F.E.A

Informations sur les manifestations OVNI et leurs implications sur notre société. Des articles de synthèse, des témoignages, des documents, des vidéos, des enregistrements radio...

31 mars 2008

Encelade, peut abriter la vie

 

148 273 km



La vie semble possible sur Encelade, l'un des satellites de Saturne !

L'analyse des données acquises par Cassini lors du survol d'Encelade montre un monde où la vie est possible. La sonde a révélé la présence d'eau, de gaz carbonique et de molécules organiques dans les éjections des geysers et détecté des températures de -93 degrés Celsius, suffisamment élevées pour laisser penser que les températures sous la surface d'Encelade seraient compatibles avec la présence d'eau à l'état liquide, un des critères pour que la vie telle que nous la connaissons soit possible.



Vie dans le Système Solaire

Après Europe et Titan, la lune Encelade fait donc partie des objets du Système Solaire où très clairement il se passe quelque chose. Ce 'quelque chose' s'apparente des organismes primitifs bien incapables d'évoluer en organismes plus complexes. Mars est un cas à part dans le sens où l'on s'attend plus à découvrir des traces d'une vie éteinte plutôt qu'une forme de vie.

Ces résultats sont d'une grande importance pour comprendre la formation du Système Solaire et réfléchir sur les conditions d'apparition de la vie sur Terre et les différents chemins qu'elle peut prendre. Aujourd'hui plus personne n'ose affirmer que la vie ne peut apparaître que sur une soeur jumelle de la Terre. Encelade est l'exemple parfait. Nous voyons là les trois ingrédients de base à l'origine de la vie: l'énergie, les composants organiques et l'eau. Se pose la question d'un environnement adéquat et l'absence d'un paramètre de taille, à la base de la vie terrestre: la photosynthèse.

106 092 km

La vie extrêmophiles

En s'appuyant sur les avancées acquises ces 10 dernières années sur nos connaissances des différents chemins pris par la vie terrestre, on pense aux extrêmophiles, on s'aperçoit que la vie est beaucoup plus robuste qu'on ne le pensait. C'est la confirmation que la vie n'a besoin de limites physiques très minces pour s'épanouir. En prenant la Terre comme référent, on s'aperçoit que notre planète abrite des organismes qu'on pensait ne pas pouvoir exister il y a encore quelques années.

On en a observé dans des milieux acides, avec des PH pratiquement négatifs, aussi bien que dans des environnements très basiques. D'autres prolifèrent dans des eaux très salines, dans les boues saumâtres, dans les glaces du pôle Sud, à des températures de 110°C, sans lumière. Des bactéries résistent à des radiations qui tueraient 50 000 fois n'importe lequel d'entre nous.


30 136 km km

Le cas Encelade

Tout laisse à penser qu'Encelade abrite une forme de vie primitive. Si la vie sur sa surface n'est pas possible, tout indique que la lune abrite sous sa surface des niches biologiques où la température est suffisamment élevée pour que l'eau reste à l'état liquide. Cette source de chaleur serait issue de la dissipation thermique due aux effets de marée provoqués par Saturne.

La première étape en vue de répondre à la question de savoir si la vie existe dans le sous-sol d'Encelade est d'analyser les composés organiques présents dans les geysers.

L'étude d'Encelade, mais également de Mars, de Titan et d'Europe sous le prisme de l'exobiologie peut nous amener à franchir la barrière qui se dresse devant les scientifiques sur la question de l'origine de la vie terrestre.

En effet, aucun fossile ou indice significatif vieux de plus de 3,5 milliards d'années n'existe aujourd'hui quelque part sur notre planète. La Terre les ayant complètement effacés par d'incessants processus de remodélisation de la surface provoquée par la chute de comètes et d'astéroïdes, d'activités volcaniques et basaltiques. Cela signifie qu'il n'est pas possible de dater son apparition sur Terre et encore moins comprendre comme cela a été fait de sorte que plusieurs théories cohabitent. Les scientifiques vont les appliquer à Encelade et voir ce qu'il en ressort.

Survolé pour la première fois par Voyager 2 en 1980 et 1981, Encelade est un des nombreux petits satellites de Saturne. Son diamètre est d'environ 550 km et par certains cotés ressemble à Europe et Ganymède, deux satellites, tout aussi glacés, de Jupiter. Mais ce n'est pas son principal intérêt. Il est l'objet le plus réfléchissant du Système Solaire et aussi blanc que la Terre apparaît bleue vue depuis l'espace. Enfin, les scientifiques suspectent la lune d'enrichir en matière l'anneau E de Saturne, qui coïncide avec son orbite.

Bref, ce petit monde nous rappelle l'incroyable diversité des mondes du Système Solaire


31 856km

Où il y a de l'eau, il y a de la vie

Nombreux sont les scientifiques à penser que tant qu'il y a de l'eau sous forme liquide, la vie trouvera une voie pour apparaître. Ce qui est vrai pour la planète Terre peut très bien l'être également sur d'autres régions du Système Solaire.

Sur Terre, la vie peut prospérer dans des endroits inhospitaliers pour l'homme où les températures peuvent être extrêmes, de centaines de degrés à quelques dizaines de degrés sous zéro. Mais la vie peut également s'affranchir de la lumière solaire et se développer dans une obscurité pour ainsi dire totale ou sous une lumière intense.

Un exemple probant est la découverte en 2000 d'extrémophiles se nourrissant d'hydrogène et de dioxyde de carbone et rejetant du méthane. Ces organismes très particuliers n'ont besoin ni d'oxygène, ni de la lumière solaire. Ils prélèvent l'hydrogène contenu dans les rochers, dans le voisinage de sources d'eau chaude souterraines.

 

34 435 km



Cassini survole Encelade : Premières images

    
Découvrez les premières images du survol d’Encelade par la sonde Cassini de la NASA.

Le 13 mars, la sonde est passée à 52 km de la surface du satellite, à la vitesse de 14,4 km/s. Les clichés pris pendant ce survol sont remarquables. Ils montrent une surface criblée de cratères de toutes tailles jouxtant des zones plus jeunes et détaillant les énigmatiques rayures de tigres.

Cassini a également traversé quelques geysers du satellite mais à une altitude plus élevée de façon à préserver les charges utiles et techniques du satellite de contraintes inutiles (200 km).

Ces images ont été acquises le 12 mars et reçues sur Terre le lendemain.

 

FLASHESPACE

Crédits NASA / JPL / Space Science Institute

Posté par mribardiere à 12:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Commentaires

Poster un commentaire