F.E.A

Informations sur les manifestations OVNI et leurs implications sur notre société. Des articles de synthèse, des témoignages, des documents, des vidéos, des enregistrements radio...

05 janvier 2008

Entretien entre le R.N.C.S.C et la F.E.A (05.01.2008)

Questions du R.N.C.S.C (en gras) adressées à la F.E.A :

1. Quels sont les objectifs de votre association pour l'année 2008 ?

Les principaux objectifs de la FEA sont disponibles sur son tout nouveau site Internet :
http://www.federation-airplane.eu/site/fr/index.php?lien=objectifs

Précisons que la réalisation d'actions concrètes et de projets pour l'année 2008, nécessite le concours de compétences multiples, que nous avons la charge de réunir. Il s'avère qu'une partie de ces ressources est déjà disponible au sein même de la FEA. L'apport de compétences extérieures nous aide considérablement à compléter notre démarche. En effet, plusieurs organisations crédibles participent à la concrétisation de ces projets, de façon désintéressée.


2. Quels sont vos souhaits pour la recherche ufologique en France pour 2008 ?

Concrétiser des projets de la FEA courant 2008, représente une avancée significative dans le domaine de la communication publique sur le sujet. Le problème majeur, dans ce domaine, c'est l'absence quasi-totale d'une communication sérieuse avec le grand public. Ce manque de sérieux est un facteur nocif à l’émergence de la vérité scientifique et de la connaissance. La FEA utilise au mieux ses outils, son savoir et toutes ses compétences, pour la mise en place de projets de grande envergure. Le développement de ces projets implique une écologie en matière de communication. En particulier, les débats qui ont lieu dans le cadre des productions audiovisuelles de la FEA, sont protégés de toute interférence superflue.


3. Quelle est votre opinion à la suite des propos tenus au sein du gouvernement japonais au sujet des OVNI ?
 
 Pour comprendre le positionnement médiatique des dirigeants politiques japonais, il est important de considérer les contextes géographiques et culturels de ce pays, qui échappent totalement à la majorité d’entre nous. Le Japon est une terre très active, qui subi des catastrophes naturelles régulièrement. La liste est longue : des séismes toutes les semaines, des typhons certaines années, des inondations ou des tsunamis, ainsi que des températures chaque été qui dépassent les 40°. Devant ces faits, les japonais se sont spontanément tournés vers les explications religieuses, voire paranormales, l’esprit ouvert aux phénomènes inexpliqués. Ces  phénomènes, parmi lesquels sont classés les PAN, sont l’objet d’une attention régulière de la part du grand public japonais. Chaque semaine, une émission au moins, consacrée à ces manifestations, est diffusée aux heures de grande écoute sur une chaîne nationale. Les médias traitent ces sujets avec respect, sans y interdire le sourire, mais le rire est joyeux et non pas moqueur…

Le Japon et ses 120 millions d’habitants, est la démonstration vivante qu’on peut être un pays économiquement fort, qui inonde le monde de ses technologies les plus avancées, et demeurer ouvert aux manifestations paranormales, dont les PAN sont une catégorie. Tandis qu’au pays de Descartes, un héritier d’Héraclite, on s’interroge toujours sur la possibilité d’une vie intelligente ailleurs dans l’Univers. Le pessimisme à la française, tentant d’extrader définitivement le sujet des PAN, de la reconnaissance officielle, est improductif au pays du soleil levant, où on applique un esprit ouvert, en particulier sur le sujet des phénomènes dits paranormaux.

Dans ce contexte, on saisit mieux les déclarations des hommes politiques japonais, qui n’hésitent pas à entrer en contradiction avec la mesure officielle, lorsqu’elle s’éloigne avec trop d’hypocrisie de la reconnaissance déjà acceptée par le grand public. On a le pouvoir politique que l’on mérite...

Très cordialement,
Jean-Jacques Yvars

Pour le RNCSC

Posté par mribardiere à 20:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire