F.E.A

Informations sur les manifestations OVNI et leurs implications sur notre société. Des articles de synthèse, des témoignages, des documents, des vidéos, des enregistrements radio...

06 mai 2014

Dossier abduction extra-terrestre


Article rédigé par Michel Ribardière


Enregistrement anonyme

Ci dessous des notes et des réflexions sur le sujet des abductions extra-terrestres

I) Présentation du terme abduction - Caractéristiques générales autour du phénomène
II) Déroulement des abductions-type
III) Conditions pour une interprétation légitime du phénomène
IV) Implications portant sur l’interprétation de l’enlèvement extra-terrestre
V) Traitement des victimes

I) Présentation du terme abduction - Caractéristiques générales autour du phénomène
Le terme d'abduction se réfère, en anglais, aux phénomènes d'enlèvements par des êtres considérés à notre époque comme d'origines extraterrestres. Ces enlèvements ne sont pas nouveaux et ont été racontés de tout temps, sur tous les continents, dans de nombreuses cultures. Les descriptions des êtres impliqués sont toutefois différentes selon les époques et les croyances. Au moyen-âge, on parlait par exemple d'enlèvements par des fées, des lutins, des gnomes ou encore par des personnages mythologiques, voire bibliques. Ce qui suggère une adaptation des témoignages en fonction de l'évolution de la pensée dominante. Ceci, malgrè tout, n'autorise pas à invalider strictement les interprétations plus modernes portant sur les rencontres avec des extraterrestres ou des voyageurs interdimentionnels.

En règle générale, les enlèvements se produisent à l'occasion d'une sortie nocturne, d'un voyage ou bien directement au domicile du sujet. Les abductés (enlevés) font une description assez semblables de ces rencontres. Ce qui permet dans un grand nombre de cas de prédire les étapes traversées lors de ces évènements avant que le sujet ne les raconte.
Les narrations portent sur des circonstances tellement insolites par rapport au cadre de la vie courante, qu'il n'est pas rare pour les personnes concernées d'en arriver à douter de leur propre équilibre psychique.
Paralysie, amnésie, rencontres avec des êtres intelligents d'espèces inconnues, technologies incompréhensibles, échanges télépathiques, examens corporels ou psychologiques, opérations chirurgicales, relations sexuelles, fécondations, accouchements, lieux et installations inconnus, pose d'implants, impacts sur l'environnement (brûlures du sol ou des végétaux, coupures d'électricité, y compris sur les véhicules), traces sur les vêtements ou sur le corps, rencontres avec d'autres êtres humains faisant aussi l'objet d'abduction au même moment (et rencontres ultérieures hors cadre de l'abduction venant confirmer l'évènement), échanges volontaires ou pas de vêtements avec d'autres abductés lorsqu'ils sont rhabillés durant les séances (homme rhabillé avec des chaussures de femmes ou avec le vêtement d'un autre, rencontres avec des êtres prétendus hybrides humains-extraterrestres sont autant d'élements racontés par les abductés.
En général, le phénomène se produit de façon subtile, insaisissable et démontre des manoeuvres rusées.
L’enlèvement introduit d'autre part, la notion de dimensions parallèles d’où proviendraient les êtres étranges, leurs matériels et leurs installations. La notion de dimensions est surtout suggérée lorsque les sujets perçoivent de l'extérieur, le véhicule dans lequel ils sont emportés et qu'ensuite la taille démesurée et le nombre des pièces se situant à l'intérieur sont incompatibles. En effet, l'intérieur semble d'une dimension considérablement plus importante que l'extérieur le permet. 

implant2
Radiographies et implants

Validation par des proches:
Dans certains cas, les proches auraient remarqué, que le sujet prétendu abducté, est effectivement manquant durant les périodes d'enlèvement. Et d’autres cas semblent plutôt relever d’expériences de décorporation ou de rencontres avec des lumières, des sons, des vibrations ou d’autres énergies capables de créer de fortes sensations sur le sujet, mais sans réel enlèvement au sens littéral du terme. Il arrive que des témoins extérieurs, assistent aussi à l'arrivée d'un véhicule volant inconnu sur les lieux et au moment même ou se produit l'enlèvement.

Les pièces versées au dossier relèvent de plusieurs origines :
- Les témoignages : des souvenirs racontés au premier chef par le témoin, des souvenirs émergeants suite à des rêves, des séances d’hypnose régressive ou d’états modifiés de conscience. Témoignages de proches ou de personnes présentes aux alentours au moment des faits (voisins, passants, membres de la famille…), et ayant dans certains cas pu observer un ovni ou des personnages insolites.
- les traces corporelles (cicatrices, brûlures, marques corporelles) correspondantes quelques fois aux souvenirs des témoins, les fécondations inattendues, dont le fœtus disparait dans les cinq premiers mois.
- les implants détectés et quelquefois prélevés soit parce qu’ils tombent d’eux-mêmes, ou suite à l'intervention d'une équipe chirurgicale.
- les objets matériels ou informations inattendues, ramenés à l’occasion de ces rencontres.

II) Déroulement des abductions-type
Les schémas d’abduction les plus courants

Les lieux les plus courants:
Dans la nature, dans la voiture, sur la route, au domicile, plus rarement sur les lieux du travail.

Les horaires:
Souvent de nuit

Signes avant-coureur : sentiment d'être observé, montée de stress inexplicable, odeur particulière (exemple: une odeur de sucre brulé dans certains cas qui s'est s'avérée parfois très intense, désagréable jusqu'à insupportable). Panne de courant, y compris pour les appareils autonomes comme les véhicules, ou au contraire, les appareils électriques, télévision, etc… même débranchés se mettent en marche comme si le bouton "Marche" avait été appuyé. Les ampoules grillent après quelques heures d’utilisation. Grande fatigue, irrésistible, animaux surexcités, ou très apeurés. Quelques fois les chiens peuvent aboyer si fort que des voisins éloignés les entendent, tandis qu’à la maison tout le monde est sourd, plongé dans un profond sommeil. L’entourage endormi est impossible ou presque à réveiller et refuse de se lever. Tout effort devient impossible.

Etape 1 : la rencontre
Beaucoup de rencontres se produisent la nuit.
La 1ère rencontre : elle commence généralement de façon surprenante. Le sujet se sent confus car il constate la présence anormale d'êtres à la physionomie étrange. Par exemple, un ou des animaux, loup, ours, raton laveur de grosse taille, biche aux yeux énormes, aux comportements inattendus. Quelques fois, c'est encore plus anormal: apparition d'un personnage mythologique, un doudou géant, une fée, un lutin ou encore des motards avec des casques dont les visières obscurcies sont abaissées, malgré l'assombrissement des lieux ou le décallage de la situation (au milieu de la nature, loin d'une route) etc. Quelques fois l'approche est stratégique afin de ne pas effrayer le sujet, jusqu'à ce qu'il atteigne volontairement un lieu ou une position d'où il sera maitrisé. Par exemple, un ou plusieurs enfants inconnus en lisière des bois font des signes pour l'inviter à les rejoindre. Puis, ils s’enfoncent dans la forêt tandis que la cible, curieuse ou amicale, se rapproche. Enfin, lorsque les êtres se situent à courte portée, la confusion s'amoindrit et les animaux, les personnages insolites ou les enfants prennent des apparences bien différentes. Il arrive que la conscience du témoin, perturbée, perçoive leurs allures et leurs gestes comme relevant d'un rythme commun; un peu comme ceux d'un groupe de danseurs ou de pratiquants d'un art corporel qui s'exercent et se meuvent en rythme. Ils s'approchent du sujet sans qu'il puisse décrypter leurs intentions. Et le témoin commence à saisir que sa conscience est altérée car il ne réagit pas comme il le ferait en temps normal. Il se sent affaibli, comme si il n'était plus qu'un spectateur impuissant. Alors il réalise représenter l'objectif de leurs manoeuvres et qu'il est face à des êtres intentionnés, qu'il est piégé dans un projet inconnu et qu'il est devenu une proie tout simplement. Capturé, il panique jusqu'à s'effondrer psychologiquement dans certains cas: mais c'est trop tard.
Ensuite, des échanges avec ces êtres peuvent avoir lieu. Afin d'expliquer la rencontre, seront parfois révélés des motifs suspects bien qu'acceptables, auxquels la cible pourra se raccrocher et qui lui permettront de mieux vivre la situation de stress et continuer de se maîtriser tout en demeurant soumise. Par exemple, le coup de la panne: le vaisseau posé et présenté dans une situation de panne, en cours de réparation. Bien plus tard, lorsque les étapes suivantes auront été conduites, la plus part des sujets auront l’impression d’avoir vécu un rêve étrange ou parfois un cauchemar avec un arrière goût intense de réalité. Un rêve-cauchemar dont les scènes les plus traumatisantes et le fil conducteur s'effaceront brûtalement, tandis que les éléments restants se disloqueront, perdant l'enchaînement rationnels et finiront rangés dans la rubrique des cauchemars ou des rêves loufoques bien que marquants...

123_2

Cas de rencontres régulières :
Les scénarios sont différents. Avec l'expérience, l'insolite originellement en contradiction avec les croyances conventionnelles finit par être accepté et perd donc son pouvoir obscurcissant. Il en résulte une perception plus claire des circonstances et des êtres, devenus mieux observables. Mais cette étape est souvent recouverte d’un voile. Probablement une mesure de protection de notre psyché, afin d'empêcher la conscience de souffrir du choc. Un choc lié à l’exotisme de la scène, à son impossibilité dans la pensée rationnelle dominante, ou encore lié aux actions parfois menées directement sur le corps de la victime. Une victime traitée en animal doué de raison, par des êtres adoptants une stature parfois paternelle, voire spirituelle. Leur conscience par ses conceptions universelles ainsi que par sa posture de "chasseuse" contradictoire avec la situation de "proie" de la victime, est ressentie comme ayant atteint un stade de développement supérieur. Notons qu'après ces rencontres, l'enlevé est sujet, parfois largement, au syndrome de Stockholm vis à vis de ses ravisseurs.
Il arrive que le sujet, perçoive à l'avance qu'une visite est sur le point d'avoir lieu. Il appelle à l’aide son entourage, parents, conjoint, amis. Mais ces derniers ne répondent pas, plongés dans un sommeil de plomb. Quelques fois ces derniers finissent pas se réveiller, tandis que l’abduction est en cours. Ils constatent soudain la disparition anormale de la personne et se mettent à sa recherche. Il est arrivé que le sujet soit retrouvé dans d’autres pièces, ou d'autres lieux, plongé (ou pas) dans un état second, ou bien profondément troublé, effrayé, sanglotant ou endormi. Il est aussi arrivé de le récupérer enfermé de l'exterieur dans la cabane du jardin, laquelle ne comportait aucune fenêtre, ni aucune autre issue.

Etape 2 Perte de contrôle – paralysie – Sentiment de peur - terreur - abandon
Lors de l'acquisition du sujet, les ravisseurs tentent généralement de le calmer et de le contrôler psychologiquement en lui expliquant par la pensée, qu’il participe seulement à quelques tests et qu’il n’a rien à craindre. Les enlevés redoutent généralement de fixer les yeux noirs immenses de ces êtres, car ils ont le sentiment de subir une domination irrésistible. Les échanges mentaux avec ces êtres sont décrits comme d’ordre télépathique.
Il se produit ensuite une séance d’examen et d’évaluation physique et psychologique avec des manipulations du corps de la victime, qui sont parfois douloureuses et vont jusqu’à l’exploration, la pénétration voire l’usage des zones génitales. Ce qui est souvent ressenti comme humiliant. Quelques fois, les enlevés sont placés dans des conditions incitant au rapport sexuel. Si la situation n’est pas assez suggestive, les enlevés subissent l'effet d'un catalyseur pour obtenir l'émergence de désirs sexuels et la montée d'une excitation, qui les pousse au rapport avec le partenaire en présence. La physionomie du partenaire est parfois changeante. Après la relation, le partenaire ne semble pas toujours ressembler à celle ou celui qu'il était au début du rapport.
Certaines informations portant sur l’origine des intervenants, leurs projets, le destin du sujet ou de la planète sont parfois délivrées comme pour confirmer au sujet, le stade infiniment supérieur d'évolution des êtres qui opèrent. Ces messages comportent aussi, à diverses occasions, un contenu très spirituel. Au cours des rencontres, des accords avec le sujet peuvent être passés. Ils portent par exemple sur la possibilité de ramener avec lui un objet provenant du vaisseau. Mais, ces accords bien qu'acceptés dans un premier temps, pour faciliter la coopération du sujet, ne sont généralement pas respectés. Il apparait que seuls des matériaux, abandonnés de façon non intentionnelle, aient pu être rapportés de ces rencontres (par exemple, des particules luminescentes provenant du contact avec leurs mains).

img_sri_med

Etape 3 - stress, syndromes post traumatiques et acceptation
A leur retour, les enlevés manifestent des symptômes et des signes physiques de stress post-traumatiques. Corps écorchés ou ayant subi des coupures, dont il reste des marques. Ou au contraire, des lésions qui se referment et guérissent par la suite sans forcément laisser de traces. Certaines cicatrices ou des marques de formes diverses sont définitives, tandis que d'autres s'effacent pour réapparaître périodiquement, par exemple, chaque année au jour anniversaire de l'abduction. Des périodes de temps sont manquantes, s’étalant sur plusieurs heures, dont il est impossible de se souvenir sans une véritable séance d'extraction (hypnose régressive) et durant lesquelles, personne de l’entourage n’a pu les trouver. La plus part du temps, lorsque des peurs, des souvenirs remontent, les abductés ne sont pas enclins à croire à la vérité de leurs propres expériences et préfèrent supposer qu’il s’agit d’une espèce de cauchemar. Et lorsque les éléments continuent d’émerger, ce qui peut aussi se produire en conséquence de la répétition continue des enlèvements, ils cherchent alors une explication quelconque comme celle d'une pathologie d’ordre psychiatrique. Cette solution leur offre l'avantage de pouvoir espérer un traitement qui apporterait une guérison et l’arrêt des cauchemars. Et c’est avec une immense détresse, qu’ils finissent par se rendre compte au cours du travail thérapeutique, qu'il ne s'agit en aucun cas des symptomes d'une pathologie du registre psychiatrique, qu’ils ne dormaient pas du tout lorsque les incidents se sont produits et que bien qu'extraordinaires, ces derniers peuvent être considérés comme réels.

III) Conditions pour une interprétation du phénomène (réalisé avec l'aide des travaux de Mr John E.Mack)
Trouver une explication légitime des phénomènes d'abduction dans le registre des connaissances actuelles, impose certaines contraintes.

Conditions pour une théorie expliquant les phénomènes d’abduction :
Une théorie pertinente pour expliquer des témoignages d’enlèvements, qui serait différente de celle donnée par les abductés, devra tenir compte des 7 points suivants :
1) La somme remarquable que représentent les rapports détaillés des enlèvements, tous accompagnés d’états émotionnels que l’on attribue généralement à des réalités vécues et fournies par des personnes apparemment dignes de foi.
2) L’absence de troubles psychiatriques ou tout autre facteur apparent d’ordre psychologique ou émotionnel qui aurait pu être à l’origine de ce qui est rapporté.
3) Les changements d’ordre physique et les lésions affectant certaines parties du corps des témoins, qui sont autant de phénomènes ne répondant pas à ce que l’on sait des phénomènes psychodynamique (tels des stigmates…).
4) Alors que les abductés ne se connaissent pas entre eux, l’unicité des descriptions portant sur les circonstances d’enlèvements, les lieux, les installations observées, les outils opératoires, les gestes opératoires et leur ordre qui est prévisible, la physionomie des êtres, le contenu des communications entre abductés et intervenants, les objectifs apparents des intervenants, les syndromes post traumatiques ainsi que le syndrome de Stockholm parfois détecté après l’enlèvement.
5) La présence d’implants à l’intérieur du corps, quelques fois impossible à retirer sans risquer de graves lésions, comme par exemple au centre du cerveau. Des implants, dont l’introduction est souvent inexplicable car le point d’insertion apparent ou cicatriciel est indétectable. Certains de ces implants sont connus par les enlevés qui ont parfois le souvenir des interventions chirurgicales. Certains implants ont une composition inattendue dont les caractéristiques permettent de discerner une origine non-terrestre.
6) L’association des phénomènes d’enlèvement avec des observations indépendantes d’ovni, effectuées par des personnes étrangères à l’enlèvement, tandis que celui-ci se produisait.
7) Les rapports d’enlèvements faits par des enfants n’ayant pas plus de 2 ou 3 ans.

IV) Implications portant sur l’interprétation de l’enlèvement extra-terrestre

Que nous révèle le contact avec des intelligences biologiquement différentes ?
L’approche de ces êtres exotiques place le sujet dans une situation inconfortable. Il se sent menacé car il ne contrôle rien et peut légitimement envisager un basculement de la situation vers une issue imprévisible.

- Lors d’une rencontre trop exotique, l’observation neutre et détachée est une position généralement intenable. L'humain, en premier réflexe tente pour la comprendre, de la placer dans une grille connue. Il écarte si besoin les morceaux gênants sa compréhension rationnelle, du moins dans un premier temps. Ce qui le choque est réinterprété, afin d’en réduire l’impact traumatisant.
Faute d’une préparation adéquate, l'inconfort psychologique est réel lorsque se fait la rencontre avec des espèces intelligentes à la physionomie anormale. Au premier abord, l'humain est inquiet et se sent généralement menacé. Cela peut aller de toutes les échelles du stress jusqu'à la plus intense, la terreur. Ses certitudes, ses convictions religieuses et scientifiques, toutes les valeurs, sur lesquelles reposent sa perception de l’Univers, ses habitudes et toutes ses connaissances s’effondrent devant ce qui les transcende. Ces rencontres sont généralement vécus comme des évènements traumatiques dont la réalité est inacceptable parce qu’elle est étrangère aux conventions et aux certitudes établies. Ce qui, dans un second temps, place les sujets en situation, de doute vis-à-vis de ce qui a été vécu, vis à vis d’eux mêmes et de rejet devant les autres. Ils adoptent alors une position de silence et d’isolement.

- Tout, porte à croire que les contacts avec certaines espèces intelligentes nécessitent l’atteinte d’un stade évolutif plus élevé sur le plan psychique, si nous voulons prétendre à des échanges équilibrés. Les technologies ou les possibilités de certains visiteurs peuvent affecter le fonctionnement psychique de l’animal réfléchi qu’est l’être humain. Ces visiteurs sont capables de lui imposer un comportement, ou une conduite contre sa propre volonté, de le paralyser ou d’effacer sa mémoire. Ce qui révèle une faiblesse majeure d'ordre psychique chez l'humain. Les enlevés ne résistent pas, comme si l’usage de drogues avaient été employé. La faute en revient-elle à l'éducation et à la quasi-absence d’investissement dans le développement de la conscience et en particulier la quasi-absence d'exploration des zones psychiques, à coté desquelles nos activités intellectuelles paraissent désuetes? On peut, en effet, se demander si ces technologies auraient le même succès sur des yogis dont les dynamiques psychiques et biologiques sont plus conscientes et mieux gérées. Notre stade évolutif actuel présente les rencontres avec d’autres espèces plus développées comme un évènement dangereux.

- Ils nous manipulent sans état d’âme. Leur regard est souvent comparable à celui que nous posons sur les espèces animales moins développées que nous manipulons. Ce qui suggère de nos visiteurs une vision mentale et une évolution spirituelle comparable, donc proche des nôtres. Beaucoup de descriptions de ces enlèvements démontrent leurs comportements ambivalents. D’un côté, ils procèdent à des enlèvements contre la volonté des sujets et de l’autre, ils leur transmettent des sentiments de fraternité, voire d’amour. D’un côté, ils exposent des technologies d’un niveau de développement supérieur, des possibilités psychiques non maîtrisées par nous, ils prodiguent des conseils plein de sagesse sur la gestion de notre monde et dénoncent nos comportements égoïstes, mais de l’autre, ils mentent comme des arracheurs de dents et opèrent impunément à toute sortes d’interventions sur le corps, exploitant le génome et l’appareil reproducteur des enlevés. Tout, porte à croire qu’ils nous considèrent et nous traitent de la même façon que nous considérons et traitons les espèces animales dont nous exploitons la biologie. Et de même, que certaines de nos entreprises incluent l’exploitation d’espèces moins évoluées sans leur demander leur accord, ni tenir compte de leurs possibilités d’évolution, ces êtres s’autorisent tout ce que bon leur semble dans leur propre intérêt. On remarque aussi que certains visiteurs, interviennent sur les enlevés d’une manière apparemment bienveillante. Ainsi, il arrive de rencontrer des abductés qui ont été soignés et guéris de certaines pathologies, pourtant incurables. D'autres changent profondément et vont jusqu'à investir dans le développement d’un potentiel psychique jusque-là, jamais envisagé sérieusement. Les actes et les influences de ces visiteurs représentent-ils seulement un entretien de leurs cobayes ? S’agirait-il d’actes pédagogiques pour évaluer nos capacités de croissance ou d’un échange qu’ils considèrent comme légitime dans leur moralité, compte tenu de notre participation involontaire à leurs projets?

images 2

Si une civilisation plus avancée portait un regard sur nous, qu’observerait-elle ?
- une espèce mentale, dont le niveau de conscience psychique et les connaissances des lois de l’Univers sont balbutiantes. Ce qui la classe, de fait, dans la catégorie des espèces aux comportements dangereux (y compris pour elle-même), mais manipulables par des êtres dont la technologie ou le développement psychique est plus évolué.
- une espèce dont le niveau de civilisation est encore à un stade élémentaire, aussi bien dans sa gestion des ressources, son fonctionnement économique, que celle de sa population. Une civilisation qui se meut selon des projets égoïstes plutôt que spirituels. Et qui peut à tout moment s’effondrer, puisque les forces qui l'entretiennent, se situent entre les mains de quelques individus, dont la conscience n’est pas orientée pour servir l’humanité, mais pour servir leurs intérêts personnels.
- une espèce qui ignore presque tout de sa place ou de son importance dans l’Univers, des lois que comportent la réalité et la vie, des stades évolutifs que son futur lui imposera, si elle se survit, des liens et des accès qui existent avec les autres espèces et les autres mondes, sans évoquer son incompétence à gérer de nombreux sujets fondamentaux pour sa survie, son évolution ou son bien être.
- Un avis extérieur pourrait juger de l’espèce humaine qu’elle n’est pas viable et se trouve en voie d’extinction :
- soit du fait de son incapacité à percevoir au-delà de sa vision égoïste qui la pousse à tenter de dominer par la conquête, ce qui peut finir par la détruire.
- soit par son incapacité à gérer son propre développement et les dommages collatéraux sur son environnement.

- soit parce qu’elle est incapable d’incarner des niveaux spirituels qui lui permettraient de contrôler les énergies qu’elle a commencé à exploiter en tant qu’armes de destruction massive et dont l'usage peut mettre un terme à son évolution du jour au lendemain.
- soit parce que son manque de perspective conjuguée à son ambition la rend susceptible de devenir le pantin d’intelligences qui la dépassent ; lesquelles pourraient l’employer comme un outil jetable.

