explorateur, archéologue français au Pérou est entré en contact avec des artéfacts et des momies insolites et inexplicables dans le cadre actuel de l’histoire de l’humanité.
Ces matériaux, une fois authentifiés, bouleverseront la connaissance que nous avons de l’histoire de l’humanité, ainsi que nos certitudes dominantes sur l’absence d’autres espèces intelligentes avancées dans notre environnement.

momie-perou14-mini


Compte tenu du prix des analyses génétiques et C14 par des laboratoires, Thierry Jamin, président de l’association Inkari a décidé de faire appel à un financement participatif. 
Considérant sa fiabilité et la confiance que nous accordons à Thierry Jamin et cela malgré l’ensemble des critiques qui se sont élevées contre lui et son projet, soit par jalousie, soit par intérêt, soit par ignorance, nous avons décidé de soutenir son projet et d'encourager vigoureusement nos lecteurs à y participer financièrement. Parce que nous voulons savoir...

Si la recherche de la vérité et l’avenir de l’humanité comportent quelques valeurs à vos yeux, nous appelons votre participation à ce projet.

Michel Ribardière
Président de la F.E.A

 

Pour participer à ce finacement participatif, suivez ce lien:
https://fr.ulule.com/alien-project/

Posté par mribardiere à 07:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 janvier 2017

POUR QUI SONT CES OVNI QUI SURFENT SUR NOS TETES ?

(merci Jean Racine, in Andromaque)

L’homo sapiens sapiens que nous sommes censés être répondra bien évidemment : « c’est pour nous ! », ou pire: « c’est pour MOI », tant notre anthropocentrisme tous azimuts, nous interdit d’envisager que ce phénomène puisse être destiné à « quelqu’un » d’autre !
C’est aussi vouloir ignorer la quasi-certitude d’existence d’exobiologie(s)dans d’autres galaxies ou parmi les « quelques »10 (exp500) autres univers que le nôtre.

On peut donc légitimement concevoir que l’apparence d’extrême absurdité (à nos yeux) des manifestations ovniennes soit « simplement due à un degré d’étrangeté, élevé, tel que je l’ai proposé dans mon livre et dans un article publié sur le site de l’Académie d’Ufologie[cliquer ici]

Ce « degré d’étrangeté » pourrait donc prendre des valeurs bien plus élevées que celles que j’avais initialement envisagées.
Selon ce scénario, le « degré d’étrangeté » final, par rapport à nous, serait le produit des degrés d’étrangeté concernant les différents biotopes impliqués pris deux à deux: un nombre vertigineux, un vrai gogol !

On peut même retenir un degré d’étrangeté de type « réflexif » concernant les manifestations d’ethnies vis-à-vis d’elles-mêmes : un exemple existe « chez nous » dans le domaine de l’expression artistique lorsqu’un art donné est incompréhensible pour une grande partie de notre population : les deux domaines cognitifs-sensitifs concernés étant peu imbriqués.

Le cas extrême et peut-être existant dans la phénoménologie ovnienne serait celui où les manifestations ovni seraient des manifestations artistiques, destinées à l’ethnie même qui les génère, à nous même ou à d’autres ethnies exotiques.
En effet pourquoi éliminer la situation selon laquelle les manifestations ovniennes dont nous sommes partiellement conscients seraient en fait destinées à d’autres ethnies que la nôtre qui n’est bien évidemment pas le « centre de l’univers ».

Je suis persuadé que ce genre d’approche transdisciplinaire et encore actuellement transgressive de la question ovnienne mérite d’être approfondie car tout simplement n’ayant à ma connaissance jamais été entreprise, tellement cette perspective constitue une trop forte transgression relativement au dogme institutionnel décrétant ce qu’il est «bon» de rechercher et même de penser !

La perspective exposée plus haut ne constitue pas une quelconque réponse au mystère ovnien, mais une nouvelle approche du problème, l‘ art de la découverte n’étant pas toujours d’apporter des réponses, mais de poser les « bonnes » questions.
Cette proposition relevant de la sociologie n’est absolument pas exclusive des approches du problème par la voie de la physique, mais en est complémentaire :
Toutes les voies sont « bonnes », étant donnée l’immensité de notre ignorance en la matière. Le scénario proposé s’inscrit totalement dans mon HYPOTHESE EXTRATERRESTRE GENERALISEE et en constitue une extension logiquement obligatoire.
Les deux axes de ma proposition sont les suivants :
1/Nous ne sommes peut-être pas les destinataires de la sémiologie ovnienne ;
2/Le mode d’expression mis en œuvre par nos « visiteurs » est peut-être un langage artistique.

Selon ma formule habituelle restée jusqu’à présent sans écho, les remarques et critiques sont les bienvenues, afin d’améliorer---modifier.

Claude LAVAT

Posté par mribardiere à 11:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 octobre 2016

EXOSOCIOLOGIE : LES DEUX FATALITÉS

ou 3 + 2 = 0

par Claude Lavat
le 19 octobre 2016

A - EXOSOCIOLOGIE :
Ce concept totalement nouveau en ovniologie (à ma connaissance) est rapidement, trop rapidement, exposé dans mon livre (1). Je me propose ci-dessous d’en exposer-proposer une version plus « comestible », ainsi qu’une exploitation du premier volet de ce concept.
Il est devenu fréquent de rencontrer en ufologie des théories concernant « l’exopolitique ».
Il me semble pertinent qu’auparavant soit abordée la question d’une exosociologie se déclinant selon les trois volets suivants :
a/ une exosociologie concernant l’humanité confrontée à la « révélation » de la présence incontestable d’une ou plusieurs intelligences d’origine non terrestre (donc « extraterrestre ») dans notre biotope, en y manifestant la possession d’une science et de technologies hors des nôtres actuelles et ceci que cette « révélation soit faite par une autorité politique ou religieuse crédible (lesquelles ?)
b/ ou directement par cette intelligence visiteuse.
c/ se pose alors la question : l‘humanité sera-t-elle sujette à une panique induite par la prise de conscience brutale de son impuissance à faire face à une intelligence supérieure ou au moins fondamentalement différente de la sienne, mettant en oeuvre un programme, une intention possiblement fatale pour la vie même de l’humanité. Je suis alors amené à considérer deux catégories de fatalités.

B - LES DEUX FATALITÉS :
a/ Fatalité inaltérable :
Il s’agit de la fatalité ayant comme origine un facteur strictement physique démuni d’une quelconque conscience ou même d’une simple intelligence : un bon exemple est celui de l’aérolithe géocroiseur dont la trajectoire doit inexorablement rencontrer celle de la Terre.
Sachant que nous ne disposons (pas encore) d’une stratégie éprouvée pour éviter la collision, l’humanité est confrontée à la fatalité d’une disparition inévitable, incontournable, non discutable.
Quelles seraient alors les comportements envisageables des humains : suicides, prières à l’adresse d’un Dieu éternellement autiste ? tentatives de
mettre nos progénitures à l’abri ?

