F.E.A

Informations sur les manifestations OVNI et leurs implications sur notre société. Des articles de synthèse, des témoignages, des documents, des vidéos, des enregistrements radio...

12 janvier 2017

POUR QUI SONT CES OVNI QUI SURFENT SUR NOS TETES ?

(merci Jean Racine, in Andromaque)

L’homo sapiens sapiens que nous sommes censés être répondra bien évidemment : « c’est pour nous ! », ou pire: « c’est pour MOI », tant notre anthropocentrisme tous azimuts, nous interdit d’envisager que ce phénomène puisse être destiné à « quelqu’un » d’autre !
C’est aussi vouloir ignorer la quasi-certitude d’existence d’exobiologie(s)dans d’autres galaxies ou parmi les « quelques »10 (exp500) autres univers que le nôtre.

On peut donc légitimement concevoir que l’apparence d’extrême absurdité (à nos yeux) des manifestations ovniennes soit « simplement due à un degré d’étrangeté, élevé, tel que je l’ai proposé dans mon livre et dans un article publié sur le site de l’Académie d’Ufologie[cliquer ici]

Ce « degré d’étrangeté » pourrait donc prendre des valeurs bien plus élevées que celles que j’avais initialement envisagées.
Selon ce scénario, le « degré d’étrangeté » final, par rapport à nous, serait le produit des degrés d’étrangeté concernant les différents biotopes impliqués pris deux à deux: un nombre vertigineux, un vrai gogol !

On peut même retenir un degré d’étrangeté de type « réflexif » concernant les manifestations d’ethnies vis-à-vis d’elles-mêmes : un exemple existe « chez nous » dans le domaine de l’expression artistique lorsqu’un art donné est incompréhensible pour une grande partie de notre population : les deux domaines cognitifs-sensitifs concernés étant peu imbriqués.

Le cas extrême et peut-être existant dans la phénoménologie ovnienne serait celui où les manifestations ovni seraient des manifestations artistiques, destinées à l’ethnie même qui les génère, à nous même ou à d’autres ethnies exotiques.
En effet pourquoi éliminer la situation selon laquelle les manifestations ovniennes dont nous sommes partiellement conscients seraient en fait destinées à d’autres ethnies que la nôtre qui n’est bien évidemment pas le « centre de l’univers ».

Je suis persuadé que ce genre d’approche transdisciplinaire et encore actuellement transgressive de la question ovnienne mérite d’être approfondie car tout simplement n’ayant à ma connaissance jamais été entreprise, tellement cette perspective constitue une trop forte transgression relativement au dogme institutionnel décrétant ce qu’il est «bon» de rechercher et même de penser !

La perspective exposée plus haut ne constitue pas une quelconque réponse au mystère ovnien, mais une nouvelle approche du problème, l‘ art de la découverte n’étant pas toujours d’apporter des réponses, mais de poser les « bonnes » questions.
Cette proposition relevant de la sociologie n’est absolument pas exclusive des approches du problème par la voie de la physique, mais en est complémentaire :
Toutes les voies sont « bonnes », étant donnée l’immensité de notre ignorance en la matière. Le scénario proposé s’inscrit totalement dans mon HYPOTHESE EXTRATERRESTRE GENERALISEE et en constitue une extension logiquement obligatoire.
Les deux axes de ma proposition sont les suivants :
1/Nous ne sommes peut-être pas les destinataires de la sémiologie ovnienne ;
2/Le mode d’expression mis en œuvre par nos « visiteurs » est peut-être un langage artistique.

Selon ma formule habituelle restée jusqu’à présent sans écho, les remarques et critiques sont les bienvenues, afin d’améliorer---modifier.

Claude LAVAT

Posté par mribardiere à 11:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire