F.E.A

Informations sur les manifestations OVNI et leurs implications sur notre société. Des articles de synthèse, des témoignages, des documents, des vidéos, des enregistrements radio...

03 décembre 2010

Déclaration de la NASA en Astrobiologie

La déclaration de la NASA dans le domaine de l'astrobiologie, le 2 décembre 2010, n'était pas fondée sur une heureuse révélation concernant Mars, Saturne ni aucune des spéculations répandues sur Internet. En fait, il s'agissait de quelque chose de beaucoup plus important à bien des égards.

lac_mono

Dans le lac MONO, à l'Est du parc National Yosemite, dans l'Etat de Californie, a été découvert une bactérie particulièrement étonnante. Cet endroit est classé parmi les régions naturelles comportant les plus hautes concentrations d'arsenic sur la planète. L'arsenic est un composé chimique nocif à toute forme de vie cellulaire. Ce qui fait de ce spot un lieu privilégié pour des recherches portant sur le développement de la vie extraterrestre. Cette découverte n'apporte pas de réponse directe aux personnes intéressées par la vie sur d'autres planètes. Toutefois l'information confirme que le développement de la vie basée sur une chimie très différente de la notre est tout à fait possible. L'évolution cellulaire basée sur des mécanismes totalement différents des mécanismes connus est dorénavant prouvé.
Cette découverte représente une gifle à la face des négationnistes prônant le "pas de vie ailleurs dans l'univers parce que nous le disons".

images
Felisa Wolfe-Simon, exobiologiste à l'origine de la découverte

L'arsenic est toxique. Il tue la plupart des animaux. Mais la bactérie découverte a remplacé l'usage du phosphore (fondamental pour le développement de la vie) par de l'arsenic. Les humains utilisent des composés du phosphore pour pratiquement tout ce qui est en rapport avec la vie. Phosphate de potassium, phosphate de magnésium, de sodium, phosphate de calcium et phosphate de fer sont des composés importants et critiques dans le corps. Sans eux, les humains seraient de la gelée, dépourvus d'os et sans système nerveux. D'autres produits chimiques à base de phosphate comme ATP sont essentiels pour la gestion de l'énergie.
Ainsi, un organisme qui peut utiliser l'arsenic au lieu de phosphore fait une très bonne affaire. Ce micro-organisme appartient à une famille de micro-organismes connus, possédant un fonctionnement biologique classique, mais celui-ci a remodelé l'ensemble de ses processus biologiques pour utiliser l'arsenic.

1


Rapports de la NASA:
Le microbe découvert récemment, la souche GFAJ-1, est un membre d'un groupe commun de bactéries, la Gammaproteobacteria. Depuis leur laboratoire, les chercheurs ont développé avec succès des microbes du lac à partir d'un régime alimentaire qui très maigre en phosphore, mais incluant de généreuses portions d'arsenic. Lorsque les chercheurs ont retiré le phosphore et l'ont remplacé par de l'arsenic les microbes ont continué à croître. Des analyses ultérieures ont indiqué que l'arsenic a été utilisé pour produire les blocs de construction de nouveaux GFAJ-1 cellules.
Note: La NASA explique que l'arsenic est «similaire» au phosphore, suit les mêmes voies que lui; ce qui la rend toxique. Ces composés n'étaient pas aussi ressemblants en termes de fonctions chimiques, jusqu'à présent. Le phosphore est le N°15 sur le tableau des éléments, l'arsenic est à la place 33. Il s'agit d'un atome de bien plus grande taille.
Les organismes qui vivent dans des environnements à faible présence de phosphore ont tendance à développer des mécanismes de rechange. En
Australie des arbres indigènes, par exemple, sont utilisés dans un environnement de faible teneur en phosphore. Ils continuent à employer le phosphore, mais avec parcimonie et de manière efficace. En fait, trop de phosphore est dangereux et ces arbres ne peuvent pas gérer de grandes quantités.

Cet organisme, qui est originaire d'un milieu très alcalin, a pris les choses d'un peu plus loin et a remplacé le phosphore avec quelque chose qui devrait être un poison. L'arsenic est un élément complexe avec une gamme de propriétés de liaison chimique, dont la plupart représentent les raisons même pour lesquelles c'est un poison. Le fait qu'un organisme vivant puisse l'utiliser en remplacement du phosphore est un argument incontournable pour envisager une gamme complètement différente de composés biochimiques constituant des fondements pour la vie et la soutenant là même, où elle ne devrait pas exister.
Pour l'astrobiologie, c'est un réveil incontournable. La recherche de "produits chimiques organiques" des types connus sur Terre n'est à présent définitivement plus la seule voie. La vie de déployant sur la base d'éléments qui ne font pas partie de la chimie de la vie classique sur Terre doit être envisagée. Cette vie peut être totalement exotiques, basées sur des combinaisons de produits chimiques, contrairement à tout ce qui est connu sur Terre.
Cela implique que la vie pourrait exister dans l'acide brulant de Vénus, basé sur d'acide sulfurique et les composés en soufre. Elle pourrait exister dans la poussière martienne congelée, et même dans des environnements qui semblent totalement impossibles, comme les géantes gazeuses.

2

L'annonce de la NASA ne signifie pas exactement que la vie se soit développée en remplaçant n'importe quel élément du tableau périodique par n'importe quel autre qui possèderait une configuration électronique(couche externe) identique mais il faut s'attendre à d'autres surprises. Cette annonce est véritablement très importante et il faudra attendre plusieurs décennies avant qu'elle soit totalement intégrée à la recherche.

Posté par mribardiere à 16:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

Poster un commentaire