b/ Fatalité « aménageable » :
Ce serait celle engendrée par un facteur muni d’une conscience même élémentaire , disposant d’une intelligence même « frustre ».
Les exemples d‘une telle situation sont nombreux : nous les rencontrons lors de contacts polémiques ou non entre tribus ou peuplades humaines, débouchant sur des symbioses inévitables étant données les limites physiques du biotope commun .
Une situation nouvelle à envisager depuis « quelques temps » ( 2000 ans ) est celle de la « rencontre » ouverte entre l’humanité et une ou des ethnies aliennes venant d’autres galaxies, d’autres univers : nous serions amenés à développer une symbiose totale entre l’humanité et cette/ces civilisations aliennes : cette « fatalité » serait donc discutable, monnayable, aménageable, obéissant à une exosociologie du troisième type que nous serons contraints de définir si nous espérons garder un minimum de notre culture.
Cette exosociologie aurait pour objet l’étude sociologique d’une nouvelle entité ethnique issue d’une symbiose complète entre les deux ethnies originelles, chacune apportant sa propre expérience acquise dans des histoires différentes, au moyen d’outils logiques, scientifiques spirituels particuliers, les deux ethnies s’enrichissant mutuellement, nous permettant peut-être de participer à une conscientisation croissante de l’univers ou des univers de provenances initiales.
On peut légitimement penser qu’il s’agit d’une spéculation « gratuite », mais je crois fermement que la rencontre, peut-être prochaine, entre l’humanité encore adolescente et une intelligence « extérieure » nous amènera inexorablement à nous poser des questions de cet ordre, le mieux étant peut-être de s’y préparer avant d’être surpris, bousculés par un calendrier dont nous ne sommes pas les maîtres.

C – 3 + 2 = 0 (ZERO)
En effet il est probable que ces 3 exosociologies et ces 2 fatalités ne donneront lieu (comme d’habitude) à aucune critique ni même aucune remarque (l’art de ramer sur le sable !)

Claude LAVAT, le 19 octobre 2016

(1) : OVNIS : L’HYPOTHÈSE EXTRATERRESTRE GÉNÉRALISÉE
ABM ÉDITIONS
réf: pages 236 et suivantes.

Posté par mribardiere à 14:09 - Commentaires [3] - Permalien [#]

10 octobre 2016

UFOs AND GOVERNMENT - A Historical Inquiry

S'il existait en France un cursus universitaire en histoire ou en sociologie, spécialisé dans l'étude des manifestations ovnis, UFOs AND GOVERNMENT-A Historical Inquiry (OVNIS ET GOUVERNEMENT - Une enquête historique) ferait partie des ouvrages de référence.
Publié aux Etats Unis en 2012, cet ouvrage est rédigé avec la rigueur des textes de la recherche historique, présentant les faits, donnant la parole aux témoins, et dévoilant les documents déclassifiés qui révélent les liens invisibles.

De la taille d'un annuaire téléphonique et constitué de près de 600 pages en langue américaine, nous en avons extrait et traduit quelques lignes ...
En fin d'article, un lien permet de se le procurer. (Malgré une présentation publicitaire, précisons que la F.E.A n'a aucun intérêt financier et connait ses auteurs uniquement de réputation.) Nous recommandons aux chercheurs l'acquisition de cet ouvrage de base très original dans le cadre habituel des ouvrages traitant des ovnis).

Ufos and government

Sommaire
Avant propos de Jerome Clark
Preface de Michael Sword
Prologue
Chapitre 1. Seconde Guerre mondiale
et période immédiate de l'après-guerre
Chapitre 2. Fusées Fantômes
Chapitre 3. Les Soucoupes Volantes et les Etats Unis
Chapitre 4. Un projet OVNI formalisé
Chapitre 5. Grudge
Chapitre 6. Esquive et Couverture
Chapitre 7. Transition
Chapitre 8. Naviguer contre vents et marées 
Chapitre 9. La solution de la CIA
Chapitre 10. Entracte
Chapitre 11. Une guerre froide
Chapitre 12. Quelque chose de plus près en approche
Chapitre 13. Bataille dans le désert
Chapitre 14. Le projet Colorado
Chapitre 15. Après la fermeture du Blue Book
Chapitre 16. L'histoire militaire des OVNI de la Suède
Chapitre 17. La Réponse Officielle de la Défense Australienne et du Gouvernement
Chapitre 18. Secret et Divulgation OVNI en Espagne.
Chapter 19. OVNIS en France - Début d'une enquête scientifique
Chapitre 20. Aperçus dans d'autres pays
Épilogue
Annexe
Illustration et crédits photographiques
A propos des auteurs
Index par nom
Index par sujet
Index par évènement OVNI

AVANT PROPOS:
Ceux d'entre nous qui ont consacré une partie importante de leur vie à la lecture de la littérature ufologique savent combien cette dernière peut être mauvaise. Ceux dont la curiosité intellectuelle englobe en outre l'histoire traditionnelle et la science ne peuvent pas, la plupart du temps, retenir une grimace, devant les grandes conclusions pour si peu de preuves que peuvent tirer les auteurs traitant le dossier ovni - sans oublier, d'autre part, ceux qui se présentent comme des sceptiques. Sans surprise, les résultats se comptent de l'amateurisme et l'invraisemblable à la paranoïa et au conspirationnisme, et peinent à dépasser un intérêt anthropologique…

Pourtant, soyons justes. Nul besoin d'être fou pour s'interroger sur le décalage entre les observations véritablement incompréhensibles des OVNIS et les réponses officielles curieusement apathiques. Dès les premiers jours de la controverse OVNI, des observateurs externes-et quelques-uns à l'intérieur des pouvoirs publics pouvaient à peine supposer l'existence d’un état d'esprit sur le pied de guerre du gouvernement des Etats-Unis afin de protéger la sécurité de la nation. Toutefois, ce dernier aurait-il pu négliger le dossier devant les  évènements et les observations mystérieuses qui ont suscités autant de spéculations, y compris de la part de certains scientifiques qui envisageaient des visites provenant d'ailleurs?

Le phénomène ne pouvait pas être réduit à des lumière vacillantes, entrevues par des individus débordant d'une imagination excessive et d'une probité douteuse. D’innombrables témoins sobres avaient parlé de ce qui selon toutes les apparences constituait des vaisseaux structurés, observés dans de bonnes conditions (parfois à courte portée) et présentant des performances telles que toute personne concernée par la sécurité de l'aviation en aurait ressenti des frissons. Et pire, les récentes observations de ces choses étaient enregistrées quotidiennement. Certaines le furent avec des instruments de poursuite, d'autres à partir de multiple témoins indépendants, depuis le sol, l'air ou les deux à la fois.
Jusqu'à quel point était-il raisonnable d'imaginer que tout le monde s'était radicalement trompé ?
Les premiers livres de langue anglaise sur l'ufologie, qui ont été imprimé en 1950, ont choisi comme sujet (1) la réalité des visiteurs de l'espace et (2) la forte probabilité que le gouvernement américain ait caché cette réalité sous le rideau de la classification. Un ouvrage, "The Flying Saucers are reals" de Donald Keyhoe montre que l'Air Force tire ses conclusions d'observations faites par ses propres pilotes ainsi que par des observateurs civils crédibles. L'autre, de Franck Scully, "Behind the Flying Saucers", avançait une thèse encore plus fantastique, l'armée aurait récupéré une épave extraterrestres et des corps...etc

Attention cet ouvrage est en anglais
Acheter cet ouvrage par Amazon:

Cliquez ici

Posté par mribardiere à 14:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 septembre 2016

Présidents Américains et UFO 3ème partie

Article publié avec l'aimable autorisation de l'Association 3AG (Association des Anciens Agents du Centre Spatial Guyanais)

Article rédigé par Michel Ribardière

Retour à "Présidents Américains et UFO 1ère partie" ==> Cliquez ici
Retour à "Présidents Américains et UFO 2ème partie" ==> Cliquez ici

George W. Bush (2001-2009)
A l'instar de son père, Georges W.Bush s'est assez peu exprimé sur le dossier ovni. Avant les élections présidentielles, contrairement aux autres candidats à la succession du Président Clinton, il n'a pas répondu aux trois interrogations du chercheur Peter Robbin:
1) Accepteriez-vous d'accorder l'immunité face aux poursuites judiciaires qu'encourent les officiers militaires et des renseignements qui témoigneraient des informations détenues par le gouvernement sur le dossier OVNI ?

