F.E.A

Informations sur les manifestations OVNI et leurs implications sur notre société. Des articles de synthèse, des témoignages, des documents, des vidéos, des enregistrements radio...

24 septembre 2008

Présentation du sujet OVNI à l'IHEDN

La Défense et le sujet OVNI

Présentation du sujet

C’est en octobre 2002 que Monsieur R a eu l’occasion d’exposer un travail de présentation sur les OVNI auprès d’auditeurs de l’IHEDN (l’Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale). Cinq années plus tard, en 2007, il a répondu à quelques questions que nous lui avons posées.

Q : Pouvez vous nous expliquer ce qu’est l’IHEDN et dans quelles circonstances vous avez pu intervenir au sujet des OVNI.
R : L’IHEDN est un organisme public prestigieux, placé sous l’autorité du Premier Ministre et créé depuis 70 ans. Il fait suite au Collège des Hautes Etudes de la Défense Nationale fondé en 1936, mais s'élargissant également aux grands secteurs économiques, aux syndicats et aux élus. Rappelant que la Défense est l'affaire de tous, il se charge auprès d'un public ciblé d'approfondir leurs connaissances en matière de défense globale. Il propose des formations permettant aux auditeurs d’intégrer la culture, les enjeux et les moyens de la défense globale de notre pays et d'étudier les grands problèmes pouvant se poser en ce domaine.

Q : Dans quel cadre avez-vous été amené à produire cet exposé ?
R : Pour simplifier, disons que les circonstances m’avaient amené à rencontrer un auditeur de l’IHEDN, intéressé par la présentation du sujet des OVNI et leurs implications. L’ouverture d’esprit des auditeurs de l’IHEDN, sur un thème aussi sulfureux n'est pas systématique. Sauf, lorsque le sujet flirte avec les questions de la Défense. Pour bien comprendre le contexte en 2002, il faut rappeler que le COMETA*, trois années auparavant, avait réalisé à l’attention du Président de la République et du Premier Ministre, un rapport public portant sur la question des "OVNI et la Défense Nationale". Plusieurs des anciens auditeurs de l’IHEDN, rassemblés en ce comité restreint, s’étaient à l'époque dévoilés, afin de démontrer le sérieux du sujet et d'indiquer l’importance du rapport, officiellement non commandé par le gouvernement. Ces individus présentaient un profil indéniablement sérieux. Ils avaient accédé au cours de leur évolution professionnelle à des fonctions prestigieuses au sein de la défense ou de la recherche spatiale. Mais, en 2002, devant le silence du gouvernement et les railleries des médias, beaucoup d'autres membres de l’IHEDN s'interrogeaient toujours sur les motifs ayant poussé de telles personnalités à s'exposer publiquement sur un sujet aussi controversé. C’était dans le cadre d'un tel climat psychologique, (entre interrogation et secret), qu'on m’avait proposé de présenter un travail synthétique sur les OVNI.

*COMETA : Comité des Etudes Approfondies, association composés d’anciens auditeurs de l’IHEDN

Q : Ce travail était-il confidentiel ? Pouvez-vous nous le montrer ?
R : Il ne se déroulait pas dans un cadre nécessitant une accréditation, mais la réunion était effectivement préservée de toute interférence extérieure et de toute publicité, limitée aux seuls auditeurs de l’IHEDN ainsi qu’à quelques invités triés. Voici les grandes lignes qui ont été abordées à cette occasion :


Les OVNIS et la Défense
1ère partie :

Un point sur les actions officielles et officieuses menées en France sur la question OVNI depuis 1954
Un résumé du rapport Cometa


2ème partie :
L'impact des manifestations OVNI sur les populations
Le silence des gouvernements
Les conséquences d'un contact

Q : Comment les auditeurs ont-ils perçu le sujet ? Que c’est-il passé ?
R : Le sujet des OVNI et chacun des points présentés ont été attentivement suivis et quelques uns ont été commentés avec prudence. Beaucoup de questions ont été posées en public tandis que d'autres plus discrètement au cours de la pause. Peu de personnes semblaient réellement informées sur le sujet. Mais il est probable que quelques unes se préservaient dans un devoir de réserve. Même si la soirée avait été surprenante pour certains, ce n’est pas le bon endroit pour exprimer de grandes émotions. Les informations dans leur totalité furent favorablement accueillies, sauf sur un détail. L'un des auditeurs qui avait travaillé à la Direction du Renseignement Militaire jusqu'en 1995 était très sceptique sur la véracité d'une initiative prise par la D.R.M sur le sujet ovni. Mais le doute fut écarté lorsque je lui présentais séance-tenante, une synthèse détaillée de cette audition-information provenant de la D.R.M qui avait eu lieu, le 1er février 1995, quelques semaines après son départ du service.