Tentatives d’intervention, Devoir d’ingérence, suggestion d'aide dans le futur ?
Les abductions contiennent souvent un message délivré à l’attention de l’humanité. Ces êtres nous préviennent des risques de catastrophes écologiques, inévitables si nous ne changeons pas de comportement, de système économique et politique.
Ils nous préviennent des risques liés à l’usage des armes nucléaires, dont nous nous sommes déjà servis contre une nation qui cherchait à négocier sa reddition depuis plusieurs mois (le Japon). Ces êtres évoquent l’ensemble des peurs les plus partagées dans le monde à propos d'un avenir funeste de l’humanité. Les abductés sont non seulement prévenus, mais on leur montre des images du futur, jusqu’à leur conseiller d’aider leurs semblables lorsque les moments difficiles seront venus. Toutefois, ce futur, bien qu’aboutissant probablement à l’autodestruction n’est pas présentés comme incontournable. Ces êtres nous encouragent à nous réveiller et à grandir et nous rappellent inlassablement que nous ne sommes pas seuls. Ce qui implique que la réalité est plus grande que ce que nous croyons, que nos actes ont une résonnance sur les consciences qui vivent au-delà de notre sphère, que nous pourrions dans le futur, espérer recevoir de l’aide en cas de catastrophe.

Les projets de ces intervenants - des aspects que nous en discernons :
Les abductions représentent des recherches importantes dans tous les domaines de la vie humaine. Ils constituent aussi une forme de programmation sur le plan mental et psychologique à long terme. Ces approches s’intéressent, entre autres, à nos relations sociales et personnelles, notre sexualité, nos idées politiques, et nos préoccupations religieuses et spirituelles. Le travail de programmation sur le sujet débute dans beaucoup de cas dans la petite enfance. Les projets semblent aboutir à la création d'une espèce hybride avec l'être humain.

V) Traitement des victimes
Les conséquences psychologiques et psychiques, effets secondaires et constats suite à une abduction :
Aspects négatifs : Colère d’être pris pour quelqu’un qui confond le rêve et la réalité. Sentiment d’incompréhension Grande fatigue, cicatrices sur le corps (scoop marks), marque de coupures, de griffures, batterie à plat, personnes retrouvées a des endroits différents ou habillées d’une façon incongrue (vêtements à l’envers ou encore vêtements appartenant à d’autres personnes qui ont elles aussi subie une abduction en même temps), souvenir très vagues, perte de mémoire, certains objets comme des implants rejetés disparaissent. Certains animaux disparaissent plusieurs jours (tels des chevaux) et réapparaissent ensuite avec des marques d’incision laser. D’autres sont retrouvés proprement mutilés et même morts. Généralement sans trace de sang.
Aspects neutres ou positifs : quelques fois le sujet juste de retour est encore dans un état second. Il est arrivé qu’il s’exprime dans une langue inconnue ou encore qu’il aborde des concepts mathématiques ou des théories relatives à des sciences dont il ignore tout habituellement. Certains enlevés s’ouvrent ensuite largement à des perspectives spirituelles ou écologiques pour lesquels ils n’avaient eu aucun intérêt jusqu’alors. Certains sujets sont l'objet de manifestations considérées comme paranormales ou exotiques et pour lesquelles, ils ne portaient aucun intérêt auparavant. Ils s'adaptent alors à leurs nouvelles possibilités et ont parfois le souhait de les employer sur un plan professionnel (exemple guerisseurs, radiesthésistes, clair-voyants, artistes, écrivains etc....)

Solutions pour aider les victimes d’abductions :
Echanger avec des personnes qui ont vécu les mêmes expériences et qui arrivent à les intégrer harmonieusement. Le travail clinique consiste à les aider à en saisir les aspects potentiellement traumatiques et fascinants. Le fait d’accepter l’existence d’évènements extraordinaires dans son propre vécu peut aider le patient a mieux gérer les répercussions négatives.


Article rédigé par Michel Ribardière
- Apports de Myriam Marmion

Posté par mribardiere à 00:45 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

Poster un commentaire