2) Ordonnerez-vous la divulgation des documents classifiés du gouvernement liés à la question OVNI?

3) Quelle position prendrez-vous en ce qui concerne le droit du public à accéder à l'information sur les ovnis, détenue par le gouvernement ?

Après son élection, le Président Georges Bush fait botter en touche toutes les demandes portant sur le dossier ovni avec des remerciements et en déclarant que le gouvernement s'occupait de cette question.
Au début de la prise de fonction de l'administration Bush, Dick Chesney, son vice-Président, reçoit un courrier d'un électeur qu'il avait eu l'occasion de croiser durant la campagne, en présence de George Bush: Mr Huffer. Ce dernier lui rappelle une réponse verbale prononcée par Georges Bush portant sur la divulgation des informations gouvernementales sur le dossier ovni. Mr Huffer se présente comme ayant une habilitation Top Secret et propose de procéder à la divulgation par étapes. Voir le détail cliquez ici

En mai 2001, le Projet Révélation (Disclosure Project) du Dr Steven Greer est lancé sous la forme d'une conférence à Washington, au National Press Club (lieu généralement employé pour les déclarations officielles de la Maison Blanche). Cette présentation implique plus d'une vingtaine de témoins ayant eu de hautes fonctions qui déclarent leur rôle officiel et secret dans le cadre des opérations gouvernementales de cover-up portant sur le dossier ovni.
Les médias sont au rendez-vous et les chercheurs espèrent une réaction positive de l'administration Bush sur la possibilité de divulguer des informations gouvernementales. La Maison Blanche reçoit alors une quantité très importante de demandes par courrier (quantité équivalente à celle reçue par l'administration Carter en son temps) afin d'obtenir une transparence du dossier ovni. Devant l'importance du nombre des demandes, plusieurs agences gouvernementales telles que la NASA ou la CIA sont mises à contribution pour répondre aux citoyens. Malheureusement, les agences ne sont pas à la hauteur. Elles démontrent non seulement un manque total d'intérêt et de connaissance du dossier mais très souvent une incohérence complète avec les demandes.

Après les attentats du 11 septembre 2001, le dossier OVNI comme de nombreux autres dossiers tels que ceux de la santé publique, de la voirie ou de l'urbanisme subissent un net recul dans la liste des priorités. La plupart des chercheurs ufologues stoppent leurs interventions publiques car le sujet est non seulement devenu secondaire, mais il leur fait prendre le risque d'être taxé de contre-patriotes. A cette époque et jusqu'à ce que la guerre contre l'Irak soit effective, le risque d'être catalogué parmi les adversaires des États-Unis est réel. Le dossier des ovnis est classé dans les sujets distrayants, loufoques et inutiles qui éloignent l'attention des affaires politiques fondamentales et sont responsables de situations comme celle du 11 septembre.

Nous noterons qu'entre les mois d'octobre à décembre 2001, le Président Bush va signer une série de décrets ayant pour objectif de mettre un terme aux précédents décrets présidentiels qui avaient amorcé une ère de transparence sur un grand nombre des actions des services publics et du gouvernement. Le Président Bush va augmenter la protection des secrets et renforcer la dissimulation des actions des pouvoirs publics (Cliquer ici), à l'abri du regard des citoyens américains et du congrès. Voir le décret EXECUTIVE ORDER 13292 du Président George Bush. Consulter un ensemble d'actions prises pour augmenter la sécurité des secrets, comme celle d'exempter l'AIR FORCE dans la zone 51 de certaines divulgations, cliquer ici.

Barrack Obama
Au cours des primaires démocrates visant les élections présidentielles de 2008, juste après que le candidat Dennis Kucinich déclare qu'il existe davantage de personnes ayant observé un ovni que de personnes approuvant la politique du Président George Bush, le candidat Barrack Obama est publiquement interrogé sur l'existence de la vie au delà de la planète Terre. Il évacue le sujet avec pragmatisme en déclarant qu'il ne sait pas s'il existe de la vie ailleurs mais qu'il sait qu'il y a une vie sur Terre qui nécessite une meilleure politique de la santé publique... etc (et revient en fait sur son programme électoral).

Un audit citoyen:
Durant la période de transition entre son élection et sa prise de fonction en tant que Président des Etats-Unis, Barrack Obama met en place durant neuf jours, un système permettant aux citoyens de poser des questions ou de soumettre des sujets à l'administration et de voter pour les plus importants à traiter en priorité. Quarante quatre mille sujets ont été postés par cent vingt cinq mille personnes et un million quatre cent vingt mille votes ont été exprimés. Plusieurs dizaines de questions abordent le sujet ovni, parmi lesquelles:

"Le Président Barack Obama s'efforce-t-il de tout savoir au sujet des Objets Volants Non-Identifiés (Ovnis) ? A-t-il l'intention de rendre publique les informations que possède le gouvernement américain...?"

"Serez-vous le premier Président des Etats-Unis qui divulguera tous les documents concernant les Ovnis, tous les dossiers, les films et les videos sur les contacts et la surveillance exercée depuis 50 ans par les Etats-Unis, à propos des visites extraterrestres ?"

"Quand le gouvernement abordera-t-il enfin ouvertement le sujet des Ovnis ? 

"La Belgique, après la 'Vague de 1989'; la France avec le Rapport Cometa en 1999; le Mexique avec le soutien constant de ses forces armées, et maintenant le M.O.D. en Angleterre, qui projette de déclassifier plus de 200 dossiers au cours des prochaines années... Quand le gouvernement américain va-t-il se décider ?"

Parmi les sujets-suggestions portant sur le dossier ovni qui récoltent les plus grands nombres de votes, celui de "Fin de l'embargo sur la vérité à propos des ovnis (révélation ovni)" tient la meilleure position au 36ème rang le 29 janvier 2009 (Voir en détail le sujet).

Une demande de transparence
Plus de 60 organisations ont lancé un appel au Président Barack Obama pour lui demander l'annulation du décret émis par son prédécesseur, concernant le véto présidentiel sur la déclassification de documents administratifs, et de lever le voile sur de nombreuses zones où la pratique gouvernementale manque de transparence.
Cette coalition réclame une meilleure efficacité du processus FOIA (Freedom of Information Act) et son élargissement, une réforme du système de classement pour réduire la surclassification et s'assurer que les actes présidentiels seront traités selon la législation américaine et les règles établies par le Congrès.
Parmi les signataires, on retrouve le National Security Archive, OMB Watch - un observatoire du bureau de la Maison-Blanche en charge des Procédures et du Budget - et l'Association des Directeurs des Radios et Télévisions d'information. Archives NSA sur le sujet: Cliquez ici

Ainsi, le 21 Janvier 2009 - Lors de sa première journée complète dans le bureau ovale, le président Barack Obama a signé un décret et deux mémorandums présidentiels ouvrant sur ce qu'il a défini comme une "nouvelle ère d'ouverture". En annonçant un mémorandum sur la Freedom of Information Act pour rétablir une présomption de divulgation des informations réclamée au titre de la FOIA, le président Obama a déclaré que "Tous les organismes et ministères doivent savoir que son administration se trouve non pas du côté de ceux qui cherchent à retenir l'information, mais de ceux qui cherchent à la faire connaître". Il a donc révoqué le décret 12958 ainsi que les amendements qui y étaient intégrés dont le décret 13292. A la place il imposa en décembre 2009, le decret 13526, le dernier d'une série de décrets formulant la stratégie de classification de l'information et qui remplace l'ensemble des décrets précédents.