Q : De quoi s’agissait-il ?
R : Juste un résumé de l’audition à la DRM* qui a eu lieu en 1995, lorsque Messieurs Boudier et Greslé sont intervenus sur le sujet OVNI.
Sans officiellement s’intéresser au sujet, certains services de renseignement demeurent attentifs aux informations provenant des «milieux de la recherche privés» sur le dossier OVNI. Malgré les incontournables déformations, voire les inventions pures et simples, l’information sur le sujet OVNI demeure sensible. Bien que déformée, elle circule plus rapidement par les voies médiatiques, via les organisations et les chercheurs du domaine privé, plutôt que par les filtres des institutions publiques.

* DRM = Direction du Renseignement Militaire

Q : Votre exposé a-t-il donné suite à des études ou des initiatives auprès de l’IHEDN ?
R : L’exposé a possiblement donné suite à un ou plusieurs rapports discrets, selon les fonctions des personnes qui étaient présentes. Mais, je ne suis pas dans la confidence. De mon point de vue, cette synthèse est à ranger parmi les initiatives des auditeurs de l'IHEDN. Elles sont destinées à stimuler l'ouverture d'esprit et renforcer l'attention aux explications non-conventionnelles. Il est arrivé aussi que de tels exposés soient commandés auprès de chercheurs du domaine privé par une direction du renseignement, afin d'éclairer même partiellement sur des évènements qui ne pouvaient être abordés ouvertement avec leurs subalternes pour des raisons d'accréditation. De telles actions permettent de cultiver une certaine unité du service malgré le cloisonnement d'informations très importantes pour la nation dans de nombreux domaines tels que que celui de la science et de la technologie, du droit à la vérité, voire de la cohésion du genre humain. Et c'est précisément ce qui s'est produit, lorsqu'en 1995  à la D.R.M, deux intervenants extérieurs sont appelés à juxtaposer leurs recherches sur le dossier ovni et les développements technologiques américains.

L’absence de décision politique claire et rationnelle sur le sujet OVNI offre très peu de marge et d'ouverture aux membres relevant des services publics, de la Défense ou des médias. La majorité de nos militaires de hauts rangs, de nos hauts fonctionnaires ne sont pas informés des recherches sur le sujet et la majorité ne se doute même pas de leur intérêt. Lorsqu'ils ont lieu, les travaux sont menés dans le secret le plus total. La posture des autorités françaises  semble en cohésion avec celle des autorités américaines. On étudie discrètement sans jamais rien dire et on nie tout. La main droite ignore ce que fait la main gauche. Un jour, si elles ont lieu, les déclassifications permettront alors de voir ce qu'il se passait réellement. En attendant, les informations dévoilées au grand public sont toujours incomplètes, dénaturées et noyées au milieu des dénis du mutisme et des mensonges. Cela a pour conséquence d'obliger la majorité des scientifiques à jeter le bébé avec l’eau du bain plutôt que de risquer la désinformation. 

Q : L'absence de recherches officielles par une nation puissante comme les Etats-Unis n'est-il pas une autre cause du désintérêt général ?
R : Ce n’est un secret pour personne. Nous manquons d'informations sur le sujet des OVNI. Depuis la fin des années quarante, nous sommes soumis à des processus de désinformation de la part de nos alliés d'outre atlantique. Ces derniers ne souhaitent pas partager le gâteau et font ce qu'ils peuvent pour décourager les autres nations de s'intéresser à ce dossier compliqué mais qui est porteur des prochapines grandes révolutions de la pensée et de la connaissance. Les intérêts ne relèvent pas seulement des domaines scientifiques et technologiques mais aussi de l'économie et de la domination de notre monde.

Q : Que pensez-vous du mutisme de nos gouvernements ?
R :C'est une chose de cacher l'impuissance des pouvoirs publics face aux manifestations et aux actions menées les ovnis mais c'en est une autre que de taire, de déguiser ou dissimuler l'information en vue de contrôler la prise de conscience et les décisions des citoyens. Les manifestations ovnis ouvrent sur des transformations fondamentales dans de nombreux domaines de la conscience, de la pensée et de la connaissance. La certitude que des civilisations extérieures plus développées nous rendent visite pourraient apporter une énergie salvatrice et des changements considérables. Par la reconnaissance officielle de ces manifestations, notre civilisation pourraient atteindre un nouveau stade de développement...

Posté par mribardiere à 12:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

Commentaires

Poster un commentaire