F.E.A

Informations sur les manifestations OVNI et leurs implications sur notre société. Des articles de synthèse, des témoignages, des documents, des vidéos, des enregistrements radio...

14 novembre 2011

GEPAN, recherche officielle OVNI: de qui S.E.M.O.C-t-on?

En 1954 en France, se produit une vague sans précédent de manifestations d’engins volants d’origines inconnues. C’est au cabinet de Pierre Mendès France, l’équivalent du 1er ministre actuel, en présence du Ministre de la Défense Nationale et aux Forces Armées ainsi que des secrétaires d'Etat à la Guerre, à la Marine et à l'Air qu’est créée la première commission d’étude secrète sur les OVNIs : la SEMOC (Section d’Etude des Mystérieux Objets Célestes). Son existence sera rendue publique au Journal Officiel du 12 janvier 1955.
Pourtant en décembre 1955, la SEMOC est officiellement déclarée «en sommeil » par le Responsable de l’Etat Major de l’Armée de l’Air.

Vingt ans plus tard, une seconde vague de manifestations OVNI a lieu en France, et le Ministre de la Défense Robert Galley doit admettre, devant les média, l'intérêt scientifique de la question.
En réponse, le 1er mai 1977, le CNES (Centre National d’Etudes Spatiales) annonce officiellement la création du GEPAN (Groupe d’Etude des Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés) afin d'étudier prioritairement les phénomènes aérospatiaux que ses experts ne sont pas parvenus à identifier.

Près de Trente cinq plus tard, le GEPAN existe toujours sous l’acronyme GEIPAN (Groupe d’Etude et d’Information sur les Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés). Il a subi de nombreuses transformations. Outre les changements de sigle, son budget, son personnel, et ses moyens ont tous été revus à la baisse. Une réduction paradoxale à l’importance scientifique de l’étude qui lui est confiée, aux interrogations auxquelles le grand public demande à l'Etat de répondre et à la valorisation de l’image du CNES que le traitement du sujet ovni entraîne. En termes de consultation, le GEIPAN catapulte littéralement le nombre des visites du site internet du CNES à des niveaux jamais atteints jusqu’alors.

Pourtant, le GEIPAN n’a pas encore donné satisfaction aux citoyens français, ni répondu à leurs interrogations. Il n’a pas encore présenté d’explication acceptable aux incessantes manifestations d'origines inconnues et cela malgré la très grande unicité de nombreux témoignages, de la Bretagne à la Corse ainsi que dans les Dom Tom. Des témoignages pourtant strictement superposables à ceux recueillis par les chercheurs de Chine, d’Amérique, d’Afrique ou d’Australie.

Tant et si bien que le GEIPAN, qui en 1978, invitait les ufologues français à la collaboration et au partage de leurs dossiers, se retrouve à présent sur le banc des accusés, soupçonné d’incompétence, ou pire, de mauvaise foi. Désormais, les ufologues français, affranchis aux manipulations des cinq dernières décennies par les agences gouvernementales d’outre atlantique sur le sujet ovni, examinent à la loupe les actions du GEIPAN. Ils n’hésitent plus à dénoncer le moindre de ses faux pas. Et ils n’y vont pas de main morte. Les reproches sont tous argumentés, exemples à l’appui. Ils démontrent rigoureusement la légèreté des enquêtes et pire, l’absence d’enquête sur le terrain dans la majorité des cas. D'après eux, le GEIPAN n’hésite pas à attribuer des explications aux apparences scientifiquement correctes, sans aucun lien avec les circonstances, ni avec les témoignages*. Sous cet angle, les pratiques du GEIPAN prennent une allure bien moins scientifique, plutôt irrationnelle et parfaitement déloyale tant elles sont contrastées avec les déclarations citoyennes auxquels les témoins s'obligent dans les gendarmeries, prenant le risque d'être perçus comme des illuminés.
A ce stade, réexaminer de près les missions du GEIPAN devient incontournable. Cela permet de constater qu'elles ont peu de choses à voir avec la recherche fondamentale sur la nature et l’origine des ovnis… Monsieur Yves Sillard, fondateur du GEPAN et actuel Président du Comité de Pilotage du GEIPAN avait pourtant annoncé la couleur. Les trois missions assignées au GEIPAN sont :
1) la collecte, la saisie et l’archivage des rapports afin d’entretenir et de gérer la base de données (activités CNES)
2) l’analyse de ces informations en faisant appel à des correspondants dans les domaines et disciplines concernés.(Une analyse ayant un objectif de classement et non pas de compréhension sur la nature ou l'origine)
3) la communication aux publics intéressés, la publication des rapports périodiques et la gestion de l’accès des archives.

ovnicnes
Requiescat in pace

La messe est dite, le GEIPAN n’a donc pas pour mission d’étudier la nature ni l’origine des manifestations mais de classer les affaires, de les rendre disponibles, de gérer la base de données et de faire de la communication. Le GEIPAN ne cherche pas à éclairer le sujet ovni et la vérité est ailleurs…l'actuel SEMOC, au-delà des regards en saurait-il davantage ?

Comité de rédaction de la F.E.A

* Affaire Golfech (Voir le droit de réponse du GEIPAN en bas de page)

Note de bas de page : rappelons que les auteurs de la lettre ouverte au Président de la République, datée du 16 avril 2008 attendent toujours une réponse concernant notamment la compétence du GEIPAN et les moyens intellectuels et financiers correspondants.