Début d'année 2009, le Président Obama déclare: "La transparence et la primauté du droit seront les pierres angulaires de cette présidence !"

le Président Obama et le traitement du sujet ovni en public
Au cours de ses huit années d'administration, le Président Obama est intervenu à plusieurs reprises sur le sujet des ovnis et des extraterrestres. Ses déclarations ont valsé entre humour et maladresse.
Bien avant son élection, comme nous l'avons vu, il avait choisi d'écarter les questions liées au sujets ovni et extraterrestres afin d´éviter de subir les attaques généralement adressées aux sympathisants de tels sujets. Dans son intervention publique lors des primaires démocrates, on constate qu'il à non seulement dévié le sujet de la vie extraterrestre vers des dossiers sans aucun rapport mais qu'il maîtrise mieux, mais il désigne aussi subtilement une meilleure cible à railler, celle d'un concurrent mieux informé que lui et plus intègre vis à vis de la réalité sur ce sujet (Dennis Kucinich).

Pour un homme politique en campagne électorale (et ils le sont toujours), le dossier ovni est compliqué à gérer en public. Malgré des réponses généralement adroites, le Président Obama n'échappe pas au malaise induit par le dossier ovni et qui semble aussi avoir atteint le Président Clinton à l'occasion.
Afin de poursuivre notre réflexion, nous avons employé de larges extraits du travail d'analyse réalisé par
Mr Ben Hansen, expert en communication pour la chaine télévisée, Syfy Channel, qui est présenté en fin d'article. Cette analyse de la communication verbale et non-verbale du Président Obama, s'attache à décrypter quelques minutes d'un débat télévisé ayant eu lieu avec l'animateur Jimmy Kimmel en mars 2015.

ANALYSE DE LA COMMUNICATION DU PRÉSIDENT OBAMA

REMARQUE: Il est important de rappeler que l’analyse de la communication non-verbale et du contenu des déclarations n'est pas une science exacte. Il existe plusieurs façons d’interpréter un fait observable. Pour procéder, il est essentiel de prendre en compte l’ensemble du contexte des échanges et les habitudes personnelles de l’individu. Dans l'analyse qui suit, nous procèdons à des comparaisons, à des descriptions de la posture et des gestes du Président Obama à partir d'élements observables et nous les interprétons. Afin de limiter la taille de notre présentation à un article plutôt qu'à un dossier de centaines de pages, nous ne présentons pas la totalité des élements de comparaison observés. On remarquera ainsi la présence de petites synthèses à la place d'une extension détaillée et encombrante.

Partie 1 – Comment le Président Obama communique ?

Description:
Dans cette émission, Jimmy Kimmel et le Président Obama sont placés de trois quart dans la même direction. Il est notable que la disposition des individus à courte distance dans une même direction est parfois employée pour faciliter l'ouverture psychologique et la combinaison des efforts de chacun d'entre eux vers un même projet. La position en face à face au contraire place chacun d'entre eux sur la route de l'autre comme un barrage incontournable, un concurrent, voire un adversaire. On évite parfois cette disposition en espérant éviter les rapports conflictuels. Le Président Obama est assis dans un fauteuil avec les jambes croisées.
L’ancien Président Clinton s'est lui aussi déjà retrouvé dans la même situation et devant la même question. Il n’avait pas les jambes croisées mais ses deux mains agrippaient les bras de son fauteuil à une place. Ici, le Président Obama se trouve dans un fauteuil à deux places, ce qui réduit le nombre de ses possibilités. Ses mains sont posées sur ses cuisses, ce qui est assez courant dans ses interviews. On notera immédiatement que le Président Obama écoute en gardant la bouche ouverte.
Jimmy Kimmel : - Si j’étais le Président et c’est peu probable que cela puisse arriver…
Président Obama : - On ne sait jamais … 
Jimmy Kimmel : - Si j’étais Président…
Président Obama : - C’était peu probable pour moi aussi ...
Jimmy Kimmel : - Au moment où je serais investi,... ma main serait encore chaude d’avoir touché la bible et je courrais immédiatement à l’endroit où ils détiennent les documents sur la zone 51 et les ovnis et j’irais partout pour comprendre ce qu’il se passe. Avez-vous fait cela ?

Obama a gardé la bouche ouverte. Voici des possibilités courantes permettant d'interpréter cette position : Ecouter la bouche ouverte peut indiquer :
- un choc par rapport à ce qui a été dit ou observé
- une plongée en profondeur dans ses pensées
- une anxiété générale
- une obstruction nasale
En fait 85 % des respirations par la bouche sont une adaptation à l’apparition d’une obstruction nasale. Lorsque les gens respirent par la bouche, la fonction courante consiste à augmenter la quantité d’air dans leurs poumons. Si l'on jete un œil sur les autres parties de l’interview et sur d’autres interviews du Président Obama, on constate qu’il écoute fréquemment ses interlocuteurs la bouche ouverte, y compris durant les conversations et les sujets où il devrait être détendu.
Cela permet de supposer qu'il possède probablement une restriction des voies respiratoires. Si on se renseigne auprès de la première dame, il serait surprenant que le Président ne soit pas l’objet de problèmes de ronflements. Ce détail pourrait sembler non-pertinent dans le cadre de notre étude par rapport au sujet ovni. Toutefois la haute résolution de l’interview permet de découvrir à cette remarque un complément très surprenant...
Sa respiration:
Une respiration normale pour un adulte moyen est de 12 à 16 respirations par minutes. Les rythmes au-dessus de 20 respirations par minutes sont considérés comme élevées et la médecine les désigne sous le terme de tachypnées. Plus de 24 respirations par minute est considéré comme une situation sérieuse nécessitant un traitement. De façon basique, lorsque notre niveau d’oxygène est bas ou notre niveau de CO2 est élevé, le corps respire plus souvent. Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles le rythme respiratoire peut s’élever. Mais comme nous le voyons, le Président n’est pas en train de faire un jogging. Dans cette situation, une élévation du rythme respiratoire peut être due au stress, à la douleur, à la colère ou à une expérience de panique. Lorsqu’on observe le mouvement du micro attaché à la veste du Président Obama on peut remarquer précisément son rythme respiratoire: dix respirations, en 14 secondes. Cela revient à 42 respirations par minutes. Il est en hyperventilation.
Lorsque le corps n’a pas besoin d’une telle consommation d’oxygène, un rythme de cet ordre démontre une préparation physiologique pour un combat ou un face à face foudroyant. Le test au polygraphe (détecteur de mensonge) est accompagné d'un umma graph afin de mesurer les schémas respiratoires. Les changements respiratoires indiquent une augmentation du niveau de stress due aux questions. Ces dernières sont posées avec un certain délai entre elles mais les changements de rythmes respiratoires peuvent se produire instantanément et revenir ensuite à la normale dans un délai assez court.
Malgré un tel rythme respiratoire, il est difficile de croire que le Président Obama fait l’expérience d’une panique. Cependant, il faut envisager que son rythme respiratoire augmente à un niveau très élevé durant une courte période parce qu’il se sent mal à l’aise devant la ligne de questions visible à l’horizon. En étudiant son rythme respiratoire dans une discussion traitant d’un autre sujet plus humoristique et sans lien politique, on note qu’il a la bouche ouverte et effectue 18 respirations par minutes, donc plus de 50% de moins que devant le sujet ovni de Jimmy Kimmel.

Humour et déviation:
Dans l’interview, le Président Obama contre-attaque la première question de Jimmy Kimmel avec une blague. Les téléspectateurs perçoivent le Président comme une personne aimable et amusante. Son sens de l’humour est un composant clé de sa personnalité. Le Président Obama est d’ailleurs connu pour faire face aux situations de stress en utilisant son sens de l’humour. Quelques fois ses blagues marchent et d’autres fois elles souffrent d’un mauvais timing. Ici, il s’agit un talk-show (débat) dont le premier objectif est de créer du divertissement. Les blagues sont attendues. Et la stratégie est payante parce que ses blagues interrompent et introduisent un délai de reflexion avant ses réponses. Mais surtout, elles créent automatiquement une déviation par rapport à la question originale.
Kimmel : - Au moment où je serais investi, ma main serait encore chaude d’avoir touché la bible et je courrais immédiatement à l’endroit où ils détiennent les documents sur la zone 51 et les ovnis et j’irais partout pour comprendre ce qu’il se passe. Avez-vous fait cela ?
Président Obama : - C’est pourquoi vous ne serez jamais Président,… parce que c’est la première chose que vous feriez.

Ceci est la blague numéro 2. On note un certain bégaiement dans sa réponse. Le Président Obama n’a toujours pas répondu à la question mais comme Jimmy Kimmel continue de rire sans pour autant changer de sujet, il lance un troisième commentaire amusant.
Pdt Obama: - Les Extraterrestres ne laisseront pas les choses se produire… révéler leurs secrets. Ils exercent un contrôle strict sur nous.

Lorsque le Président Clinton s’est trouvé dans la même situation, devant la même question, il a suivi de nombreux détours et évoqué des informations superflues. Il démarrait de nombreuses phrases, commençait des explications, puis s’arrêtait tout seul en plein milieu; le reflexe typique d’une personne subissant une anxiété et qui ne veut pas se retrouver telle une biche surprise par les feux d’une automobile.
Mais le Président Obama donne le change et reste placide durant la discussion. Même si certaines personnes croient que les deux présidents ont reçu un script complet sur les questions qui vont être posées. Il demeure toujours difficile de formuler rapidement une réponse, ayant des allures de sincérité, lorsque de gros intérêts sont en jeu.
Si nous examinons pourquoi l’humour est utilisé dans une situation de stress, on sait en générale que l’humour permet:
- de gagner du temps pour formuler une réponse appropriée
- de masquer des expressions non souhaitées, car un bon rire implique la totalité du visage, ce qui peut être utile pour masquer des expressions non souhaitées qui
pourraient autrement s’échapper.
- de créer une déviation verbale afin de minimiser ou distraire l’autre personne, jusqu'à l’amener à s’en vouloir elle-même d’avoir posé la question. Toutefois, Jimmy Kimmel pose la question d’une façon enjouée.
Mais il reste possible que s’engager dans une hyperbole, comme vient de le faire le Président Obama, est une tentative pour forcer Jimmy Kimmel à abandonner le sujet.
- de créer une solution d'apaisement pour
l’interrogateur vis à vis de son incertitude et de ses doutes, tout en le poussant à se sentir idiot d’avoir posé la question. Ce qui est le plus ironique et éventuellement le plus sinique, c’est que l’exagération apparente de certaines blagues pourrait en fait décrire une situation parfaitement réelle.

Lorsque nous revenons sur la façon dont Barrack Obama a perçu la question ovni dans le passé, on remarque une évolution sensible de sa position. En 2007, sur MSNBC, s'est tenu un débat démocratique pour la présidentielle à l'époque des primaires démocrates (voir la vidéo au début du paragraphe sur le Président Obama). Le modérateur Tim Russert venait de cuisiner et de se moquer du sénateur Dennis Kucinich à propos d’une observation ovni qu’il avait effectué. Puis il se tourne vers le sénateur Obama et lui demande :
Tim Russert : - les trois astronautes d’Apollo 11 qui sont allés sur la lune en 1969 ont tous dit qu’ils croient en l'existence de la vie au-delà de la Terre. Etes-vous d’accord ?
Sénateur Obama : - vous savez, je ne sais pas et je ne suis pas supposé savoir. Ce que je sais c’est qu'il y a de la vie ici sur Terre et que nous ne prenons pas soin de la vie ici sur terre. Nous ne prenons pas soins des enfants qui sont en vie et malheureusement nous n’avons pas de sécurité sociale. Nous ne prenons pas soin des séniors qui sont en vie et qui voient leur prix du chauffage s’élever. Donc en tant que Président, ceux-là sont les gens dont je m’occuperai en premier. Il peut y avoir d’autres personnes sur leur chemin...(*sous entendu le chemin des extraterrestres)
Donc, le sénateur Obama rejette avec une grande rapidité le sujet et diminue l'importance de la question malgré son intérêt. Comme tout bon politicien, il ramène l’attention autour de sa campagne et évite une stigmatisation négative attachée à tout ceux qui partagent trop leurs croyances en la vie extraterrestre. Il fait toutefois un mouvement vers le sénateur Kucinich comme pour dire : « je laisse le sujet délirant des ovnis à ce gars-là… ».

Ce qui pousse à s'interroger davantage sur sa position. Pourquoi est-ce que le Président Obama blague à propos des ovnis ?
1) Est-il mal à l’aise de dire la vérité à propos de ce qu’il sait ?
2) A-t-il peur de se sentir ridicule s’il prend le sujet au sérieux ?

Selon Mr Lee Spiegel, reporter du Huffington Post et qui avait participé aux Nations Unis en 1978 à l’élaboration de l’audition officielle sur le dossier ovni, l’une des interventions du Président Obama de 2012 donne un éclairage sur cette question

En 2012, le Président Obama s’était rendu à Roswell au Nouveau Mexique, le lieu légendaire du prétendu crash ovni de 1947 et avait alors commis une gaffe. En débarquant de l’hélicoptère, il avait rencontré une foule de personnes qui l'attendait pour le voir. Un micro avait été installé et il commença à s’exprimer ainsi… « C’était un voyage merveilleux, nous sommes arrivés par hélicoptère à Roswell et je déclare aux gens que lorsque j’ai atterri, je suis venu en paix». Lorsqu’il s’exprima ainsi, tout le monde savait à quoi il faisait allusion. Sur l'enregistrement,  on peut d'ailleurs entendre les rires des personnes qui sont rassemblés autour de lui.
Devant l'enthousiasme, le Président Obama poursuit:
Pdt Obama : - Mais permettez-moi de vous raconter… Il y a des petits garçon de neuf ou dix ans dans le pays qui me demandent : « Avez-vous été à Roswell ? Et, est-ce vrai ce qu’on raconte? ». Et je leur réponds: "-si je te le dis, il faudra que je te tue… Alors leurs yeux deviennent gros... On va garder nos secrets sur ce point.".
Après cette intervention, on pouvait s’attendre à une explosion de rire de la part de la foule mais cela ne se produit pas. Quelques personnes ont toutefois essayé de rire car lui-même était en train de sourire, comme pour se demander si c’était vraiment drôle ce qu’il venait de déclarer. Mais effectivement, personne n’avait réellement trouvé cela drôle. Un grand nombre de personnes se sont d'ailleurs demandé comment un Président des États-Unis peut faire une telle blague sur le dos d’enfants de neuf ou dix ans en leur déclarant "
Si je te le dis, je dois te tuer" .
A cette occasion, le Président Obama a donc traité le sujet ovni avec dérision.
Au cours de l’interview auprès de Jimmy Kimmel, on note beaucoup moins de mépris de sa part. Il a lancé au moins trois blagues et n’a toujours pas répondu à la question de Jimmy Kimmel. Mais ce dernier ne se laisse pas influencer par le sens de l’humour et les tentatives de déviation et lui reformule la question en lui rappelant l’importance de dire la vérité, un peu comme le ferait un procureur.
Jimmy Kimmel: - vous savez il y a beaucoup de monde qui va examiner votre expression faciale, tous les tics, tous les trucs. Alors avez-vous observé, avez-vous vu, ... exploré ???

A ce instant, on peut observer un changement de comportement de la part du Président Obama.
Un premier signe a lieu au niveau du sourire qui est soudain réduit jusqu’à une quasi-disparition, comme s'il était dérangé, gêné par la situation. Lorsque Jimmy Kimmel termine la question, le Président Obama fait un mouvement de sa bouche qui éteint totalement le reste de son sourire, et ferme longuement les yeux à deux reprises pour tourner son regard dans une autre direction avant de commencer à lui répondre.

La mobilisation des yeux est toujours observée dans le cadre d'études comportementales permettant de déterminer la sincérité et le mensonge de certaines déclarations. Un regard fuyant est généralement associé
au sentiment de nervosité, de stress ou à la formulation d'un mensonge. Lorsque un mensonge est formulé dans l'urgence de l'instant, leurs auteurs brisent très souvent le contact visuel avec leur interlocuteur. Ils regardent ailleurs au moment de répondre aux questions cruciales.
L’observation de ses yeux au cours de plusieurs dizaines d’interviews, permet de remarquer que Barrack Obama regarde très souvent en bas à sa droite. Il passe 50% de son temps à regarder vers le bas et à perdre le contact visuel avec l’interviewer. Le regard en bas à sa droite relève apparemment de son procédé cognitif lorsqu’il doit répondre de façon précise à des questions difficiles.
Le domaine de la PNL précise que lorsque le regard se porte en bas à droite chez un gaucher comme le Président Obama, c’est pour accéder à un dialogue intérieur qui facilitera la communication plus précise de ses pensées.
D’autre part on peut remarquer qu’il cligne les yeux de façon répétée et prononcée. Cet indicateur révèle souvent un effort pour bloquer un repère auditif ou visuel désagréable car menaçant.
Le plus intéressant, est que le clignement prononcé de ses yeux est accompagné d’une difficulté à avaler, d’une flexion de la mâchoire, d’une rotation de la tête dans une autre direction que celle de son interlocuteur, d'un secouement de la tête pour dire non et d'un bégaiement de sa réponse :
Pdt Obama : - Je, je je , je je ne peux rien révéler...
Selon Mr Ben Hansen, le Président Obama secoue la tête avec un bégaiement comparable à celui d'un gars qui vient de dire à ses copains, qu’il ne peut pas se joindre à eux pour une sortie de pêche parce que sa femme lui a dit qu'il doit nettoyer le garage.
Les spectateurs peuvent sentir sa frustration comme si les choses étaient hors de son contrôle et il n’est clairement pas ouvert à une explication détaillée pour en donner les raisons. Ce serait comme de se mettre en mauvaise posture d'avoir dénigré sa femme auprès de ses copains.

Donc le changement de comportement est perceptible. Son sourire a disparu de son visage. La question n'est plus une plaisanterie. D’autre part, nous remarquons que la façon dont il répond est plus douce et moins audible. Ce qui correspond aussi au fait que les gens ont tendance à parler plus doucement, à marmonner les choses lorsqu’ils subissent un stress et n’ont pas confiance dans la façon dont leur parole sera reçue.
Nous avons signalé sa difficulté à avaler. L’augmentation de la salive et la recherche du dégagement de la gorge sont justement des signes courant d’insécurité ou de peur. Lorsque l’adrénaline augmente, elle accentue la production de salive durant une petite période de temps. Pour évacuer cette salive, la plus part d’entre nous avalons davantage, en prenant conscience de modifications qui ont lieu dans le corps.

Le bégaiement : la raison du bégaiement n’est pas connue. Il peut s’agir d’une combinaison de raisons génétiques et d’apprentissage du comportement. Toutefois, on peut observer dans plusieurs interviews que le bégaiement est un schéma courant dans les discours du Président Obama. Et on pourrait envisager que ce ne soit pas un signe pertinent. D’autant plus que les moments de stress augmentent sa probabilité d'apparition et aggravent le bégaiement déjà existant. Toutefois, la flexion prononcée de sa mâchoire qui est souvent employée pour se libérer d’une tension à l'instar d'un geste d’auto-apaisement doit être prise en compte. Lorsque l’anxiété augmente, la flexion de la mâchoire est un geste fréquent. En particulier dans les conversations comportant des éléments de stress.

En lui-même, un bégaiement ne veut pas dire grand-chose. Un avalement durant une discussion ne signifie pas que la personne est stressée. Il en est de même pour une flexion de la mâchoire. Mais lorsque tous ces éléments sont combinés avec un brusque changement d’attitude, un rythme respiratoire élevé, des déviations verbales, des évitements du regard juste avant de terminer de répondre, le schéma global commence à révéler une histoire derrière la surface.

Il est possible que Jimmy Kimmel ait perçu ce qui se produisait. Car plutôt que d’avancer dans les étapes du déroulement du show, il réagi aussitôt en poussant l'interrogation encore plus loin sur un ton ludique de défi.
Jimmy Kimmel : - Ho Vraiment ? Parce que le Président Clinton a dit qu’il a approfondi. Il a vérifié et il n’y avait rien.
Président Obama : - Bien, vous savez, c’est.. ce sont les instructions qu'on nous a demandé de dire.

Lorsque Jimmy Kimmel le relança avec le mot « Ho Vraiment ? », Obama répondit immédiatement en hochant la tête pour dire oui et ajouta une troisième fermeture de ses yeux, très appuyée, juste avant l'introduction d'une blague finale et le retour d’Obama-le-comédien.
Le changement de comportement est indéniable entre le moment où il utilise l'humour et celui où il parle avec une intention sérieuse. Les hochements de tête forment un signe suffisant de la part du Président Obama pour convaincre Jimmy Kimmel, qu’il est sérieux, que sa réponse est sérieuse. Le « Oui » avec les yeux fermés vient valider que c’est vrai, il ne peut en dire davantage...
Une personne en situation de mensonge peut hésiter avant d'acquiescer en même temps qu'elle formule la réponse. Une personne sincère tend à hocher la tête à l'appui de sa déclaration ou de sa réponse au moment même où elle la formule.
On ne constate ici aucun délai entre les hochements. Le Président Obama n’est plus en train de blaguer et il ne peut pas en parler. Lorsqu’il ferme les yeux, on peut envisager qu’une certaine émotion est subie en arrière plan. Peut-être une résignation car c'est une épreuve physique épuisante.