 

Le 30 janvier 2012, le GEIPAN a bien voulu nous faire parvenir une copie de la réponse données aux chercheurs qui ont interpelé le GEIPAN sur l'affaire Golfech et que nous considérons aussi comme un droit de réponse légitime.

ddr1 copie ddr2 copie 

Posté par mribardiere à 13:14 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

    "D'après eux, le GEIPAN n’hésite pas à attribuer des explications aux apparences rationnelles, sans aucun fondement avec les circonstances, ni lien avec les témoignages*."

    Cette partie fait donc référence à la (non) affaire Golfech.
    Ce qui est assez drôle c'est que justement un des deux témoignages que l'on peut lire ici :
    http://www.geipan.fr/fileadmin/geipan-doc/GOLFECH__82__06.10.2010__T-M_PV_T_P_S_A__2010310304-1749-2010-R.pdf
    parle d'avion.

    Page 13 un des deux témoins dit:
    Réponse : Pour moi c'était haut, bien au dessus des cheminée. Je n'ai pas trop prété attention, à la forme de l'engin. A force que (témoin anonymisé) me dise que c'était de forme triangulaire, j'ai fini par le croire que c'était de cette forme. Mais je ne peux pas l'affirmer. Il y avait des lumières blanches et une lumière rouge qui clignotaient. Mais c'est souvent que l'on voit des avions passer au dessus de la centrale.
    Pour moi ça reste un avion.


    La conclusion est : avion.

    Il fallait quand même oser écrire que la conclusion n'a rien à voir avec le témoignage ...
    Si c'est pas de la mauvaise foi qu'est-ce que c'est ?
    Quand on entend dénoncer des mensonges on évite d'en faire ...

    Posté par NEMROD34, 01 décembre 2011 à 12:37
  • Non, ... la mauvaise foi c'est de prétendre qu'une seule partie des témoignages est valable afin de ranger le dossier en toute tranquillité. Un jugement péremptoire sans étude sérieuse, ni de la vidéo, ni des deux témoignages n'est jamais acceptable.
    Lorsque dans une affaire la moitié des témoins sont en contradiction, la moindre des choses est d'étudier toutes les versions avant de stopper l'enquête et de conclure. Les anomalies dans cette affaire sont nombreuses. Je vous invite à les étudier avec ceux qui ont travaillé sur le dossier. Je ne souhaite pas vous convaincre. Faites le chemin que vous pouvez ou tournez la page si ça vous chante, nous avons des problèmes bien plus importants que ceux là ces temps-ci.

    Toutefois, si vous persistez, je vous invite à revoir les documents suivants de plus près, je suis certain que vous discernerez leurs incohérences et la superficialité du traitement.

    http://www.geipan.fr/fileadmin/geipan-doc/GOLFECH__82__06.10.2010__T1-Cgei_Ft_T_S_A__T1fiche_telephonique-R.pdf

    http://www.geipan.fr/fileadmin/geipan-doc/GOLFECH__82__06.10.2010__T2-Cgei_Ft_T_S_A__T2fiche_telephonique-R.pdf

    Posté par F.E.A, 01 décembre 2011 à 23:21
  • N'ayez crainte! Je récrit ce que j'ai déjà écrit sur cette non-affaire, et encore plus non-scandale dans la semaine qui vient.
    Je viendrais vous en donner le lien.

    Cette histoire est simplement ridicule, l'observation extrêmement banale, l’explication je l'ais donné très vite (22 minutes) quand Christian Comtesse nous à mit au courant :
    http://sceptic-ovni.forumactif.com/t2057-golfech?highlight=golfech

    Mais elle à un aspect intéressant et même plusieurs:
    - C'est tout ce qu'il ne faut pas faire en ufologie, tout ce qui est à éviter on l'y trouve.
    - C'est un bel éclairage sur l’incompétence totale d'ufologues faisant le plus de bruit médiatique.
    - C'est intéressant dans l'étude de la psychologie des croyants, des conspirationnistes.

    J'avais plus à en dire que je ne le croyais au départ, je vous tiendrais au courant, merci pour le débat.

    Posté par NEMROD34, 01 décembre 2011 à 23:30
  • Sinon la conclusion est bien en adéquation avec un des témoignages nous sommes bien d'accord ?


    "D'après eux, le GEIPAN n’hésite pas à attribuer des explications aux apparences rationnelles, sans aucun fondement avec les circonstances, ni lien avec les témoignages*."

    Est tout simplement mensongers sommes nous d'accord ?

    Posté par NEMROD34, 01 décembre 2011 à 23:32
  • ^^ Vous reprenez notre phrase dans toute sa structure grammaticale... oserons-nous rappeler qu'être en adéquation avec "un témoignage" n'est pas comme d'être en adéquation avec "les témoignages". Nous n'emploierions pas ce subterfuge si nous n'avions pas compris la fragilité de ce témoignage, ni entendu ses déclarations postérieures en totale contradiction avec le procès verbal ainsi que les explications justifiant sa déclaration. Ce témoin semble avoir été choqué par son observation, il est visiblement très timide et a été impressionné par les gendarmes, préférant revenir à une interprétation acceptable chez "Monsieur tout le monde" dont les gendarmes lui ont semblé les défenseurs.
    Merci pour votre lien

    Posté par F.E.A, 02 décembre 2011 à 00:14

Poster un commentaire