Partie 2 – Que communique le Président Obama ?

Ce qui est abordé, qu'il nie ou ne nie pas:
Dans cette interview, le Président Obama n’a jamais nié la connaissance d’une réalité extraterrestre. Ce qui est nié, c’est la possibilité de donner au public l’accès à sa connaissance ou à son implication. Il ne nie pas les efforts nécessaires pour explorer ce sujet. Il ne nie pas avoir été informé sur la possibilité d’une présence extraterrestre. Il ne nie pas d’avoir vu ou entendu des documents et des preuves. Il a simplement dit : Je ne peux rien révéler. Ce qui est une phrase instructive de la part d’un Président. Le Président Obama est le seul Président à avoir déclaré publiquement qu’il ne peut pas révéler d’information sur les ovnis. Il est important de remarquer qu’à d’autres occasions le Président Obama a employé l’expression « ne pas pouvoir » à la place de « ne pas être autorisé à ».

Imaginons à présent que l’administration Obama ait officiellement analysé le sujet ovni et qu'elle ait déclaré publiquement qu’il n’existe aucune preuve permettant de supposer l’existence d’une présence extraterrestre visitant la terre. Si une telle déclaration s’était produite alors ne serait-ce pas une réponse étrange de la part du Président que de répondre « Je ne peux rien révéler ! » ?

Pourtant la Maison Blanche a déjà répondu officiellement à la question ovni. En réponse à une pétition pour obtenir la divulgation du dossier ovni par le gouvernement, l’administration Obama fit une déclaration officielle le 4 novembre 2011 et nia que le gouvernement des Etats-Unis avait caché des informations ou des preuves d’une présence extraterrestre.

 - ooooops !!!!

wethepeople
Déclaration de l'administration Obama du 4 novembre 2011

 



Analyse de Ben Hansen

Article rédigé par Michel Ribardière
Avec nos tous nos remerciements à Mr Grant Cameron pour les nombreuses informations et le travail de synthèse qui nous ont énormément aidé dans la rédaction de cet article.
Avec tous nos remerciements à Mr Ben Hansen de la chaine télévisée, Syfy Channel pour le travail d'analyse très instructif et pertinent qu'il a publié sur internet et que nous avons
largement repris dans notre présentation.

Avec l'autorisation de l'Association 3AG ( Association des Anciens Agents du Centre Spatial Guyanais): https://www.facebook.com/association.anciens.du.csg/

Retour à "Présidents Américains et UFO 1ère partie" ==>Cliquez ici

Retour à "Présidents Américains et UFO 2ème partie" ==>Cliquez ici

Posté par mribardiere à 15:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 septembre 2016

Lettre ouverte du PRG de Stephen Basset aux animateurs des débats présidentiels (septembre 2016)

Le message ci dessous a été rédigé et publié par Stephen Basset du PRG (Paradigme Research Group) le 9 septembre 2016.
Compte tenu de son rapport avec nos dernières publications sur l'évolution du dossier ovni en politique américaine, nous avons décidé de le traduire et de le diffuser. Il représente une tentative d'infléchir la politique du secret des manifestations ovnis et d'une présence extraterrestre dans notre environnement. Ces restrictions, appliquées par les agences gouvernementales des domaines stratégiques et opérationnels (spatial, armement, renseignement, défense, télécommunication, recherche, politique étrangère...), sous la direction de l'actuel Président des Etats-Unis, Barrack Obama, constitueront un héritage majeur pour la probable future Présidente Hillary Clinton.
Michel Ribardière

A

Lester Holt de NBC Nightly News

Anchor Martha Raddatz de CNN Chief Global Affairs Correspondent/This Week Co-Anchor

Anderson Cooper de CNN Anchor

Chris Wallace de Fox News Sunday Anchor

Au cours des prochaines semaines, vous allez modérer trois débats présidentiels entre l’ancien secrétaire d’Etat Hillary Clinton et Donald Trump. Selon les règles de la Commission sur les débats présidentiels, ni la DNC (Commission Nationale Démocrate), ni la RNC (Commission Nationale Républicaine) ne peuvent influencer et connaître les questions que vous envisagez de poser aux candidats.
Par conséquent, vous êtes seuls entre ceux qui aspirent au bureau le plus puissant de la nation et le droit du peuple de connaître la vérité.

De nombreux journalistes, politiciens et activistes se sont plaints de la teneur des questions qui ont été adressées aux candidats dans les dizaines de débats et de forums précédents. Un large éventail de sujets importants est ignoré, alors que beaucoup d'attention est accordée aux questions à la fois triviales et même lubriques. Les électeurs n’apprennent rien sur ce que les candidats comprennent des questions de grandes importances pour le pays et la sécurité nationale. Ce courrier porte sur un sujet de cet ordre.

Au cours des deux dernières années, plus de 500 articles de presse traditionnels en (langue anglaise et étrangère) ont été rédigés sur les corrélations entre la secrétaire d’Etat Clinton, le président Clinton, plusieurs de leurs collaborateurs et le sujet d’une présence extraterrestre. Ces évènements qui se sont déroulés entre Mars 1993 et Octobre 1996 – résumés sous l’appellation « Initiative Rockefeller », constituent un effort financé par Laurance Rockefeller afin de convaincre le président Clinton de divulguer l’ensemble des dossiers pertinents et d'accorder une amnistie aux témoins qui révèleraient des informations importantes.

On notera que depuis 1993, six membres de l'administration Clinton, ayant participé ou connaissant l'Initiative Rockefeller, contribuèrent six fois à l’organisation ou à l’obtention de la Présidence sans jamais révéler quoi que ce soit à propos de ce dossier. Pour des raisons inconnues les médias ont choisi de ne pas signaler cet extraordinaire engagement de la part de l’administration Clinton à la Maison Blanche. Puis cela a changé en Février 2015.

Les publications qui ont abordé ce sujet depuis Février 2015 comprennent: CBS News, Chicago Tribune, Conway Daily Sun, Epoch Times, le Guardian (au Royaume-Uni), Huffington Post, Mother Jones, NBC News, New Republic, New York, New York Daily News, New York Observer, New York Times, Roll Call, The Hill, The Week (UK), Times of London (UK), Vanity Fair, Vice, Washington post, Washington Times et beaucoup d’autres.

À une exception près, à partir de Janvier de 2015 de nombreux journalistes ont contacté la campagne Clinton, y compris son co-président John Podesta, à propos des liens entre les Clinton les Extraterrestres et l’Initiative Rockefeller sans jamais recevoir la moindre réponse. L'exception, de Daniel Oberhause de la plateforme journalistique Vice, a reçu une réponse évasive et limitée de M. Podesta. En raison de cette pression médiatique, depuis Février 2015, John Podesta, l’ancienne secrétaire d’Etat Clinton, le président Clinton et le président Obama ont fait de nombreuses déclarations écrites et orales sur la question extraterrestre (UFO), mais sans aucune mention de l'Initiative Rockefeller. Ces déclarations ont suivi d'autres commentaires connexes de John Podesta en 2002 et 2003 et du Président Clinton en 2005 et en 2014 ainsi que des centaines d'articles générés dans le monde entier.

L'engagement de l’administration Clinton de la Maison Blanche sur la question extraterrestre est l'un des événements politiques les plus importants de l'histoire. Pourtant, il n'a pas été couvert par la presse avant février 2015. Les commentaires de l’ancienne Secrétaire d’Etat Clinton et de son co-président de campagne durant la campagne présidentielle sont sans précédent. Le sujet a des implications énormes pour la nation et pour sa sécurité.

Curieusement, malgré les centaines d'articles sur la connexion Clinton / ET, aucun des modérateurs des neuf débats démocratiques et des dix forums ont posé la moindre question sur ce sujet. Ce manquement se trouve à présent entre vos mains et peut être corrigé. Voici des exemples de questions qui pourraient lui être formulé:

- Madame le Secrétaire Clinton, votre mari a chargé le procureur général adjoint Webster Hubbell de se pencher sur la question OVNI / ET. Son conseiller et chef d'état-major John Podesta a parlé su sujet OVNI / ET à plusieurs reprises. Bill Richardson, ancien Secrétaire à l’Energie et l'ambassadeur de l'ONU en 2004 de votre mari, a contesté l'explication de l’Armée de l’Air sur les événements de Roswell de Juillet 1947. Vous étiez directement impliqué dans l'Initiative Rockefeller. Mais aucun d'entre vous n'a jamais parlé publiquement de l'Initiative Rockefeller jusqu’à aujourd’hui depuis 23 ans. Pourquoi donc ?

- Madame le Secrétaire Clinton, ma publication a examiné des centaines de pages de documents portant sur l'engagement de la question OVNI / ET par l'administration de votre mari 1993-1996 à la demande de Laurance Rockefeller. Pourquoi vous ou votre mari n’avez jamais abordé publiquement le sujet ?

- Madame le Secrétaire Clinton, l'Initiative Rockefeller s’est effondré à l'automne 1996. Votre mari a s’est lancé dans la course pour un second mandat et vous vous êtes vous-même lancé deux fois pour la présidence. L’engagement sur la question OVNI / ET par l'administration de votre mari n’aurait-elle pas dû être mentionnés au cours de ces campagnes?

- Madame le Secrétaire Clinton, votre président de la campagne John Podesta a soulevé publiquement la question de la divulgation de tous les dossiers OVNI retenus par le gouvernement en 2002, 2003, 2010 et plus récemment en 2015. Pourquoi a-t-il procédé à cela dès l’année 2002 ? Ses déclarations sont-elles liées à l'Initiative Rockefeller de 1993-1996?

- Madame le Secrétaire Clinton, ma publication a présenté des documents du Bureau de la politique scientifique et technologique de votre mari qui indiquent que vous et votre personnel avez été directement impliqués dans l'Initiative Rockefeller. Pourquoi aucun fichier OVNIS n’a été divulgué? Est-ce que le Pentagone refuse de coopérer? Si oui, s’agit-il d’une violation constitutionnelle?

- Madame le Secrétaire Clinton, vous avez récemment fait des déclarations extraordinaires à un journaliste du Daily Sun Conway qu'aucun président républicain ou démocrate ou candidat à la présidence n’a jamais fait. Vous avez dit que vous «iriez au fond» de la question OVNI si vous étiez élue. Vous avez proposé qu’un groupe de travail soit créé afin d’enquêter sur la zone 51. Vous avez promis à votre président de la campagne, John Podesta, que vous enquêteriez sur la question si vous étiez élu. Vous avez suggéré que nous pourrions déjà avoir été visités, mais ne le saviez pas. Ces déclarations ont été rapportées dans le monde entier sur les centaines de sites des médias. Etes-vous surprise par l’absence de débat ou de question de la part des modérateurs à propos de ces déclarations? Ces déclarations sont-elles liées à l'Initiative Rockefeller qui s’est déroulé durant l'administration de votre mari ?

- Madame le Secrétaire Clinton, les sondages répétés ont montré que plus de 80% des Américains croient que le gouvernement ne dit pas la vérité sur les phénomènes OVNI / ET. Pensez-vous que la vérité a été révélée aux gens?

- Madame le Secrétaire Clinton, de nombreux officiers de l'Armée de l'air possédant de hautes accréditations de la Défense se sont présentés avec des rapports d'incidents nucléaires produits par des engins d'origines inconnues? Leur témoignage a été rapporté par des centaines de sites de médias. Pourquoi la Maison Blanche ou le Congrès n'ont jamais répondu à ces témoignages?

- Madame le Secrétaire Clinton, mon réseau est conscient qu'il existe des dizaines de militaires / agence / témoins politiques de haut rang prêt à témoigner devant le Congrès sur la question OVNI / ET. Le Congrès n'a pas tenu une audience sur la question OVNI / ET depuis 1968. De nouvelles audiences au Congrès devraient-elles être tenues pour ces témoins?

- Madame le Secrétaire Clinton, si une présence extraterrestre est en contact avec l’espèce humaine, pourquoi le peuple américain devrait-il attendre le prochain président pour obtenir confirmation de ce fait ? L'actuel Président ne devrait-il pas le faire?

- Madame le Secrétaire Clinton, est-il acceptable pour vous que tout Président soit habilité selon la base « need to know »(besoin de savoir) pour tous les aspects relevant de la sécurité nationale, y compris le dossier OVNI / ET?

- Madame le Secrétaire Clinton, savez-vous que l'accès du Président Jimmy Carter à l'information UFO / ET lui a été refusé et que le Pentagone, la CIA, la NASA et l’Armée de l’Air ont refusé de coopérer à son souhait d'étudier formellement la question OVNI / ET en dehors de la Maison Blanche?

- Madame le Secrétaire Clinton, lorsque vous et votre mari avez rencontré Laurance Rockefeller à son JY Ranch en Août 1995, avez-vous discuté avec M. Rockefeller de son initiative d’obtenir de votre mari la divulgation de tous les fichiers OVNI détenus par le gouvernement, tenant compte de l'effort en cours depuis plus de deux ans qu’il faisait dans cette direction?

- Madame le Secrétaire Clinton, les photos obtenues grâce à la bibliothèque Clinton montrent qu’en 1995, vous marchiez avec Laurance Rockefeller dans son ranch du Wyoming en portant un ouvrage intitulé, sommes-nous seuls ?: Implications philosophiques de la découverte de vie extraterrestre par Paul Davies. Vos discussions avec M. Rockefeller ont-elles porté sur cet ouvrage ?

- Madame le Secrétaire Clinton, pensez-vous que le peuple américain a le droit de savoir s’il est en présence d’une intelligence extraterrestre non humaine?

Cette lettre comprend des liens intégrés à des centaines d'articles, les déclarations de l'équipe Clinton et d'autres ressources. Il comprend également un lien vers 167 des principaux documents obtenus par l'intermédiaire de la FOIA confirmant l'Initiative Rockefeller. Je serais heureux de remettre des copies papier de la totalité des plus de 800 documents à votre bureau lorsque vous le souhaiterez.
Respectueusement

Stephen Bassett
Executive Director
Paradigm Research Group

Posté par mribardiere à 08:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]